Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

200 articles avec berrichonnitude

Châtaignes du Berry : le retour

Publié le par TSF36

C'est sympa les châtaignes ! Tous les ans ça tombe des châtaigniers à la mi Octobre sans crier gare sans qu'on ait à se soucier de leur entretien. Ca pousse tout seul le long des chemins et des routes dans le sud de l'Indre. Cette manne céleste est abondante et gratuite ...

Par contre, le ramassage demande quelques efforts, car la terre est basse dans le sud de l'Indre,  et il faut courber le dos pour les ramasser en prenant garde à ne pas se piquer avec les bogues semblables à des hérissons. 

Quand on estime qu'il y en a assez dans son panier, on rentre chez soi et on les déguste, soit grillées, soit bouillies, avec une petite salade verte à l'huile de noix du Berry. Un pur délice !

Encore un petit cadeau sympa de Dame Nature, particulièrement généreuse à cette saison  !

Châtaignes du Berry : le retour
Châtaignes du Berry : le retour

Partager cet article

Repost0

Les derniers feux de l'été à Bourges

Publié le par TSF36

C'est, paraît-il, l'automne. Mais dans la capitale du Berry, l'été fait de la résistance. Au jardin des Prés Fichaux, les massifs floraux sont encore éclatants de couleurs somptueuses que le ciel gris d'octobre révèle bien mieux qu'un ciel d'azur. Seul le cadran solaire fait grise mine !

Profitons donc de ces derniers feux avant de passer du côté obscur ...

 

Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges
Les derniers feux de l'été à Bourges

Publié dans Berrichonnitude, Botanique

Partager cet article

Repost0

Faits divers... et d'automne

Publié le par TSF36

Hier 23 septembre, à 9 h 21, alors que je me rendais à Châteauroux, quelle ne fut pas ma surprise, en abordant le rond-point du jardin public, de voir ... un cheval me griller la priorité et s'engager au petit trot sur l'avenue. Ledit cheval était sans cavalier et même sans selle (vraisemblablement un cheval de régime). Il continua ainsi à trottiner en plein milieu de la chaussée, ne s'arrêtant même pas au passage piétons où des lycéens médusés et ébahis allaient traverser. Je craignis fort être obligé de le suivre pendant toute la traversée de la ville, mais, arrivé au rond-point de la place Sainte Hélène, à 9 h 22, il se décida à prendre la direction  de la Vieille Ville et disparut (c'est le cas de la dire) de la circulation.

Cet important évènement, dont les media locaux n'ont pas parlé, est absolument authentique.

Que je sois damné si jument !

 

Faits divers... et d'automne

Publié dans Berrichonnitude, Zoologie

Partager cet article

Repost0

Vijon : le dépaysement extrême

Publié le par TSF36

Il est difficile d’aller plus loin sans quitter le Bas-Berry. Vijon est en effet situé à 60 kilomètres de la grande capitale de l’Indre et à quelques pas seulement des frontières du Cher et de la Creuse. Même pour un Berrichon certifié AOP, le dépaysement est total. Il s’en fallait de peu que ce minuscule village de 308 âmes ne fût en Nouvelle Aquitaine plutôt qu’en région Centre Val de Loire.  Cette bourgade inconnue du Boischaut Sud se résume à une place centrale avec son monument aux morts, son épicerie buvette (pour les vivants) , son église, sa mairie et pis c’est ben tout. A noter toutefois la présence d’un agréable espace pique-nique avec quelques tables en bois et des bancs du même métal faisant face à un paysage à couper (modérément) le souffle.  C’est le point de départ d’une randonnée pédestre de 6 km balisée en bleu qui permet de s’immerger dans la quintessence du bocage berrichon qui est beaucoup plus vallonné qu’on pourrait le croire. Il y a de longues descentes, suivies de longues montées avec des points de vue panoramiques, de frais passages en sous bois, des ruisseaux glougloutants, de paisibles bovins qui vous regardent avec bienveillance. On traverse quelques hameaux, quelques fermes isolées avant d’atteindre le point d’orgue de cette boucle : la Croix du Peuplé (à 440 m d’altitude) d’où s’étend un panorama étendu.

Puis, c’est le retour au centre-ville de Vijon, où on croise quelques autochtones non masqués, la truffe à l’air. En effet la mode des muselières pour bipèdes n’est pas encore arrivée dans ce petit coin de Berry béni des dieux.

A défaut de fuir au bout du monde, une minuscule évasion au bout du bout du Bas-Berry est un enchantement par les temps troublés et anxiogènes que nous vivons ...

 

Vijon : le dépaysement extrême
Vijon : le dépaysement extrême
Vijon : le dépaysement extrême
Vijon : le dépaysement extrême
Vijon : le dépaysement extrême
Vijon : le dépaysement extrême

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>