Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Eloge de Concremiers

Publié le par TSF36

Concremiers, minuscule village situé à seulement 7 kilomètres du Blanc fait partie des lieux que la plupart des berrichons, même les plus anciens,  ignorent (en dehors, bien entendu, de ses quelque 637 habitants qui ont l’idée farfelue d’habiter ce lieu que personne ne connaît).

Il faut dire que Concremiers n’est pas sur la route de Poitiers (pourtant proche) et on ne peut même pas mémoriser ce nom, comme d’autres localités qu’on voit écrites sur un panneau, bien qu’on ne s’y arrête jamais. Non, pour connaître Concremiers, la seule solution c’est d’y aller ! Et le grand mérite des randonnées cyclistes, c’est de faire découvrir des coins où on n’aurait jamais l’idée de passer en automobile. On y accède en vélo en sortant de la Voie Verte au niveau de la gare désaffectée, puis on passe devant la petite maison du garde-barrière, où nulle barrière n’est désormais à garder.

Concremiers mérite certainement mieux que le silence des guides touristiques. Il représente en effet un modèle réduit de ce qui pourrait être un haut-lieu du tourisme. Ce n'est qu'une question d'échelle relative.

Il y passe  une jolie rivière, l’Anglin, qu’enjambe un pont permettant de passer d’une rive à l’autre et inversement. Du pont, il y a une jolie vue sur le bourg avec ses maisons anciennes à toits de tuile, sa modeste église, un vieux moulin avec une roue à aube. L’ « hypercentre » est coquet avec des fleurs un peu partout autour de l’église, avec une belle pompe à eau en fonte, récemment repeinte en vert, une source gratuite et providentielle pour étancher la soif du courageux cycliste par un après-midi d’été torride. Il est des circonstances où l'eau fraîche paraît plus délicieuse qu'un grand cru de Bourgogne !

Une ruelle pentue descend à la rivière, où l’on peut admirer, assis sur un banc judicieux,  les longues chevelures de végétation peignées par le courant. Observer, à défaut de la flèche bleue d'un martin pêcheur,  le vol rapide des hirondelles près de la surface. S’y reposer un moment à l’ombre d'un vieux saule.

Se délecter de ce presque rien qui contient déjà tout à l’état embryonnaire. Tout le charme discret des petits patelins du Berry. Un charme minuscule qui restera invisible au touriste normal. Seuls les esthètes (et les cyclistes) y seront sensibles.

Concremiers est, en somme, la version microscopique de ce qui pourrait être un des plus beaux villages de France, mais sans les inconvénients du tourisme.

Encore un lieu secret, à ne pas divulguer …

photos-2012-1784.jpg

La Gare désaffectée

photos-2012-1771.jpg

La maison du garde-barrière

photos-2012-1783.jpg

vue du pont

photos-2012-1781.jpg

le vieux moulin sur l'Anglin

photos-2012-1773.jpg

vieille maison à tourelle dans le bourg

photos-2012-1778.jpg

le massif central !

photos-2012-1782.jpg

au bord de l'eau ...

 

 

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

Saintes Ecritures ?

Publié le par TSF36

                                                                                                                 Deus sive natura

                                                                                             (Spinoza)

 

L’autre jour, j’étais en train de tailler mes rosiers devant mon garage, en pestant contre les épines qui venaient de me lacérer un bras, et contre mon imprudence de n’avoir pas pris une tenue idoine pour cette tâche dangereuse, lorsque je fus abordé par un homme et une femme bien habillés, en ces termes « Bonjour, Monsieur, nous rendons une petite visite amicale aux gens du quartier »

Ah bon, que je me suis dit, si c’est amical, je suis pas contre. L’homme continua « Avez- vous entendu parler des Saintes Ecritures ? » Alors là, déception. Pour une fois que je pensais me faire des nouveaux amis, je tombe encore sur des orchidoclastes !

Je leur répondis poliment que cela ne m’intéressait pas et les remerciai. L’homme tenta de revenir à la charge en disant « c’est un point de vue positif sur la Bible» ; alors je pris mon sécateur et coupai court aux arguments des sectateurs qui repartirent en me souhaitant une bonne journée que je leur rendis au centuple. Bon débarras !

