Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eloge de Plaimpied (Cher)

Publié le par TSF36

Encore un obscur village, situé à 12 kilomètres de Bourges, où on ne passerait pas ses vacances, mais qui mérite bien un petit crochet pour visiter l’église abbatiale. On peut entrer dans l’église de Plaimpied, vu qu’il n’y a pas d’escalier !

C’est une harmonieuse construction romane bien éclairée par de hautes fenêtres, mais l’intérêt principal du lieu, c’est les superbes chapiteaux sculptés du XII è siècle. Ils ne sont pas peinturlurés comme ceux du Poitou mais ils sont d’une grande finesse. On peut y admirer tout un bestiaire de créatures monstrueuses, des sirènes, des atlantes, des diablotins, et même des chats (sujet rarement représenté). Mais le clou est une « Tentation du Christ » d’une finesse exceptionnelle, de la sculpture HD en quelque sorte.

A l’entrée, quelques panneaux pédagogiques informent les ignorants sur la symbolique de ces représentations, qui devait être aussi claire pour les croyants de ces temps très anciens que peuvent l’être pour nous les symboles de la signalisation routière.

Ce qui n’empêche pas l'horrible mécréant que je suis d’aimer ces œuvres naïves d'artistes anonymes ...

DSC04490.jpg

 

DSC04471.jpg

                                                               La tentation du Christ

DSC04476.jpg

                                                                      Monstres dévorateurs

DSC04477.jpg

                                                           Bestioles non identifiées

DSC04478.jpg

                                                                     Trio de chats

DSC04488.jpg

                                                                                      Sirène

Pour en savoir beaucoup plus sur l'église de Plaimpied , je vous renvoie à cet excellent site.

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0

Vulnerant omnes Ultima necat

Publié le par TSF36

A la demande générale, voici la fameuse pendule de l'ORTF.

Souvenirs, souvenirs ...

DSC04519.jpg

Il s'agit de l'authentique pendule Houriez, inaugurée à Noël de 1959, qui était diffusée avant le début des émissions. (présentée au musée de l'ACHDR)

C'est une authentique oeuvre d'art.


Pour voir cette superbe pendule en fonctionnement, cliquez ICI

 


Partager cet article
Repost0

Eloge de la télévision ancienne

Publié le par TSF36

Pour les jeunes qui sont nés dans un environnement constitué d’écrans grands, petits ou moyens, il est certainement très difficile d’imaginer ces temps très anciens où il n’y avait pas d’écrans du tout. Et pourtant, ces temps très anciens remontent seulement à une génération.

La télévision est née vers la fin des années 1930 et fut d’abord réservée à quelques parisiens privilégiés. Les appareils étaient alors des meubles monstrueux avec un minuscule écran (souvent muni d’une loupe) devant lequel il fallait se positionner pour observer une image tremblotante de 30 lignes, puis de 60 lignes et enfin de 180 lignes : la haute définition semblait enfin atteinte !

Puis la guerre mit fin aux émissions de télévision et il fallut attendre les années 1950 pour qu’elles reprennent et deviennent accessibles à un public plus large. 

Ce fut alors le règne du 819 lignes, du noir et blanc et de l’unique chaîne diffusant les fameux  programmes qui sont restés dans la mémoire des vieux chnoques : Cinq colonnes à la une, la piste aux étoiles, la tête et les jambes, etc. devant lesquelles la famille s’émerveillait. Ce fut aussi une époque heureuse pour les dépanneurs qui intervenaient souvent à domicile, fer à souder à la main, pour changer une lampe ou autre composant du précieux poste de télé durement acquis.

Aujourd’hui, il y a un écran dans chaque pièce de la maison et on baigne dans un flot d’images apparemment gratuit, outre le fait que la publicité dégoulinante nous vole du « temps de cerveau disponible »

Aujourd’hui, les écrans sont plats, les images parfaites, nous bénéficions de dizaines ou de centaines  de chaînes, mais nous avons perdu la faculté de nous émerveiller.

On retrouve cependant l’émerveillement à l’occasion d’une visite privée au musée de l’ ACHDR (Association du Centre Historique de la Diffusion Radiophonique) situé à Saint-Aoustrille près d’Issoudun. Ce musée n’est hélas pas ouvert au public, mais il le sera peut-être un jour …

En attendant, voici quelques images des premiers téléviseurs, d’abord mécaniques à disque de Nipkow, puis électroniques à tubes cathodiques. Impressionnant, non ?

Pour terminer, un grand coup de chapeau à l’association qui œuvre pour la sauvegarde de ce patrimoine exceptionnel.

DSC04516.jpg

 

DSC04517.jpg

 

DSC04520.jpg

 

DSC04523.jpg

 

DSC04524.jpg

 

DSC04518.jpg

 

DSC04525.jpg

                            meuble radio-télé-phono-bar (hips !)

Partager cet article
Repost0

Eloge des services municipaux de Déols ...

Publié le par TSF36

... pour les superbes massifs printanniers de notre belle ville.

Je propose que leur soit décerné le prix Nobel du fleurissement !

photos-2013-3090.jpg

 

photos-2013-3092.jpg

 

photos-2013-3094.jpg

 

photos-2013-3096.jpg

 

photos-2013-3097.jpg

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0