Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le 22 septembre, équinoxe funeste ...

Publié le par TSF36

Les chansons, en principe, sont faites pour être chantées. Généralement, quand on les dépouille de leur musique, le texte seul semble comme inachevé, comme orphelin. Toutes les faiblesses d'écriture apparaissent quand la musique n'est plus là pour les cacher. C'est même le cas avec les plus grands. J'ai écouté récemment des textes de Gainsbourg récités sans musique par des comédiens : ça ne tient pas la route et c'est d' un mortel ennui.
Par contre, quand il s'agit de Brassens, le texte tient parfaitement la route ! Sa lecture sous forme imprimée permet même de découvrir des subtilités d'écriture qui échappent à la seule audition.
Dans "Le 22 septembre" on a des alexandrins irréprochables avec un schéma de rimes aabccb, respectant scrupuleusement la versification classique ;  et ce ne sont pas des vers de mirliton !
Faire rimer "partites" avec "susdite", ce n'est pas à la portée du premier slammeur venu !
Outre la forme parfaite, c'est truffé de références culturelles, de jeux de langage : renversement du dicton populaire dans "l'hirondelle en partant ne fera plus l'automne", humour noir de l'expression "le premier mort qui passe". C'est d'une telle densité, d'une telle richesse que la lecture du texte est pratiquement indispensable à la compréhension, voire à la découverte de détails qui vous étaient jusqu'alors restés inaperçus.
C'est à cela qu'on reconnaît un grand auteur.




                           Le 22 septembre


Un vingt-deux septembre au diable vous partites,
Et, depuis, chaque année, à la date susdite,
Je mouillais mon mouchoir en souvenir de vous...
Or, nous y revoilà, mais je reste de pierre,
Plus une seule larme à me mettre aux paupières:
Le vingt-deux septembre, aujourd'hui, je m'en fous.

On ne reverra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me ressemble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en souvenir de vous...
Que le brave Prévert et ses escargots veuillent
Bien se passer de moi pour enterrer les feuilles:
Le vingt-deux septembre, aujourd'hui, je m'en fous.

Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d'ailes,
Je montais jusqu'au ciel pour suivre l'hirondelle
Et me rompais les os en souvenir de vous...
Le complexe d'Icare à présent m'abandonne,
L'hirondelle en partant ne fera plus l'automne:
Le vingt-deux septembre, aujourd'hui, je m'en fous.

Pieusement noué d'un bout de vos dentelles,
J'avais, sur ma fenêtre, un bouquet d'immortelles
Que j'arrosais de pleurs en souvenir de vous...
Je m'en vais les offrir au premier mort qui passe,
Les regrets éternels à présent me dépassent:
Le vingt-deux septembre, aujourd'hui, je m'en fous.

Désormais, le petit bout de cœur qui me reste
Ne traversera plus l'équinoxe funeste
En battant la breloque en souvenir de vous...
Il a craché sa flamme et ses cendres s'éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châtaignes:
Le vingt-deux septembre, aujourd'hui, je m'en fous.

Et c'est triste de n'être plus triste sans vous

Paroles et Musique: Georges Brassens   1964 © Editions musicales 57

 

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Un petit coin de paradis ...

Publié le par TSF36

Il est au sud de Châteauroux un endroit merveilleux où il fait beau toute l'année. Eté comme hiver, une  température agréable y règne en permanence. Les arbres y sont toujours verts, bien que jamais il ne pleut, et une douce musique accompagne les pas du flâneur. Aucune pierre sur le chemin parfaitement lisse et horizontal ne risque de vous faire trébucher. Aucune ornière ne risque de salir vos beaux souliers. Aucun passant pressé ne risque de vous bousculer, car il ne passe jamais personne. Les seuls visages que vous croiserez sont ceux d'aimables jeunes femmes affichées sur les vitrines accueillantes. Bref, c'est un lieu magique pour une promenade paisible et sereine. Un petit coin de paradis secret où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.
C'est pourquoi je ne dirai à personne qu'il s'agit de  la galerie marchande du nouveau Leclerc récemment construit à Cap Sud.

