Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Voeux d'un chat berrichon pour 2012

Publié le par TSF36

Chers amis,

Comment, après les vœux si émouvants (malgré leur sobriété)  de notre bien aimé Grand Leader, pourrais-je à mon tour  vous présenter les miens ? Que pourrais-je ajouter à ces paroles de sagesse ? Tout a été dit.

J’avais jadis l’habitude de formuler des prévisions pour l’année nouvelle. Mais l’expérience a largement démontré que l’avenir est imprévisible. Qui aurait pu, en 2010,  prévoir les événements extraordinaires dont 2011 nous a gratifiés ? Qui pourrait certifier que la chute des régimes dictatoriaux dans les pays arabes va se poursuivre en 2012 et même se généraliser au reste du monde  dans le sens du progrès humain que nous souhaitons ? L’Histoire nous a démontré qu’elle n’avait pas de sens . Souvent, elle bégaie, souvent elle revient en arrière. Les dictatures sont renversées par des révolutions qui mettent en place d’autres dictatures parfois pires que les précédentes. Quoique sur ce point j’espère me tromper…

Dans Tintin et les Picaros, le Général Tapioca, le méchant dictateur du San Theodoros  est renversé (avec l’aide de Tintin ) et remplacé par le sympathique ( ?)  Général Alcazar. A la page 11 de l’album, on voit deux policiers patrouiller dans un bidonville avec dans le fond une pancarte « Viva Tapioca ». A la page 62, après le changement de régime, on voit les mêmes policiers (dans un uniforme légèrement différent) patrouiller dans le même bidonville, mais la pancarte affiche maintenant « Viva Alcazar ». On voit qu’Hergé, dans cette ultime opus, avait tout compris à la géopolitique et qu’il n’avait pas grande illusion sur le "sens de l'histoire".

Donc ma seule prévision raisonnable  se bornera à affirmer que cette année sera riche en surprises.

Quelles surprises ? Là, je donne ma langue, ma plume, et mon clavier  au chat, à ce félin anonyme filmé quelque part dans le Berry.

 

 


Il se joint à moi pour vous adresser ses meilleurs vœux pour l’an de grâce 2012.


 

 

Publié dans normalitude

Partager cet article

Repost 0

Confiteor

Publié le par TSF36

J’ai péché, je l’avoue publiquement, j’ai péché...

Malgré ma profonde conviction écologique selon laquelle il ne faut manger que des produits locaux et seulement en saison, malgré ma conversion à la secte des adorateurs de la pomme - conversion tardive dont on pourra douter de la sincérité – malgré mes louables efforts pour sauver la planète, j’avoue avoir craqué, hier au marché de Déols.

Parmi les fruits plus ou moins locaux, enfin disons les fruits normaux, il y avait aussi  des litchis frais hors de prix, venus par avion de l’Ile de la Réunion. Un bilan carbone désastreux ...

Mais comment résister à des litchis en branche, avec des feuilles, comme s’ils avaient été cueillis le matin même. Des litchis d'un beau rouge vif, bien dodus, bien fermes, juteux et sucrés au soleil de l’hémisphère sud, avec cet ineffable parfum de fruit défendu et le goût délicieux des plaisirs coupables. Un pur délice !

Petit remède illusoire à la dépression saisonnière ? Vaine tentative d'ouvrir une parenthèse dans la froidure et l'obscurité hivernale ? 

Non, je n'ai aucune excuse valable. Je ne suis qu’un pauvre pécheur.

litchis.jpg

 

Comme pénitence, c’est promis, demain ce sera deux pommes de terre et un navet...

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

Noël, le retour ...

Publié le par TSF36

Ah ! la magie de Noël qui revient tous les ans, comme par hasard, à la même date, sans aucune surprise ...

Je ne vais quand même pas me décarcasser à commenter ce non-événement qui m'inspire de moins en moins ...

Je renvoie donc les trois pelés et quatre tondus qui lisent ceci à ces deux articles de l’an dernier, articles magnifiques et toujours d’une actualité brûlante :

Eloge de Mireille Mathieu

Eloge des chiens chanteurs 

 Entre la dinde aux marrons et la buche au chocolat, ça peut pas faire de mal.

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost 0

Eloge de la truffe du Berry

Publié le par TSF36

Le PEPSI d’Issoudun, contrairement à ce que pourraient croire les étrangers pas berrichons,  n’est pas une spécialité locale de boisson brune, gazeuse et très sucrée, que les Issoldunois auraient inventée pour tenter de concurrencer le Breizh Cola (la boisson du phare ouest) qui fait la fierté des Bretons. Non en  fait, sous l’acronyme passablement capillotracté de PEPSI, il faut entendre  « Palais des ExPositions et des Sports d’Issoudun ». Et dimanche dernier, on y célébrait la truffe noire du Berry, un produit rare et saisonnier produit par quelques trufficulteurs locaux. Vingt-cinq kilos du précieux champignon seulement furent vendus, pas de quoi concurrencer le Tricastin, ni le Périgord.

Après le passage des canifeurs et renifleurs professionnels chargés de contrôler la qualité des produits, ce fut une belle foire d’empoigne pour les acheteurs qui se ruèrent, dès que la cloche eut sonné, sur les maigres étalages qui furent dévalisés en 20 minutes. Un délire total. Et contrairement à ce qu’on observe sur les brocantes, personne ne marchanda, l’offre étant bien inférieure à la demande ; et tout fut vendu aux prix fixés, allant de 900 à 1100 roupies berrichonnes le kilo. Evidemment, ce n’est pas donné, mais on peut parfaitement, sans se ruiner, s’offrir une truffe de 25 grammes qui permettra de faire un petit plat sympa et parfumé.

Les retardataires ne purent contempler que des paniers vides et se consoler en allant déguster les spécialités culinaires à la truffe, royalement offertes à dose homéopathique dans de minuscules coupelles. Une mention spéciale pour la brouillade aux truffes. Sublime !

Cette première intrusion dans la secte étrange des adorateurs de la truffe m’a tout de même laissé pensif. Pourquoi certains produits du terroir sont-ils idolâtrés à ce point alors que d’autres sont si mal aimés ?

Au marché de Châteauroux, j’ai récemment acheté des nèfles pour … zéro centime. Le marchand m’en a généreusement fait cadeau. Ou peut-être voulait-il se débarrasser de ces fruits peu appétissants dont personne ne veut ?

Et pourtant elles étaient mures à point et délicieuses.

Le monde de la gastronomie est bien injuste …

 

                                                                            Eugène Lemaigre, chroniqueur gastronomique

truffe1.jpg

truffe2.jpg

truffe3.jpg

truffe4.jpg

                Cliquez ci-dessus pour sentir le parfum de la truffe

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>