Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Eloge des Gallo-Romains

Publié le par TSF36

 

L'invasion de la Gaule par les Romains, quoi qu'on en dise, n'a pas été une mauvaise chose. Les Gaulois étaient tout de même des barbares analphabètes qui ne brillaient pas spécialement par le bon goût. Leur plus grand plaisir consistait à se réunir autour d'un feu de bois et se goinfrer de sangliers en racontant des gauloiseries. Les Romains, eux, étaient nettement plus raffinés. Ils avaient une culture classique et ils s'exprimaient couramment en latin !

S'ils avaient une fâcheuse tendance à envahir tous les pays voisins, c'était simplement pour apporter la civilisation à tous ces barbares incultes. Cela partait donc d'une bonne intention. Certes, ils massacraient un peu lesdits barbares qui essayaient de leur résister, mais en fait c'était pour leur bien. Puis, ils s'intégraient parfaitement au pays conquis et pacifié, devenant tout simplement, dans le cas qui nous concerne, des gallo-romains.
La conquête de la Gaule par l'inénarrable  Jules César , qui parlait toujours de lui-même à la troisième personne (1), a donc été une excellente chose, car sans cela on en serait encore à manger du sanglier avec les doigts, et surtout ... on n'aurait pas le remarquable Musée archéologique d'Argentomagus à Saint Marcel qui est un des plus beaux fleurons touristiques du Bas-Berry.

S'il est un lieu à visiter dans le Berry, c'est bien celui-ci.
Mais à quoi bon faire l'éloge d'un musée que tout le monde s'accorde à décrire en termes élogieux et qui n'a vraiment plus besoin de publicité ?
Il suffit de se rendre sur le site officiel pour plus de détails :


 http://www.argentomagus.com/

Quelques images quand même ...

 

 

argentomagus1.jpgLes temples

 

argentomagus2.jpgLe théâtre

 

argentomagus3.jpgFontaine monumentale

 

argentomagus4.jpgLe clou du musée : l'autel domestique

 

(1) "Caesarem legato alacrem eorum" (extrait de De Bello Gallico de Jules César)

Publié dans Préhistoire

Partager cet article

Repost 0

Eloge du Château du Bouchet

Publié le par TSF36

Cet antique château du XII ème siècle, situé près de Rosnay, est rarement ouvert au public (1) et lorsque l'occasion s'en présente il faut la saisir au vol. Certes, il est assez rustique et biscornu et n'a hélas pas été restauré dans les règles de l'art. Certes, le mobilier n'a rien de très remarquable malgré quelques vieux tableaux, dont un représentant un butor étoilé et quelques vitrines abritant des oiseaux empaillés, dont la marquise de Montespan (2).
Mais le principal intérêt de la visite, est d'accéder au donjon et à la terrasse d'où on a la plus belle vue panoramique sur l'Etang de la Mer Rouge et toute la Brenne. Avec son altitude de 375 m, c'est en effet le point culminant de ce plat pays. Par temps clair on aperçoit les premiers contreforts du Massif Central. En montant sur un escabeau et en se tenant sur la pointe des pieds, on apercevrait  même le Mont Blanc (à vérifier)
Bref, la visite mérite amplement les quelques roupies qu'on donne à l'entrée, d'autant plus que c'est une visite guidée par une charmante guide qui vous racontera les origines légendaires de ce mystérieux château qui, paraît-il,  aurait été construit par les fées ...

 

chateau1.jpg

 

chateau2.jpg

 

chateau3.jpg

 

chateau4.jpg

 

 

(1) S'adresser à la Maison du Parc juste en face pour connaître les rares périodes d'ouverture.

(2) A moins que ce soit l'inverse. On finit par tout mélanger à force de faire du tourisme intensif !

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

Eloge de la fleur de tournesol

Publié le par TSF36

Le tournesol est  ma gourmandise préférée. Certes, pendant l'hiver, je se contente des graines (ayant souvent dépassé la DLC)  que les bipèdes homo sapiens me fournissent généreusement. Mais le fin du fin, c'est encore de déguster ces savoureuses graines directement sur une fleur bien mûre vers la fin de l'été. C'est une garantie de fraîcheur irréprochable et en plus, c'est joli !

Mais cela doit se déguster dans les règles de l'art . Il faut d'abord se poser sur la fleur et en retirer la première graine, ce qui n'est pas toujours facile et demande un certain sens de l'équilibre. Une fois cette première graine retirée, les autres viendront facilement. On s'empare donc d'une graine dans son bec et on s'envole prestement vers l'arbuste le plus proche ; on immobilise ladite graine sur la branche avec les pattes (1) tandis que, par de petits coups de bec adroits et précis, on ouvre la coque pour en avaler la savoureuse amande.
Un pur délice !


Solange la mésange, pigiste occasionnelle du blog TSF 36

tournesol1.jpg

tournesol2.jpg

 

tournesol3.jpg

tournesol4.jpg

 


 

 

(1) Je déconseille formellement cette méthode aux bipèdes homo sapiens. Y'en a qu'ont essayé, ils ont eu des problèmes ... (note d' Eugène Lemaigre)

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

Eloge de la pompe aux grattons

Publié le par TSF36


Le Bourbonnais, comme chacun sait, est un pays frontalier du Berry. Il suffit de descendre un peu plus bas que Saint-Amand-Montrond pour se retrouver dans le Zéro-Trois qu'on appelle aussi l'Allier.
Et il serait dommage de ne pas en profiter pour tester la grande spécialité gastronomique du coin, à savoir la pompe au grattons.
Encore un nom bien énigmatique (et peu engageant)  pour une spécialité régionale, dont le rayonnement dépasse pourtant de loin celui du casse-museau.

pompe.jpg

 

Voici ce qu'en dit wiki ki sait tout :

"La pompe aux grattons est une spécialité culinaire du centre de la France (Bourbonnais et plus généralement Auvergne).
Elle se fabrique en général avec une sorte de pâte à brioche salée, qui comporte moins d'œufs que la brioche classique et dans laquelle le beurre est, totalement ou partiellement, remplacé par les grattons, résidus de viande et de graisse de porc fondus et dorés.
La pompe aux grattons se sert souvent tiède, à l'apéritif et lors des vins d'honneur.
On la trouve couramment chez les boulangers de la région. On peut sans doute considérer qu'elle fait partie des éléments identitaires du Bourbonnais.
Le mot pompe est un terme régional qui s'applique dans le sud et le centre de la France à différentes pâtisseries. Le Bourbonnais connaît aussi la pompe aux pommes."


Qu'ajouter à cette description aussi exhaustive qu'érudite ? Rien, sinon que la pompe aux grattons se déguste aussi lors des brocantes bourbonnaises, à la buvette du comité des fêtes avec un petit blanc de Saint Pourçain. Un pur délice !
Certes, sur le plan diététique, ce n'est pas d'une légèreté exemplaire. On peut même dire que c'est du lourd. Mais après tout, qu'importe ! Il suffira d'une trentaine de kilomètres en vélo le lendemain pour brûler ces quelques calories superflues. Comme quoi les chemins de la gourmandise peuvent parfois croiser ceux du sport.

Et comme quoi il n'y a qu'un petit pas de la pompe aux grattons à la pompe à vélo ...

 

Eugène Lemaigre

Publié dans Gastronomie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>