Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Da Vinci Code, le film

Publié le par TSF36

J’ai pour habitude de critiquer les films que je n’ai pas vus et les livres que je n’ai pas lus… Pour une fois je vais faillir à la règle pour Da Vinci code que le désoeuvrement d’une après-midi pluvieuse m’a permis de voir de visu dans un vrai cinéma …

L’ordre des Templiers, l’Opus Dei, Léonard de Vinci, Newton, la descendance cachée de Jésus Christ, le Saint Graal : voilà les ingrédients passablement indigestes de cette histoire esotérico-abracadabrantesque dans laquelle le spectateur se perd, surtout quand il n'a pas lu le livre (ce qui est mon cas !) On a beaucoup de mal à y croire. Il semble même que les acteurs n’y croient pas eux-même. On se demande bien ce que la charmante Audrey Toutou, ex Amélie Poulain est venue faire dans cette galère : ultime descendante de Jésus Christ et de Marie Madeleine ! là vraiment on se marre même si le film est désespérément dépourvu d’humour …

Jean Reno n’est pas plus convaincant, ni même convaincu.

Celui qui tire le mieux son épingle du jeu est encore Jean-Pierre Marielle qui a le bon goût de se faire assassiner dans les cinq premières minutes du film !

Néanmoins, il faut reconnaître que çà se laisse regarder. Il y a de belles images et des scènes d’action spectaculaires assez bien ficelées avec un rythme qui tient éveillé jusqu’à la fin. La preuve, je ne me suis pas endormi ! Nul doute que çà fera des entrées ... à défaut d'être un chef d'oeuvre.

Toujours est-il que dans le genre " film d’aventures mystérieuses ", je préfère de loin les aventures d'Indiana Jones, qui ont le grand mérite de ne pas se prendre totalement au sérieux...

...comme Salvador Dali, se représentant sous les traits de Mona Lisa ....

 

Publié dans Cinéma

Partager cet article

Repost 0

Retour d'Alsace

Publié le par TSF36

 Heureux qui, comme Ulysse, est allé en Alsace,

Ce merveilleux pays à la belle saison

Et puis est revenu, plein d’usage et raison,

Dans son Berry natal y poser sa besace !

 

Je garde dans mon cœur le souvenir vivace

De ces villages aux polychromes maisons,

Qu’enivre la glycine aux mauves floraisons

Exhalant dans le soir sa fragrance fugace.

 

Que je plains le pauvre homme ignorant de ces lieux

Consacrés par Bacchus et bénis par les dieux

Où le Riesling à flots s’écoule des collines,

 

Où la charcuterie est au rang des Beaux-Arts

Au point qu’une choucroute égale du Mozart …

Laissons à Du Bellay sa douceur angevine !

 

Après ce très beau sonnet (hmm...), voici de très belles photos. Yakacliquer ci dessous :

http://tsf36.over-blog.com/album-198594.html

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0