Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'imparfait du subjonctif pour les nuls

Publié le par TSF36

Aujourd'hui,  le verbe démanteler.

Il faudrait  .....

 

          Que je démantelasse
          Que tu démantelasses
          Qu'il démantelât
          Que nous démantelassions
          Que vous démantelassiez
          Qu'ils démantelassent


Simple, n'est-il pas ?
Par contre pour ce qui est de démanteler une centrale nucléaire, c'est un peu plus compliqué. Pour les vestiaires et les chiottes du personnel, çà on sait faire !  Mais pour le cœur du réacteur c'est, semble-t-il, mission impossible ! Non seulement ça coûterait plus cher que la construction de ladite centrale, mais en plus les risques de contamination seraient énormes.
Vendredi dernier, dans l'excellente émission de l'excellent Daniel Mermet, il y a eu un reportage édifiant sur la défunte centrale de Brennilis sise en Bretagne dans les paysages enchanteurs des Monts d'Arrée, et dont manifestement même les grands experts ne savent que faire.
Quand je vous le disais que le nucléaire est la pire des saloperies jamais inventée...
 
Voici le lien pour re-ouïr ledit reportage édifiant . 

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

Quoi de neuf dans les news ?

Publié le par TSF36

 

... ou plutôt "What's new dans l'actu ?" pour causer correct.

Pas grand chose en vérité si on écoute les media officiels. Juste quelques guerres, quelques attentats, quelques catastrophes, la routine en somme.

Pourtant le seul évènement vraiment important de la journée a été, on ne sait pourquoi, en grande partie occulté.

Seul l'excellent François Morel nous en a fait part ce matin sur france Inter  :

 

 

Publié dans normalitude

Partager cet article

Repost 0

A propos ...

Publié le par TSF36

...de lapin.

Les nombreux lecteurs de ce Modeste Blogounet m'ont fait part de leur inquiétude concernant le lapin de Pâques acquis chez Lidl le mois dernier.
Eh bien, j'ai le devoir de leur faire part de la triste nouvelle : ledit lapin n'est plus.

 

Il n'en reste que la peau, une peau toute froissée en aluminium doré dont on ne pourrait pas même se faire un manteau, pas une écharpe, pas même un string.
A propos ... de lapins, je me souviens encore de scènes insoutenables qui ont marqué mon enfance et continuent à hanter mes pires cauchemars.
C'était dans les années 1950, une époque préhistorique que les Djeunz ne peuvent même pas imaginer. En ce temps-là, on emprisonnait des lapins innocents dans des sortes de cellules en ciment fermées par des barreaux métalliques, qu'on appelait des clapiers, ou en berrichon des "tês à lapins". On leur mettait de la paille qu'il fallait changer régulièrement (car cela empestait)  et on leur jetait généreusement des épluchures de légumes, trognons de pommes, de choux et autres cochonneries en guise d'alimentation.  Quand ces pauvres bêtes avaient atteint un poids jugé intéressant, ce dont on s'assurait en les suspendant par les pattes à un "crochet", sorte de balance dont on faisait glisser le contrepoids sur les graduations indiquées par des encoches sur le fléau à section carrée, alors on prononçait froidement la condamnation à mort sans même avoir entendu les arguments de la défense.
Je me souviens, aussi nettement que si c'était hier, avoir assisté à ces exécutions. sommaires. La victime était suspendue par les pattes de derrière à la branche d'un arbre et assommée d'un coup de battoir sur la nuque (ce qu'on appelait le coup du lapin). Ensuite, on lui arrachait un œil afin que le sang pût s'écouler dans un bol dans lequel on avait mis du vinaigre afin d'éviter la coagulation du sang qui servait dans la préparation culinaire de l'infortuné rongeur.
Ensuite il fallait dépouiller le lapin après avoir pratiqué avec un couteau quelques incisions aux endroits judicieux. La peau se retournait comme un gant laissant apparaître la chair nue, rose et violacée. Un spectacle horrible en vérité dont je frémis encore ...
La peau était mise à sécher dans une grange, où les mouches bombinaient autour des puanteurs cruelles, pour reprendre l' image poétique de Rimbaud.
Il suffisait d'attendre que passe dans la rue le "marchand de peaux de lapin" qui se signalait par son cri caractéristique "Pôôôôô d'lapin, pôôôô !" et qui offrait quelques roupies en échange des lapinesques toisons destinées à faire des manteaux de fourrure bien chauds pour les pauvres qui ne pouvaient pas s'offrir de vison.
C'est ainsi que les lapinicides (fort nombreux à l'époque, y compris dans les meilleures familles) effaçaient les traces de leur crimes et se rachetaient une bonne conscience.
Et c'est ainsi que je ne mange jamais de lapin, sauf une fois l'an à Pâques, et encore c'est un lapin en chocolat...

