Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Message urbi et orbi

Publié le par TSF36

A tous ceux et celles qui, comme moi, détestent Noël, j’adresse ce message de solidarité : Courage, ce n’est qu’un mauvais moment de cafard à passer ! Demain, on n’en parlera plus. Et le côté positif de la chose, c’est qu’on va vers les beaux jours. En effet, la terre qui penchait du mauvais côté va commencer à se redresser, apportant chaque jour un peu d’ensoleillement supplémentaire. Du temps des Romains on célébrait Sol Invictus (le soleil invaincu) ce qui avait davantage de sens que la naissance présumée du petit Jésus, davantage de sens que l’arrivée du père Noël avec ses cadeaux à la con noix, et davantage de sens que le commercialisme et le gaspillage décomplexés.

Néanmoins, pour ne pas casser l’ambiance, et comme je ne suis pas chien, voici à l’intention des quelques lecteurs qui aiment Noël un magnifique chant de Noël : Gingle Bells (aka vive le Vent) interprété (ou plutôt aboyé) par les Chiens Chanteurs, talentueux quadrupèdes dont les noms restent hélas inconnus. Et pourtant, quel talent !

Woof woof woof ! Woof woof woof ! woof woof woof woof (note du traducteur)

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost0

L'art de déguster une galette

Publié le par TSF36

Ecouter de la musique au XXI è siècle ? Mais c’est très simple ! On sort son smartphone de sa poche, on met ses écouteurs, on va sur Deezer  (même à huit heures) on sélectionne dans un choix infini ce qu’on veut écouter, on clique et on écoute de la musique, plus ou moins distraitement, en déambulant, en regardant bien où on va, afin de ne pas de faire écraser.

On peut aussi écouter de même sur son autoradio bluetooth en conduisant, et en faisant attention à ne pas écraser les piétons qui écoutent aussi de la musique avec leurs écouteurs. On vit vraiment dans un monde merveilleux !

 

Par contre, déguster une galette de vinyle n’est pas à la portée de tous.

Il faut tout d’abord avoir l’appareil indispensable : une bonne platine. Fort heureusement, on peut s’en procurer dans les magasins spécialisés. Cela vous coûtera seulement cinq fois le prix d’un poubellophone Crosley, Muse ou Justin Bridoux, mais c’est le prix minimum à consacrer à un achat qui ne vous décevra pas. On peut aussi se procurer une platine ancienne des années 70 pour un prix équivalent, bien que la cote a tendance à grimper depuis que le vintage est tendance.

Dans tous les cas, le minimum est d’avoir un plateau de 30 cm sur lequel le disque reposera parfaitement, un bras muni d’un contrepoids qui permettra d’ajuster la pression sur le disque à des valeurs ne dépassant pas 2,5 g, un antiskating pour éviter que la pointe saute des sillons et un réglage de hauteur afin que le bras soit toujours parfaitement horizontal. Il faudra aussi s’assurer que la tête le lecture est magnétique (pas céramique!) et que la pointe de lecture soit un diamant (pas un saphir !) Si toutes ces conditions sont réunies, on peut investir sans crainte.

Une bonne platine est un instrument de précision qui permet de tirer la quintessence des disques. La tête de lecture, légère comme un oiseau, caresse à peine le sillon, ne lui infligeant aucune usure.

Maintenant qu’on est bien équipé, qu’on a fait les réglages nécessaires, que la platine est accordée comme un Stradivarius, on va pouvoir déguster de délicieuses galettes de vinyle. Oui, mais pas tout de suite …

Il faut d’abord sortir la précieuse galette de sa pochette sans toucher la surface enregistrée, ce qui demande de longues années d’entraînement, puis la poser délicatement sur le plateau et le mettre en marche. Alors, avec une brosse en fibres de carbone, on caresse doucement la surface enregistrée afin de la débarrasser de toute poussière. Avec une autre brosse, on nettoie le diamant, dans le sens du poil pour ne pas risquer de tordre la minuscule tige qui le relie à la tête magnétique. Alors, on se positionne sur le début du disque et on actionne le levier qui fait descendre en souplesse le diamant. Un léger bruit de surface se fait entendre, peut-être quelques petits clics. C’est rassurant et ça prouve que la musique a un support physique et ces petits bruits sympathiques disparaîtront dès que la musique commencera.

Alors, on pourra aller s’asseoir confortablement et écouter vraiment, en toute sécurité, sans rien faire d’autre, pendant les 20 minutes que durent une face de 33 tours. Un pur bonheur !

C’est une chose étrange, mais la musique écoutée dans ces conditions prend une toute autre dimension. On y entend des choses qu’on avait jamais entendues lors d’une écoute distraite avec des moyens « modernes »

Il y a aussi l’objet. Une pochette d’album vinyle, c’est beau, c’est grand, il y a de la lecture qui peut se lire sans prendre une loupe. Ca peut se mettre au mur en décoration, comme un tableau. Les disques vinyle, on peut aussi les collectionner amoureusement, les rechercher avidement, en devenir complètement accro. Peut on en dire autant d’un fichier mp3 ou d’un flux audio 256 Kbps ?

