Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Enivrez vous

Publié le par TSF36

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

Charles Baudelaire

On peut aussi s’enivrer du parfum des glycines en Avril. C’est une drogue légalisée, dépénalisée et même conseillée. Mais hâtez vous, car les généreuses grappes violettes à l'odeur de paradis auront le même sort éphémère que les fleurs de cerisier.

Dans quelques jours, elles auront chu, délavées par la première averse. Ouvrez grand les naseaux ; respirez à grands traits, sans modération, sans crainte d’effets secondaires, les effluves capiteux, les fragrances subtiles qu’elles exhalent. Si vous n’avez pas le bonheur d’avoir une glycine à demeure, allez respirer celle de votre voisin ou celle du parc le plus proche. Ce vol olfactif vous sera pardonné.

Et si vous ne trouvez vraiment pas de glycine à humer, cliquez ci-dessous afin de sniffer ma glycine berrichonne :

Enivrez vous
Enivrez vous

Publié dans Poésie, Botanique

Partager cet article

Repost 0

Passons aux choses sérieuses

Publié le par TSF36

Plus que quelques jours avant le premier tour. Le suspense est insoutenable. Les quatre favoris sont au coude à coude. Quel beau spectacle sportif ! Et on peut le suivre en temps réel grâce aux sondages quotidiens. Génial, les sondages ! On pourrait même se dispenser d’aller voter…

En politique, il n’y a pas d’homme (ni de femme) providentiel(le) sinon, depuis le temps, ça se saurait. Il n’y a que des marchands de promesses avec des vastes programmes qui, une fois assis sur le trône présidentiel, s’empresseront de faire le contraire ou ne rien faire du tout. La trahison succédera inévitablement à la séduction. Et rien ne changera, parce que rien ne peut changer. L’inertie du système est implacable et l’immobilisme toujours en marche !

Alors, je reste fidèle à mon parti : le parti d’en rire !

Jadis, au moins, Pierre Dac et Francis Blanche avaient un programme sérieux. Petit extrait :

Nos buts sont déjà fixés,

Réconcilier les oeufs brouillés!

Faire que l'veau d'or puisse se coucher!

Apprendre aux chandelles à s'moucher,

Aux lampe-pigeons à roucouler,

Amnistier les portes condamnées,

A l'exception des portes-manteaux!

C'est pour ça qu'y peuvent s'accrocher!

Exiger que tous les volcans

Soient ramonés une fois par an,

Simplifier les lignes d'autobus

En supprimant les terminus!

Et pour prouver qu'on est pas chiches

Faire beurrer tous les hommes-sandwiches!

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

Sakuras

Publié le par TSF36

Au Japon les sakuras sont des cerisiers ornementaux dont la floraison printanière fait l’objet d’un véritable culte. Le caractère transitoire de la floraison du sakura est utilisé depuis des siècles comme métaphore afin de souligner le caractère éphémère de la beauté mais aussi de la vie. Le sakura sert ainsi à expliquer le concept esthétique japonais qu'est le mono no aware (ce dernier pouvant se traduire par « la sensibilité pour l'éphémère »).


Dans le Berry, la floraison printanière des cerisiers est aussi, pour quelques esthètes, un objet d’émerveillement, bien qu’il s’agit de cerisiers communs. La floraison ne dure que quelques jours, alors il faut en profiter, en prendre plein les mirettes avant la fanaison ou le coup de vent qui en fera des confettis.

Car cette beauté éphémère est une parcelle d’éternité.

On attendra alors  (si les Saints de Glace sont cléments et si les merles sont raisonnables) de cueillir en été  les beaux fruits mûrs pour de délicieux clafoutis (Klafuti en japonais)

 

Sakuras
Sakuras
Sakuras

Partager cet article

Repost 0

Eloge du printemps à Tours

Publié le par TSF36

Décidément, on ne tarit pas d'éloges pour le printemps, un évènement qui revient tous les ans, un non-évènement en quelque sorte.
Et curieusement, plus on vieillit et plus ce non-évènement semble important, comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort.
Gâtisme précoce ou début de sagesse ? 

 

Publié dans Pays lointains, Botanique

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>