Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le bout du bout du monde

Publié le par TSF36

Cette fois-ci, on n’ira pas plus loin.

La Pointe du Raz est en effet la pointe la plus occidentale de notre beau pays, le bout de son museau pointu. Au delà, il n’y a que la mer et l’Amérique qu’on aperçoit, paraît-il, par temps clair après quelques bouteilles de chouchen.

L’arrivée à la Pointe du Raz peut irriter les grincheux, du fait qu’il est impossible d’échapper au parking payant. Mais on fait une bonne action en participant à la sauvegarde d’un site exceptionnel. Un autre motif de grogne, c’est le grand centre touristico-commercial en béton, fort moche, alignant ses boutiques de biniouseries et ses restaurants peu gastronomiques. Enfin, une fois engagé sur le sentier qui mène à la pointe, on ne voit plus ni le parking ni l’usine à touristes.

On ne voit que la mer bleu d’azur (quand il fait beau) le ciel de la même couleur agrémenté de jolis cumulus, la lande de bruyère et d’ajoncs. Il faut peu de temps pour atteindre le point de vue cent fois vu en carte postale. Mais en vrai, ça fait nettement plus d’effet !

A défaut de voir l’Amérique, on voit parfaitement l’Ile de Sein, située à 8 kilomètres au large et peuplée de 250 habitants qui peuvent se vanter d’habiter plus loin que le bout du monde.

Rares sont les touristes qui iront à l’extrémité ultime  du rocher déchiqueté qui plonge à pic dans la mer car le sentier n’est pas balisé et de nombreux panneaux dissuadent les intrépides qui voudraient s’y risquer.

Par contre, on pourra en toute sécurité suivre le GR côtier jusqu’à la Baie des Trépassés, une superbe balade dans un paysage grandiose, dont on revient généralement vivant après s’être désaltéré au relais de la pointe du Van dominant la plage déserte. Un moment de pur bonheur après une longue marche.

Et on repart, car il faut bien partir,  en se disant qu’après avoir été au bout du monde, les pays lointains qu'on visitera par la suite sembleront terriblement proches ...

 


Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge de Locronan (Lokorn)

Publié le par TSF36

A quoi bon faire l’éloge de Locronan, village hyper touristique, classé second village préféré des français (juste derrière Eguisheim) ? Toute publicité serait superflue.

Voici néanmoins le moyen d’éviter les hordes de touristes et de se balader tranquillement dans ce beau village le nez en l’air sans risque de se faire piétiner par les foules : allez y hors saison et le matin de bonne heure, c’est à dire avant 10 heures.

Vous aurez alors l’impression que Locronan vous appartient. Pas un chat dans les rues !

Après 10 heures, c’est râpé. Le village se transforme en usine à touristes. Les cars arrivent en nombre et les nombreux magasins de souvenirs et produits régionaux ouvrent leurs portes et leurs tiroirs caisses.

Voici donc une balade matinale dans ce village miraculeusement préservé. Une flânerie au hasard des rues qui montent (et parfois même descendent) juste pour s’imprégner de l’ambiance si particulière du lieu. Ici ce n’est que du granit brut couvert de lichens, des villas coquettes à demi cachées par des massifs de rhododendrons et d’azalées et des pelouses de gazon ras comme en Angleterre. Un petit coin de paradis …

 Sur les modestes hauteurs qui surplombent le village, on voit la mer, proche et lointaine à la fois, pour nous rappeler qu’on est au bout du monde.

Il ne faut pas quitter Locronan sans avoir goûté au Kouign-amann (traduction : gâteau au beurre) de la boulangerie de la Place, recommandé par Eugène Lemaigre. La recette est simple : 50 % de beurre 50 % de sucre et le reste de farine. C’est un pur délice, d’autant plus que c’est très léger et ça se mange sans faim.

Locronan est aussi célèbre pour sa Grande Troménie, une épreuve sportive se déroulant tous les six ans et  qui consiste à parcourir un grand carré de 12 kilomètres sur les traces de Saint Ronan, le saint fondateur de Locronan qui était lui-même un fervent adepte de la course à pied. Mais comme les participants font le parcours en costume traditionnel breton, en portant des bannières, et en s’arrêtant à chacune des 12 stations, les temps réalisés ne sont pas extraordinaires. Mais ça doit être sympa quand même...



Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge de Quimper (Kemper)

Publié le par TSF36

Dans la rubrique « pays lointains » il était difficile de faire mieux. La Bretagne, c’est carrément le bout du monde, surtout le Finistère, dont le nom breton « Penn-ar-Bed » signifie précisément « bout du monde ». Plus à l’Ouest il n’y a que la mer qui s’étend à l’infini, ou peut-être même plus loin. A moins de considérer, comme le disent les Finistériens que « Tout commence en Finistère », ce qui n’est pas faux non plus.

Quimper, préfecture du Finistère, est surtout connue pour sa cathédrale dont les hautes flèches pointues finement ciselées se voient de partout. Ainsi, on n’a pas trop de mal à trouver le centre ville au cas où on se perdrait.

Pour avoir une vue d’ensemble, on peut faire l’ascension du Mont Frugy qui domine la ville. Les chaussures de montagne et les piolets ne seront pas nécessaires. De là-haut, on pourra constater que l’unité architecturale est intacte. Pas de béton, pas de hideux building en vue, ni de colonnes bleu-blanc-rouge. Pour un castelroussin, c’est assez dépaysant. Les maisons sont toutes construites en granit et couvertes d’ardoises. Il y a une jolie rivière qui traverse Quimper, l’Odet, avec des ponts et des passerelles et des berges fleuries plantées d’arbres. Tout cela laisse présager une petite ville bien sympathique, ce qui sera confirmé par une balade le nez en l’air dans les vieilles rues du centre historique.

Il y a un grand nombre de maisons à pans de bois, peintes de couleurs variées, certaines très curieuses avec des encorbellements et la maison des cariatides, avec ses têtes sculptées. Toutes ces vénérables maisons sont occupées par des commerces divers et variés qui, fort heureusement, n’ont pas été aspirés par les zones péri urbaines. 

La Place au beurre est remarquable pour sa concentration exceptionnelle de crêperies à touristes où on peut déguster les incontournables galettes plus ou moins garnies, arrosées de cidre de Cornouaille (Kerne), éventuellement précédées  d’un petit chouchen ou suivies d’un petit lambig.

Mais selon Eugène Lemaigre, les meilleurs restaurants de Quimper ne se trouvent pas dans ce quartier. Il faut pousser quelques rues plus loin …

A deux pas du centre, il y a aussi un extraordinaire jardin tropical, qui démontre bien que la Bretagne, contrairement aux idées reçues, est un pays chaud (mais humide quand il pleut)

Quimper, finalement, est une petite ville bien agréable bien que moyennement touristique, mais vivante et très commerçante. On peut y survivre sans problème. La preuve, c’est qu’il y a même 67000 Bretons qui y vivent toute l’année …



Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge du Centre Ville ...

Publié le par TSF36

... enfin, un très bref éloge du centre de Châteauroux, avec son hôtel de ville seventies et ses colonnes bleu, blanc, rouge, démontrant que le ridicule ne tue pas. Un centre ville très animé le dimanche, comme on peut le constater.

On se demande vraiment pourquoi les touristes s'entassent dans les coins touristiques et ne viennent pas à Châteauroux , une ville au si riche patrimoine architectural ...

 

photos-2014-3164.jpg

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>