Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conte de Noël : Lulu la Tortue et l'Ecureuil sans nom

Publié le par TSF36

Il y a très longtemps, aux confins du Berry et du Limousin, existait un petit royaume bien paisible. Dans ce royaume là, il y avait un roi qui vivait dans un beau château entouré d’un parc immense, ceint de hauts murs, avec des arbres magnifiques et des fleurs merveilleuses et toutes sortes d’animaux. Ce roi là, contrairement à ses collègues, ne chassait pas, mais protégeait tous les animaux.

Seulement il avait quelques manies. Comme il était aussi un grand ami des arts et de la poésie, il avait décrété que tous les animaux fussent dotés d’un prénom qui rimât obligatoirement avec leur nom générique. Ainsi tous les hérons devaient s’appeler Gaston, toutes les mésanges, Solange, etc. D’ailleurs personne ne s’était élevé contre cela. C’était la loi et, en ce temps là,  personne ne songeait à contester la loi.

photos-2013-1723.jpg

Un jour, dans l’immense parc ceint de hauts murs, Lulu la Tortue, qui faisait son jogging quotidien, rencontra un écureuil qui était fort occupé à enfouir une noix dans la pelouse. Bonjour l’écureuil ! lui fit-elle. Bonjour la tortue ! répondit-il. Tu peux m’appeler Lulu, reprit la tortue. Et toi, c’est quoi ton petit nom ?

L’écureuil prit une mine sombre et répondit : hélas, je n’en ai pas. Il n’y a aucun prénom connu qui rime avec écureuil. Toujours on m’appelle l’écureuil par-ci, l’écureuil par-là. Je suis l’écureuil lambda, l’écureuil générique, que personne n’appelle jamais par son prénom. Il est des jours où je me demande même si j’existe. Et c’est pour ça que je suis triste. Et en disant ces mots, il se mit à pleurer à chaudes larmes

Ne sois pas triste, dit la tortue tout émue. Si tu crois que Lulu la Tortue c’est beaucoup mieux ! Lulu, c’est une rime très pauvre, pour ne pas dire une assonance, car il n’y avait rien d’autre au dictionnaire des rimes. Il y a des jours où j’envie ma cousine Gertrude la Cistude. Elle, au moins, a une rime riche.

Comme l’écureuil pleurait toujours Lulu, de plus en plus émue, sortit de son sac à dos une feuille de laitue qu’elle tendit à l’écureuil.

Tiens, lui dit-elle, c’est de la « laitue consolatrice », une variété rare qui pousse à l’autre bout du parc. J’en garde toujours sur moi pour les coups de blues.

L’écureuil la prit avec réticence, car il n’avait jamais mangé de laitue, mais l’avala finalement.

 

L’effet fut radical et l’écureuil eut bientôt retrouvé son humeur  guillerette. Merci Lulu, dit-il,  de m’avoir fait retrouver mon état d’écureuil normal. En échange, laisse moi t’offrir la noix que je m’apprêtais à cacher dans la pelouse. Je vais te l’ouvrir. Et d’un habile coup de dents, il ouvrit la noix qu’il offrit à Lulu.

Lulu, qui n’avait jamais mangé de noix, la prit avec réticence, mais poliment, et la mangea.

Mais c’est très bon ! fit-elle. Et très énergétique comme aliment ! Je sens que je vais battre à la course tous les lièvres du parc. Mais avant de te quitter, l’écureuil, je te propose de nous rencontrer à nouveau au Noël prochain, à ce même endroit pour un nouvel échange de cadeaux. D'accord, répondit l'écureuil, çà c'est une bonne idée ! 

Après que les nouveaux amis se furent quittés, de longs mois passèrent dans ce paisible royaume où jamais il ne se passait rien. L’été partit, l’automne revint et repartit, puis ce fut l’hiver et arriva enfin Noël.

L’écureuil, qui n’avait pas oublié le rendez-vous,  descendit de son nid dans le noyer et se dirigea vers l’endroit où il devait rencontrer Lulu. Il avait emporté son cadeau pour Lulu : la plus grosse et la plus belle noix qu’il avait jamais trouvée, bien emballée dans du papier d’argent. Mais hélas il ne trouva pas Lulu et il fut bien triste. Il faisait très froid et la neige tombait à gros flocons. Comme il s’apprêtait à repartir, il vit une enveloppe à moitié cachée par une grosse pierre.

Il souleva la pierre, prit l’enveloppe qui était adressée ainsi : Neuneuil l’Ecureuil. Ce ne doit pas être pour moi, pensa-t-il. Mais, comme tous les écureuils, il était très curieux. Il l’ouvrit donc et lut ceci :

 

Capture-d-ecran-2012-12-24-a-13.05.11.png

 

L’écureuil reposa la lettre. Sa tristesse de ne pas avoir rencontré Lulu s’était soudain dissipée et il fut envahi par une joie indicible.

Oh Merci Lulu ! Grâce à toi, je sais maintenant que je suis différent des dizaines d’écureuils qui vivent dans ce parc. J’ai enfin la sensation d’exister pour moi-même. Je suis enfin quelqu'un ! C’est le plus beau cadeau de Noël que tu pouvais me faire.

Il repartit en gambadant comme un fou et en criant :

 

Je suis Neuneuil ! Je suis Neuneuil !

