Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A la mi-Août

Publié le par TSF36

Tiens, nous sommes le 15 Août. Et que célèbre-t-on le 15 Août ? Aucune idée ? Vous donnez votre langue au chat ?

Pourtant chat qu'un sait que le 15 Août, c’est à dire la mi-Août, est la Journée du Chat.

Voici donc un hommage à tous les chats anonymes rencontrés au hasard, le temps d’une photo, aux quatre coins de l’hexagone, du Berry à l’Alsace, de la Provence à l’Ile de Ré en passant par le Cantal, la Corrèze et autres lointains pays. Car même dans les villages déserts où on dit qu’il n’y a pas un chat, il y a toujours un chat, fier de poser pour la postérité.

Chat beau, chat laid, chat d’oïl, chat d’oc, chat noir, chat blanc, chat gris, chat jaune, chat bleu, chat sauvage, chat civilisé, chat prompt, chat lent, chat-thon, chat sérieux, chat-pitre, chat de concours au nom comme un trombone, chat de gouttière sans nom qu'on appelle Minou, chat quantique de Schrödinger … tous les chats naissent libres et égaux en droits.

Et quel est l’hymne national des chats ? C’est, évidemment le « Duetto buffo di due gatti », attribué à Rossini. Une pièce sublime, chantée (plus exactement miaulée)  en italien, mais dont les paroles sont facilement compréhensibles, tant par les quadrupèdes que par les bipèdes que nous sommes.

Finalement, les chats sont des gens comme vous et moi …

Vive les chats !

 

 

 

Publié dans Zoologie

Partager cet article
Repost0

Eloge de Montrol-Sénard (Haute-Vienne)

Publié le par TSF36

Le département de la Haute-Vienne n’est pas très riche en « plus beaux villages de France ». Pour tout dire, il n’y en a qu’un : Mortemart, situé un peu au dessous de Bellac, dans les Monts de Blond, premiers contreforts du Massif Central. Certes, Mortemart possède un château, une église, un ancien couvent et une vieille halle dignes d’intérêt, mais il se borne à une rue unique dont on a vite fait le tour.

En fait, un village limousin vraiment authentique se situe à quelques kilomètres de là et se nomme Montrol-Sénard. Un nom improbable qui fait rarement la une de l’actualité ! Curieusement, ce village typique du Limousin, n’a pas eu droit au titre envié de « plus beau village de France ». C’est bien injuste, car ses maisons de granite rustiques, couvertes de tuiles rondes sont très représentatives de la région. Le fleurissement est abondant et remarquable. En tout cas, les hortensias semblent apprécier le patelin.

Mais ce qui fait tout l’intérêt de Montrol, c’est que le village a été transformé en un musée de la ruralité, ouvert gratuitement pendant la belle saison. L’expression occitane « chabatz d’entrar » qui est l’équivalent du français « welcome » est ici de rigueur ! Les portes sont d’ailleurs grandes ouvertes et on peut visiter la forge du maréchal ferrant, l’atelier du sabotier, celui du cordonnier, le café buvette « Chez Angèle », l’école communale et une bonne douzaine d’autres lieux reconstitués comme ils devaient être il y a 100 ans. Tout cela est l’œuvre de quelques passionnés locaux qui ont fait d’un obscur village dépeuplé une petite attraction touristique qui ne demande qu’à devenir grande. Cette reconversion réussie dans le tourisme, activité non délocalisable s’il en est, méritait bien un petit éloge au-delà des frontières du Limousin…

 

 

N.B. "Chabatz d'entrar" : littéralement "finissez d'entrer" est l'expression avec laquelle on accueille les visiteurs dans le Limousin.

 

Publié dans Pays lointains

Partager cet article
Repost0

Eloge de Saint-Nectaire

Publié le par TSF36

Encore une localité double, deux villages pour le prix d’un : On distingue en effet Saint-Nectaire le haut avec sa superbe église, chef d’œuvre de l’art roman auvergnat, et Saint-Nectaire le bas avec son établissement thermal, son casino et ses restaurants.