 

lapin.jpg

 

Lapin bidimensionnel

Publié dans Préhistoire

Partager cet article

Repost 0

Le miracle de Pâques

Publié le par TSF36

Enfin Nicolas Hulot est soudainement devenu anti-nucléaire en ce lundi de Pâques! Mieux vaut tard que jamais. Il faut reconnaître que pour un candidat écolo, ça fait déjà plus sérieux.
Etant personnellement convaincu, depuis les années 70 que le nucléaire est la pire saloperie (et le mot est faible) jamais inventée par l'Homo dit Sapiens, je m'étais comme tout le monde plus ou moins endormi sur cette question.
Il faut dire que les discours officiels (de tous bords) auraient presque fini par nous convaincre que le nucléaire, c'est pas si mal que ça puisque ça ne produit pas de gaz à effet de serre. C'est donc quasiment de l'énergie verte ...
Heureusement, tout cynisme mis à part,  une petite catastrophe nucléaire de temps en temps, ça fait pas de mal et ça permet de retrouver un peu de bon sens et de  remettre les idées en place.
On nous dit que toutes les inventions humaines génèrent des risques. C'est vrai : les automobiles sont la cause des accidents de la route. Les trains peuvent dérailler. Les bateaux peuvent couler, les avions peuvent tomber, causant des catastrophes plus ou moins catastrophiques. Mais jusqu'où peut on considérer que les activités humaines ont des risques "acceptables" ?
Dans le cas des catastrophes nucléaires, ce ne sont pas quelques centaines de morts, mais des centaines de milliers avec, en plus, de vastes territoires transformés en no man's lands, rayés de la carte pour de nombreuses générations. Ceux qui ont aimé Tchernobyl aimeront aussi Fukushima ...  Les risques sont sans commune mesure avec les autres activités humaines même les plus dangereuses.
Mais le pire de tout, en dehors des catastrophes (impossibles en France, bien entendu !) c'est de laisser aux générations futures le soin de se dépatouiller avec des saloperies dont on ne sait pas actuellement quoi faire. Dans ce domaine, on ne maîtrise rien. Outre les déchets de combustible qui resteront dangereux et qu'il faudra gérer jusqu'à perpète, il y a aussi les centrales elle-même. Leur démantèlement semble bien utopique. Il faudra peut-être les recouvrir de sarcophages de béton, qui se fissureront régulièrement et qu'il faudra régulièrement remplacer pendant des siècles. Sympa pour nos descendants...
Bonjour également le bilan énergétique et l'énergie quasiment gratuite dont on rêvait au débuts du nucléaire ! Rentable, elle ne l'aura été qu'à court terme pour nos dirigeants à courte vue, mais si on compte les frais colossaux (et le prix humain inquantifiable)  qu'il faudra engager à très long terme pour se prémunir contre les conséquences de cette colossale erreur technologique,  il faut bien reconnaître que le nucléaire est la source d'énergie la plus ruineuse jamais inventée ...

Sur ce coup là l'Homo (soi disant) Sapiens a eu tout faux !


Alors, qu'attend-on pour sortir de cette voie sans issue? Une autre petite catastrophe à Fessenheim ?
Non, quand même pas ! Ce serait dommage, car j'aime bien l'Alsace, ses maisons polychromes à pans de bois, sa gastronomie, ses vins et ses cigognes ...
 

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>