Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Illumination

Publié le par TSF36

D'aucuns auront  pâti à l'obscur graffiti du vingt-six courant.
Il fallait donc, afin qu'on y vît plus clair, un ajout illuminatif à celà (oups !) au susdit gribouillis :


Vocalisations (par G.P.)

A noir, (Un blanc), I roux, U safran, O azur:
Nous saurons au jour dit ta vocalisation:
A, noir carcan poilu d'un scintillant morpion
Qui bombinait autour d'un nidoral impur,

Caps obscurs; qui, cristal du brouillard ou du Khan,
Harpons du fjord hautain, Rois Blancs, frissons d'anis?
I, carmins, sang vomi, riant ainsi qu'un lis
Dans un courroux ou dans un alcool mortifiant;

U, scintillations, rond divins du flot marin,
Paix du pâtis tissu d'animaux, paix du fin
Sillon qu'un fol savoir aux grands fronts imprima;

O, finitif clairon aux accords d'aiguisoir,
Soupirs ahurissant Nadir ou Nirvâna:
O l'omicron, rayon violin dans son Voir!

...........................................................................

Voyelles (par Arthur Rimbaud)

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silence traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! -

 

voyelles-copie-1.jpg

 

 

Cliquez ci-dessous pour tout comprendre :


Interview de Georges Perec à propos de "la disparition" sur le site de l'INA. Un document rare. 

 

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

De l'éclipse à la disparition

Publié le par TSF36

1) Hésitations préliminaires

La faire disparaître ou pas disparaître ? telle est la question shakespearienne ...
Il suffirait juste de supprimer une touche du clavier, rendant - a priori - toute tâche impossible au dactylographe.
Enfin, presque impossible, car l'ablation de cette particule élémentaire du langage conduirait à une pauvreté extrême de l'écriture.
Sans elle, il faudrait renoncer aux perce-neige éphémères, au retour des hirondelles, aux balades en Berry, aux merveilleux nuages de la Brenne, aux omelettes aux fines herbes, aux délicieuses pâtisseries déoloises ; bref renoncer à toutes les choses qui, mises bout à bout, font que la vie mérite d'être vécue.
Mais cela permettrait aussi qu'une chose difficile à comprendre devînt un truc abscons,
Que la mi-ombre fît place au clair-obscur,
Que le le mélomane classique devînt un fan de jazz,
Que le dictionnaire des synonymes descendît non pas d'une étagère mais plutôt de son rayon.
Et que cette disparition devînt une intarissable source d'enrichissement littéraire.

 

 

 

 

2) Application

Colorisation, vocalisation : voilà un point crucial dont il faudrait partir.
Arthur Rimbaud, grand voyant, y voyait du blanc, du moins l'affirma-t-il dans un quatrain qui fit grand bruit.
Puis il fut voyou à London City, puis trafiquant à Harar.
Puis il disparut sans jamais avoir approfondi tout çà.

Mais plus tard, l'an d'avant 1970, G.P., un gars d'Oulipo, pas idiot, fit un coup fumant quand il sortit un roman qu'il nomma "La disparition", un opus aux 300 folios sans jamais "un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal".
Un travail colossal dont il s'acquitta, non sans brio, tout au long d'un  passionnant bouquin : un polar  flamboyant qui laissa baba plus d'un fan.
G.P., grand  gourou du mot français, disparut trop tôt.

Plus tard, un scribouillard local  fort connu (mais au nom ici tu !), vivant - ou plutôt survivant - dans un gourbi crado à la ZUP d'Issoudun, -  aspirait  à l'imitation du susdit grand gourou.  Il  s'attaqua donc au boulot sur sa Japy (car jadis il n'y avait ni Macs ni  P.Cs) dont il avait aboli un bouton ad hoc.
Il y pauma son latin,  s'y cassa pif, crocs, ciboulot ...
Il fumait maints cigarillos, buvait maints Scotchs du matin au soir, mais l'inspiration avait fui à jamais ...
Il rumina dix jours, dix nuits dans son gourbi, puis il conclut dans un soupir, bras ballants : "A quoi bon tout ça ?"
Alors, il sortit dudit gourbi, quitta Issoudun, marcha au long du canal. Un canal  plus noir, plus profond qu'un Styx.
Puis à l'instar du voyant dont on parla plus haut, il disparut lui aussi.

 

disparition.jpg

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Pour en finir avec les boules

Publié le par TSF36

Encore un scoop dont la presse régionale, nationale ou internationale  ne vous informera pas...

Aujourd'hui à 13 h 12 , Nono l'étourneau qui habite quelque part dans le quartier est venu picorer les délicieuses boules de graisse aux graines bio de mon jardin. A 13 h 23, un peu lourd après s'être passablement goinfré, il s'est finalement envolé pour faire une sieste dans le noyer de l'autre côté du mur, le fameux noyer où habite le désormais célèbre écureuil de 12 h 51. A ce propos, il  faut noter - et peut-être déplorer - que ledit écureuil n'a pas de prénom. C'est un écureuil anonyme du fait que le dictionnaire de rimes ne donne aucun prénom rimant avec écureuil. Je ne vais tout de même pas le baptiser Oscar. Ce serait aussi absurde que de baptiser un hérisson Victor...
Mais peut-être allez vous me demander quel est cet arbre étrange dont les fruits sont des boules de graisse aux graines bio ?
C'est pourtant élémentaire :  vous voyez bien que c'est un boulier !

 

etourneau.jpg

Publié dans Zoziologie

Partager cet article

Repost 0

L'écureuil de 12 h 51

Publié le par TSF36

Aujourd'hui, à 12 h 51 , l'écureuil roux qui habite dans le grand noyer de l'autre côté du mur est venu inspecter le banc en ciment qui se trouve dans ma cour. A 12 h 51 minutes et 20 secondes, voyant qu'il n'y avait rien d'intéressant, il est reparti comme il était venu, sans crier gare.

Puis il est retourné à ses activités habituelles consistant à enterrer ou déterrer des noix selon une logique irréfutable qui échappe totalement aux pauvres bipèdes homo sapiens que nous sommes.
Si ça, c'est pas de l'info ...

 

ecureuil.jpg

Publié dans Zoologie

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>