C’est bien cela qui différencie la dégustation de galettes vinyles de la consommation de musique numérique. La haute gastronomie contre le fast food …

Audiotechnica LP120 (actuelle) et 2 platines vintage: Dual 1219 et Lenco L75 (années 1970)
Audiotechnica LP120 (actuelle) et 2 platines vintage: Dual 1219 et Lenco L75 (années 1970)
Audiotechnica LP120 (actuelle) et 2 platines vintage: Dual 1219 et Lenco L75 (années 1970)

Audiotechnica LP120 (actuelle) et 2 platines vintage: Dual 1219 et Lenco L75 (années 1970)

Partager cet article

Repost0

Au secours, les mange-disques reviennent !

Publié le par TSF36

Les faux nographes étant, semble-t-il, passés de mode, c’est maintenant une nouvelle abomination qui débarque : les tourne-disques vintage. Ils ont envahi les rayons des grandes surfaces spécialisées ou non. En tête de gondole, ça risque même d’être le produit phare, le produit star pour les cadeaux de Noël.

Pour une somme variant entre 50 et 100 €, on peut donc s’offrir un vrai électrophone pour écouter des vrais disques vinyles comme au bon vieux temps des Trente Glorieuses, mais avec, en plus, tous les perfectionnements de la technique moderne : bluetooth, prise usb, port pour cartes SD et autres connectiques indispensables en 2017.

Sous forme de valisette gainée façon rétro, c’est vrai qu’ils ont de l’allure et qu’ils peuvent séduire ceux qui n’ont jamais connu les électrophones et les galettes noires et qui découvrent soudain le charme fou du vintage !

Par contre quand on ouvre le couvercle, la basse qualité de l’objet saute aux yeux. Platine en plastique bas de gamme, plateau léger (du même métal), bras avec pivot en plastok, pesant au moins 7 grammes sur les malheureux disques, cellule céramique et saphir bon marché à faible durée de vie. Bref, avec une telle charrue, c’est la mort certaine des pauvres disques. On peut à la rigueur s’en servir pour achever des vieux Mireille Mathieu !

Quant à la qualité sonore des minuscules haut-parleurs intégrés, on peut l’imaginer facilement. Et l’effet stéréo doit être remarquable (en se mettant à 10 cm de l’appareil)

Ah ! enfin, cerise sur le gâteau, ces merveilleux appareils ont la vitesse 78 tours, mais évidemment pas le saphir indispensable pour lire ce type de disque. Donc pour lire les vieux Tino Rossi de l'arrière grand-mère, c’est râpé !

Pour conclure, tous ces appareils vendus sous différentes marques : Muse, Numark, Crosley, Halterrego, Dual ou … Justin Bridou sont tous de la pure cochonnerie ! A ne surtout pas acheter, a fortiori pour faire un cadeau à des jeunes. Ce serait les dégouter à jamais du vinyle.

Ces engins ne s’adressent évidemment pas aux amateurs éclairés qui savent tous quelles sont les conditions minimales requises pour écouter leurs précieuses galettes dans de bonnes conditions sans les mettre en péril.

Mais en attendant que la pédagogie porte ses fruits, aucun doute que le Père Noël va déposer au pied des sapins des milliers de "mange-disque vintage" qu'on va retrouver prochainement sur tous les vide-greniers, ou à la déchetterie ! 

En attendant, ça fait marcher le petit commerce.

Vraiment, le Père Noël est une ordure …

Drouillophones ou Daubophones ou Cochonophones ou Poubellophones ...
Drouillophones ou Daubophones ou Cochonophones ou Poubellophones ...
Drouillophones ou Daubophones ou Cochonophones ou Poubellophones ...
Drouillophones ou Daubophones ou Cochonophones ou Poubellophones ...

Drouillophones ou Daubophones ou Cochonophones ou Poubellophones ...

Par contre, comme tourne-peluche, çà marche bien !

Partager cet article

Repost0

C'est une chose étrange à la fin que le monde ... (rediffusion du 21 sept 2010)

Publié le par TSF36

On a tous en nous quelque chose de Jean d'Ormesson.

 

A tous ceux qui croient qu'il y a une réponse à tout, à tous ceux qui ont des solutions clés en main à tous les problèmes, à tous ceux qui maîtrisent la situation, à tous les "je sais tout", je conseille vivement la lecture de ce petit livre de Jean d'Ormesson, un homme d'une grande culture (et d'un certain âge) qui a la modestie de reconnaître qu'il ne sait rien, qu'il ne croit pas à grand chose et que le monde est encore plus étrange qu'on pourrait le penser.

Ce qui ne l'empêche pas de se poser les questions qui ont toujours hanté les hommes : qu'est-ce que la vie et d'où vient elle ? la vie a-t-elle un sens ou n'est-t-elle qu'une parenthèse entre deux néants ? Comment fonctionne l'Univers ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ? Et, à défaut de réponses, il nous fait part de ses réflexions sur ces vastes problèmes. Avec intelligence, élégance et une touche d'humour qui ne gâte rien. Jean d'Ormesson est un homme qui sait écrire (sans fautes - normal il est académicien !) De plus, son statut d'Immortel lui permet de dialoguer avec Dieu d'égal à égal !

Et tout cela n'engendre pas la mélancolie, bien au contraire. Cela conduit à l'admiration à la gaité, à la gratitude, au bonheur d'être ici et maintenant sur cette agréable petite planète.

 

On a tous en nous quelque chose de Jean d'Ormesson.

C'est une chose étrange à la fin que le monde ... (rediffusion du 21 sept 2010)

Partager cet article

Repost0