 

leclerc.jpg

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

Eloge du Puy-en-Velay

Publié le par TSF36

Pour le Berrichon aventureux qui se rend dans le midi (ou qui en revient), mais en voulant éviter les affreuses et coûteuses autoroutes, la ville du Puy en Velay est un passage obligé où il s'arrête cependant avec plaisir. Ce n'est pas vraiment le Sud mais ce n'est plus tout à fait le Centre. Ce n'est pas non plus un mélange improbable de ces deux ingrédients qu'on pourrait nommer Centre-Sud. Non, c'est un lieu qui ne relève d'aucune classification vu qu'il est unique et inclassable. Un site à couper le souffle, qui témoigne encore des désastres volcaniques ayant eu lieu il y a des milliers d'années. Le Puy est en effet construit sur le cratère d'un volcan (fort heureusement éteint depuis quelques 7000 ans, mais pouvant se réveiller à tout instant ) Un haut promontoire de lave surmonté d'une statue colossale de Notre Dame de France domine la ville dont le centre de gravité est une cathédrale bizarre autant qu'étrange avec, à l'intérieur, une vierge noire. Une cathédrale qui marque depuis des siècles le point de départ vers Saint Jacques de Compostelle. Un peu plus bas, de hautes maisons cossues aux façades colorées bordent des rues piétonnes aux commerces animés.
Et il y a surtout Saint Michel d'Aiguilhe, un peu à la périphérie, juché comme par miracle sur un piton volcanique. Un chemin à couper le souffle (au sens littéral cette fois) qui serpente vers le sommet vertigineux dudit  python (1) mène le touriste intrépide à la chapelle de Saint Michel, qui est une petite merveille, un lieu habité, propice à la méditation sur la vanité du monde.
Après une telle élévation spirituelle, on redescend vers le centre ville et  vers des considérations plus terre à terre, bien que la gastronomie, cet art sublime,  ne soit pas dépourvue de spiritualité
Une assiette de lentilles rappellera peut-être à certains de mauvais souvenirs de cantine scolaire, mais une assiette de lentilles vertes du Puy avec saucisse paysanne dégustée  in situ, sur la Grand Place, atteint au grandiose, surtout suivie d'une crêpe ponote (1) à la verveine du Velay, autre spécialité du lieu. Ah ! quel bonheur de savourer ce qui sera peut-être son dernier plat de lentilles, par une belle journée d'été finissant, attablé à une terrasse sur la Place centrale du Puy, dans le cratère d'un volcan qui peut se réveiller à tout instant...

 



        Ici s'achèvent les vacances de Monsieur Mulot alias Isidore Ledoux, votre Très Humble et Très Dévoué Serviteur

(1) jeu de mots
(2) Les habitants du Puy en Velay ne sont pas des Velypuisiens ni des Puyvelaisiens ni des Puysatiers velus, mais des ponots et des ponotes. Etonnant, non ?

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge de Nyons

Publié le par TSF36

La petite ville de Nyons, sise en un coin reculé de la Drôme est remarquable à plus d'un titre.
C'est en effet la ville de France qui détient le record d'ensoleillement (ex-aequo avec Nice). Selon Felix Nimbus (le météorologue attitré du blog TSF 36) on y relève une moyenne de 382 jours de soleil par an. C'est pour dire !
D'autre part, elle est célèbre pour ses délicieuses olives dont on fait une délicieuse huile bénéficiant d'une A.O.P. C'est un produit gastronomique n'ayant rien à voir avec les huiles d'olives courantes.
Il y a aussi une distillerie de lavande qui distille en permanence, répandant ses effluves embaumés à travers toute la ville.
Au milieu de la ville, il y a une jolie place avec des platanes bien frais, entourée d'arcades. Il y a aussi une longue rue piétonne envahie par les terrasses des cafés et des restaurants.
René Barjavel (1911 - 1985), natif de Nyons écrivait : "La seule différence entre Nyons et le paradis, c'est qu'à Nyons on est bien vivant"
J'ai pu le constater de visu ...

 

 

 

 

Si votre débit internet le permet, sélectionnez 720p HD et passez en plein écran

pour bénéficier (gratuitement) de la haute définition

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>