Faut dire que quand je suis occupé à tailler des rosiers, je ne suis pas très causant, surtout pour ce qui est de discuter des Saintes Ecritures, sujet sur lequel j’ai une opinion définitivement arrêtée, que personne ne me fera changer et dont je ne cherche pas non plus à convaincre quiconque.

 

La Bible, j’en ai un exemplaire sur les rayons de ma bibliothèque, comme tout honnête homme, vu que ça a été un best seller. Il y a dans ce gros pavé à boire et à manger. Ou plutôt, comme dans une auberge espagnole, le boire et le manger qu’on y apporte. C’est aussi comparable à un gigantesque vide-grenier : on y trouve le meilleur et le pire. On y trouve des paroles de sagesse sublimes, des âneries monumentales, des vérités éternelles, des conceptions dépassées, des documents historiques mêlés à des fables enfantines, des grands moments de poésie et des faux miracles, parfois une langue limpide, parfois un charabia incompréhensible. Bref un livre qui n’a manifestement pas été dicté par Dieu (alias l'Univers), mais écrit par des hommes de jadis, parfois sages parfois fous. Un livre qui n’est pas plus saint que les autres, dans lequel je me réserve le droit d’applaudir ce qui me convient et d’exécrer le reste.

Sur un autre rayon de ma bibliothèque, j’ai également un exemplaire des œuvres d’Arthur Rimbaud. Prenons son poème le plus connu : le bateau ivre. Un objet littéraire inouï, écrit les doigts dans la prise, en contact direct avec le Grand Mystère. Ne s’agit-il pas là d’un authentique miracle ?


             Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes

             Et les ressacs et les courants : je sais le soir,


             L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,


             Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

 

Les voies de l’Univers (alias Dieu) sont impénétrables quand Il choisit de s’exprimer par la plume d’un gamin de 17 ans qui devait d’ailleurs fort mal tourner par la suite. Mais qu’importe !

Alors, voilà ce que j’aurais dû répondre à cet homme qui faisait de la pub pour les « Saintes Ecritures » si j’avais été d’une humeur moins épineuse et plus taquine : Mais oui, mon cher Monsieur, je les ai lues et elles sont signées du divin Arthur Rimbaud !

 


Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Eloge du fondu creusois

Publié le par TSF36

Le fondu creusois (et non pas fondue) est un plat d’une grande légèreté qu’on trouve à la carte de tous les restaurants creusois dignes de ce nom.

Le « fondu » proprement dit est préparé à base de fromage local, de farine, de crème et d’œuf. L’accompagnement est constitué d’une omelette nature (aux œufs de poule), d’une belle tranche de jambon de pays, d’une salade verte et surtout de frites. Les frites se mangent à la main après les avoir trempées dans le fondu chaud. Certes, c’est du rustique, mais c’est un pur délice.

photos-2012-1757.jpg

Comme ce plat est fort léger, il est probable que vous aurez encore un petit creux (dans la Creuse, c'est normal) que viendra agréablement combler, en dessert, une part de gâteau creusois, cette délicieuse spécialité moelleuse à base de sucre, de blancs d’œufs (de poule), de beurre (20 % seulement), de farine et de noisettes broyées. Un pur délice également ...

photos-2012-1763.jpg

 

                                                     Eugène Lemaigre, chroniqueur gastronomique

 

* Pour votre santé, évitez les abus de sport !

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

Une page de réclame

Publié le par TSF36

Désolé du caractère de plus en plus commercial que ce blog est en train de prendre. Mais il faut bien vivre, même pour un media libre et indépendant.

Donc aujourd'hui, ce sera encore une page de réclame. Non seulement ça rapporte gros, mais c'est bien pratique en cas de panne d'inspiration !

Et puis, il faut bien faire un peu de pub pour la télévision, cette nouvelle invention qui ajoute l'image à la TSF. Une invention certainement promise à un bel avenir...

 

photos-2012-1762.jpg

 

Publicité Philips 1961


Partager cet article

Repost 0