Il n’y a pas grand chose en ville haute, à l’exception notable de la superbe église en basalte gris mais étonnamment claire à l’intérieure et pleine de belles choses, chapiteaux sculptés polychromes, superbes statues reliquaires en bois peint. Voilà pour les nourritures spirituelles.

 

Pour le reste, toutes les activités (bassement) matérielles de Saint-Nectaire se concentrent dans la ville basse, autour des Thermes. Il y a un petit restaurant avec terrasse tout à fait recommandable et, juste en face, une boutique de produits locaux, où l’on peut acheter diverses spécialités auvergnates, dont le fameux fromage à la croûte grise, du même gris que l’église, mais très clair à l’intérieur, chef d’œuvre de la gastronomie auvergnate.

 

S’il y a des saints, comme Saint Paul, qui ne m’inspirent pas du tout, j’avoue avoir une certaine sympathie pour d'autres, beaucoup plus cool, comme Saint Nectaire, Saint Pourçain, Saint Nicolas de Bourgueil, Saint Honoré et quelques autres …

 

DSC03425.jpg

 

DSC03428.jpg

 

DSC03429.jpg

 

DSC03439.jpg

 

Publié dans Pays lointains

Partager cet article
Repost0

Eloge de Saint-Flour

Publié le par TSF36

Parmi les mégalopoles cantaliennes, Saint-Flour est certainement la plus chouette. D’autant plus qu’on a deux villes pour le prix d’une : la ville haute, juchée sur la planèze et la ville basse, en contrebas, comme son nom l’indique, d’où on peut voir la ville haute. De plus, quand on  est dans la ville haute, on peut voir, en bas, la ville basse. N’est-ce pas étonnant ?

Vue de loin, la silhouette de la cathédrale évoque irrésistiblement deux têtes de chouette, d’où l’adjectif fort pertinent, dans la première phrase, pour qualifier Saint-Flour.

Il y a même un endroit dans la ville basse où l’on peut photographier à la fois la ville haute et la ville basse, avec le reflet des deux villes dans la rivière. Et là, c’est quatre fois plus chouette.

Cette ville est fort agréable et pleine de vieilles pierres toutes plus historiques les unes que les autres, et réciproquement. La cathédrale est un peu mastoc et d’une taille impressionnante pour une aussi petite ville. L’intérieur mérite le coup d’oeil et on y peut voir les reliques de Saint Flour, ce qui était d'ailleurs assez prévisible.  Il y a plein de vieilles maisons aux toits de tuiles rondes (ça change des lauzes de phonolite) avec des génoises, rappelant déjà le midi, même si la pierre des murs est toujours le basalte gris ou noir.

Sur la route qui relie les deux villes, on peut admirer de splendides orgues basaltiques, une curieuse formation hexagonale due au lent refroidissement de la lave en fusion.

La spécialité gastronomique de Saint Flour, c’est les tripoux. J’avoue que je n’étais pas fan de ce genre de chose pas très inspirante, avant de tester une cassolette de tripoux au vin blanc gratinés accompagnés d’aligot. Un pur délice qu’on peut déguster en terrasse face à la cathédrale. On peut ensuite y entrer pour se repentir du péché de gourmandise.

Derrière la cathédrale il y avait un gros chat le 25 juillet 2013 à 15 h 27.

Voilà, en quelques mots, l’essentiel des curiosités de la ville de Saint Flour.

Mais après le poids des mots, voici le choc des photos :

DSC03401.jpg

 

DSC03410.jpg

 

DSC03413.jpg

 

DSC03422.jpg

 

photos-2013-2555.jpg

 

DSC03416.jpg

   Ceci est un chat d'Oc ...

 

Publié dans Pays lointains

Partager cet article
Repost0