Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La réponse ultime

Publié le par TSF36

Non, je ne rêvais pas. C’était un vrai mur en pierres solides.

J’étais dans une ville inconnue que je visitais pour la première fois. Une ville, ou peut-être un village, dont j’ai oublié le nom. Il y régnait une atmosphère si étrange que je me demandai un moment si ce qui m’entourait était réel. C’est pourquoi j’avais fait le test du mur, un test assez simple consistant à exercer une pression de la main sur le premier mur venu afin de m’assurer que ce n’était pas un décor de théâtre en papier que ma main eût déchiré ni un hologramme immatériel qu’elle eût traversé sans contact.

Ce n’était pas le cas : le mur résistait comme le font tous les murs normaux. De plus, tout était clair et net, avec des contours précis et des couleurs vives. Et contrairement aux rêves pendant lesquels le dormeur dérive passivement dans une suite de scènes plus ou moins floues qui se déroulent indépendamment de sa volonté, j’étais pleinement conscient, capable de décision, prêt à explorer cette ville, à profiter de ce nouveau champ d’expérience qui s’offrait à ma curiosité…

Il y avait une église devant moi. Je m’y dirigeai donc pour la visiter comme j’avais l’habitude de faire, en bon touriste que j’étais. Mais cette fois-ci, ce n’était pas avec l’intention d’admirer les vitraux, les chapiteaux, de prendre des photos. Non, c’était avec une visée spirituelle car quelque chose en moi semblait me dire que j’y trouverais enfin la réponse à la grande question qui me hantait depuis longtemps.

J’entrai.

L’intérieur de l’église était assez atypique, sans nef, sans transept, sans chœur, sans abside, sans vitraux, sans piliers ni chapiteaux. C’était comme une longue galerie où étaient exposées, comme dans un musée, des statues de bêtes monstrueuses, de démons cornus et autres dragons qui me firent forte impression.

Mais, comme j’étais entré avec la ferme intention de trouver la réponse ultime, je demandai :

Jesus, y es-tu ?

Un grand silence me répondit. L’enfilade de bêtes fantastiques ne broncha pas. Ce ne fut pas une grande surprise. Je m’y attendais, car Michel Onfray m’avait appris la veille que Jésus n’avait probablement jamais existé en tant que personnage historique réel, mais seulement comme personnage conceptuel d’une fable fabriquée de toutes pièces.. Un concept ne peut donc pas répondre.

Alors, à défaut de Jésus, je devais m’adresser à Dieu dont la probabilité qu’il existât me semblait beaucoup plus sérieuse, ou du moins pas totalement exclue.

Dieu y es-tu ? demandai-je.

Il y avait dans ce lieu un petit groupe de gens dont j’ignorais s’ils étaient des touristes ou des fidèles. L’un d’entre eux se tourna vers moi et me regarda sans rien dire avec un sourire étrange et dans son silence éloquent, je compris...

Eh oui, Dieu, c’était moi ! J’avais toujours été Dieu et je le découvrais seulement aujourd’hui dans cette église qui n’en était peut-être pas une, dans cette ville dont j’ai oublié le nom.

Alors, tout heureux de cette révélation, je voulus tester immédiatement ma Toute Puissance.

J’avisai un autre homme du groupe et je lui dis : « Désormais, tu parleras berrichon jusqu’à ta dernière heure » Et l’homme se mit à parler une langue incompréhensible comme s’il se fût agi d’un mélange de serbo-croate et de swahili. Ce n’était pas la belle langue de Jean-Louis Boncoeur, célèbre barde berrichon.

Mon Dieu ! (ou plutôt Ma Pomme !) pensais-je. Qu’ai-je fait là ? Ce brave homme qui ne m’avait rien fait allait toute sa vie durant parler une langue qu’il serait le seul à comprendre. Certes, j’étais Dieu, mais un dieu gaffeur. Il devait y avoir un bug ou alors je ne maîtrisais pas encore le logiciel de la Toute Puissance.