Ne m’appelez plus l’écureuil !

 


neige1-1.jpg

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Eloge du pain bénit berrichon

Publié le par TSF36

Parmi les incontournables de la gastronomie berrichonne, le pain bénit figure en bonne place. Il n’est pas une boulangerie-pâtisserie digne de ce nom qui ne propose ces galettes ovales ou fuselées, piquetées de petits trous décoratifs et dorées à l’œuf. Le problème avec le pain bénit c’est que si on en achète avec l’intention de le ramener à la maison, on ne peut s’empêcher, chemin faisant, d’en casser  un petit bout pour y goûter, ce qui entraîne une réaction en chaîne et , petit bout par petit bout, il n’en reste généralement plus rien quand on est arrivé chez soi.

photos-2013-2097.jpg

Pourtant ce n’est que de la pâte brisée, avec beaucoup de beurre, bêtement cuite au four et dorée à l’œuf, l’essence même du minimalisme gastronomique. Mais c’est tellement bon !

L’autre problème avec le pain bénit, c’est que personne n’est sûr de l’orthographier correctement.

Le verbe bénir est un verbe bizarre qui possède en fait deux formes de participe passé : béni(e) et bénit(e)

La forme bénit, bénite (du latin benedictus) ne doit s’utiliser que comme adjectif et dans un contexte de bénédiction liturgique : on parlera d’eau bénite, de cierge bénit, de médaille bénite et … de pain bénit.

Du plus lointain de ma mémoire, je me souviens en effet que, lors de certaines messes, notamment celle de la Saint Vincent, il y avait des corbeilles de cette délicieuse spécialité que le prêtre bénissait en les aspergeant (avec modération) d’eau bénite avant de les distribuer aux fidèles. C’était d’ailleurs les seules fois où je trouvais un intérêt à la messe.

Le pain bénit doit donc s’écrire avec un t au regard de son origine liée à une bénédiction liturgique.

Mais là où la chose se complique, c’est que la tradition religieuse s’est perdue depuis longtemps et que les boulangers vendent sous le nom de « pain béni », une galette qu’ils n’ont manifestement pas aspergée d’eau bénite. D’où l’hésitation des étiquettes qui affichent une fois sur deux béni ou bénit.

La solution, pour se sortir de ce cruel dilemme orthographique, serait d’utiliser le nom de « radillat » , autre dénomination de la même spécialité berrichonne, mais au nom beaucoup moins poétique.

Eugène Lemaigre

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

Balade extra-galactique

Publié le par TSF36

Il y a vraiment des choses bizarres dans la vie.

On va faire une petite balade le soir dans les rues de Déols, histoire de prendre l’air et d’admirer les illuminations de Noël et voilà qu’on se retrouve dérivant dans un vaisseau spatial, au delà de Jupiter. On est alors happé par une espèce de monolithe noir dans lequel on tombe, tombe, tombe, comme dans un puits sans fond, survolant des paysages irréels peuplés d'étranges entités pour atteindre enfin une autre galaxie, dans un autre espace-temps, à l'autre bout de l'Univers si tant est que l'Univers ait un bout ...

Dans la vie des choses bizarres vraiment il y a.

 

 

Du bon usage des videos Youtube :

Youtube est un service d'hébergement de videos gratuit. Et comme sur tous les services gratuits, on en a pour son argent ! Si on met en ligne des éléments soumis à un copyright, ce qui représente 99 % des cas, Youtube ne supprime plus les videos comme il le faisait avant, mais il les "agrémente" maintenant d'un bandeau publicitaire, théoriquement destiné à rétribuer les ayant-droits.

Pour visionner dans des conditions normales, il suffit de cliquer sur la petite croix en haut à droite du bandeau publicitaire, mais attention ! si vous cliquez ailleurs que sur ladite croix, vous serez dirigé vers le site indésirable correspondant à la pub.

Moyennant cette petite contrainte, Youtube est parfaitement utilisable et la qualité des videos peut même être excellente. Si vous avez un bon débit internet, vous pouvez cliquer sur le petit engrenage et sélectionner la meilleure définition (720 p) et si vous avez un grand écran 16/9, passez en mode plein écran (la dernière icone en bas à droite) Ce sera encore plus beau !


Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge du Héron de la Place

Publié le par TSF36

Encore un scoop exclusif du blog TSF 36, une importante information d'actualité brûlante (bien que le fond de l'air reste frais)  dont les autres media locaux n'ont pas encore eu vent ! Je dirais même que c'est du "breaking news", comme ils disent sur C.N.N !

Seuls les lecteurs de TSF 36 sauront donc avant tout le monde que le Héron de la Place Lafayette de Déols a été installé ce matin-même vers 10 heures ! Notre photographe, toujours présent là où il se passe quelque chose d'important, était le premier sur les lieux.

C'est un superbe Héron en bronze stylisé mais néanmoins bien reconnaissable, avec deux yeux tout ronds brillants d'intelligence, qui vient agrémenter la nouvelle place un peu tristounette en attendant que les féviers d'amérique récemment plantés se couvrent de feuilles, que les nouveaux massifs fleurissent et que le nouveau jet d'eau s'élance vers l'azur...

 

photos-2013-2093.jpg


 Alors, c'est pas de l'info locale, çà ?


Publié dans Zoziologie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>