Je me mis à chercher dans quelle rubrique de quel sous-menu se cachait l’option « annuler » ou « revenir à l’état précédent ». Hélas c’était trop tard et j’entendis sonner les matines, ding, ding dong ! C’était la sonnerie matinale d’un antique Iphone 4 S vieux de plusieurs années pour me rappeler bêtement qu’il était l’heure. J’ouvris un œil, puis l’autre, je m’étirai, je baillai ainsi que font la plupart des bipèdes homo sapiens quand ils s’éveillent au monde réel.

 

Une fois de plus la réponse ultime m’avait échappé.

Partager cet article

Repost 0

Voir Châteauroux et mourir

Publié le par TSF36

Un peu de lecture distrayante et facile pour les longues soirées d'hiver !

Un polar berrichon jubilatoire avec quelques descriptions "in situ" qui parleront  aux locaux et qui donneront envie aux extra-locaux de visiter notre belle ville , ou pas ...

Un petit échantillon pour vous mettre l'eau à la bouche :

"Une sorte d'étron sauvage se dresse en plein centre ville. Une tour si horrible que même l'architecte le plus schizophrène n'aurait pu la concevoir sans mourir dans la seconde. On croirait un jeu de construction pour bébé gigantesque et débile, avec des plaques de plastique gris, mettant en relief des vitres aux carreaux sales. Et tout cela sur plus d'une dizaine d'étages"

En dehors du cadre qui est très présent et fort bien décrit, le scénario de ce polar tient la route avec de nombreux rebondissements et surtout une bonne dose d'humour. Le détective Franck Baluze, un prétentieux haïssable qui tombe cependant dans tous les pièges, parviendra bien malgré lui à dénouer les fils d'une intrigue digne des meilleurs James Bond. 

Un récit hilarant qui fait le plus grand bien en cette morne saison. A se procurer de toute urgence aux éditions La Bouillotte. Collection Black Berry.

En vente dans toutes les bonnes librairies 17 €

En vente dans toutes les bonnes librairies 17 €

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

Faits d'hiver : Solange la mésange échappe à un piège mortel

Publié le par TSF36

Un drame affreux a été évité de justesse cet après-midi à Déols. Une mésange, nommée Solange, comme toutes les mésanges, s’est imprudemment introduite dans une mangeoire presque vide afin d’y prendre les quelques graines de tournesol restantes. Malheureusement, elle n’a pas pu en ressortir et s’est trouvée piégée. Attiré par ses cris de détresse, un énorme chat est accouru et a grimpé sur la pergola près de ladite mangeoire, avec certainement l’intention de déloger l’oiseau et de le manger. N’étant pas parvenu à ses fins, il est resté de longues minutes à l’observer se débattre.

Heureusement, un passant, s’étant aperçu de la situation, est courageusement intervenu afin de mettre en fuite le monstrueux félin et libérer la mésange, qui s’est envolée à tire d’aile.

Une effroyable tragédie a ainsi été évitée in extremis.

Une plainte a été déposée contre le félin pour non assistance à mésange en danger et une cellule psychologique a été mise en place auprès des mésanges traumatisées.

Quant à l’héroïque sauveteur, qui désire rester anonyme, il a simplement déclaré « Vous auriez fait de même à ma place ».

Le présumé coupable identifié par la caméra de surveillance

Le présumé coupable identifié par la caméra de surveillance

Publié dans ornithologie

Partager cet article

Repost 0

Eloge de 2017 (à titre d'encouragement)

Publié le par TSF36

Bienvenue année nouvelette !

Il y aura des pâquerettes,

Des rossignols et des fauvettes

Des clochetons et des clochettes

Et sur les toits des girouettes.

 

Il y aura dans les gazettes

Des marronniers et des sornettes,

A la télé des marionnettes,

A la radio des chansonnettes.

 

Il y aura des castagnettes,

Des tambours avec des trompettes.

En été on fera trempette

Et des balades à bicyclette.

 

Nous trinquerons à l’anisette

Dans les troquets et les buvettes

Et mangerons de l’andouillette

Avec des frites plein l’assiette.

 

Je vous le dis, de Troyes à Sète

De Dunkerque à Tamanrasset,

Aux quatre coins de la planète,

Amis, cette année sera chouette.

 

Sois bienvenue Deux Mille dix-Sept !

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>