Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

54 articles avec poesie

Enivrez vous

Publié le par TSF36

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

Charles Baudelaire

On peut aussi s’enivrer du parfum des glycines en Avril. C’est une drogue légalisée, dépénalisée et même conseillée. Mais hâtez vous, car les généreuses grappes violettes à l'odeur de paradis auront le même sort éphémère que les fleurs de cerisier.

Dans quelques jours, elles auront chu, délavées par la première averse. Ouvrez grand les naseaux ; respirez à grands traits, sans modération, sans crainte d’effets secondaires, les effluves capiteux, les fragrances subtiles qu’elles exhalent. Si vous n’avez pas le bonheur d’avoir une glycine à demeure, allez respirer celle de votre voisin ou celle du parc le plus proche. Ce vol olfactif vous sera pardonné.

Et si vous ne trouvez vraiment pas de glycine à humer, cliquez ci-dessous afin de sniffer ma glycine berrichonne :

Enivrez vous
Enivrez vous

Publié dans Poésie, Botanique

Partager cet article

Repost 0

Sakuras

Publié le par TSF36

Au Japon les sakuras sont des cerisiers ornementaux dont la floraison printanière fait l’objet d’un véritable culte. Le caractère transitoire de la floraison du sakura est utilisé depuis des siècles comme métaphore afin de souligner le caractère éphémère de la beauté mais aussi de la vie. Le sakura sert ainsi à expliquer le concept esthétique japonais qu'est le mono no aware (ce dernier pouvant se traduire par « la sensibilité pour l'éphémère »).


Dans le Berry, la floraison printanière des cerisiers est aussi, pour quelques esthètes, un objet d’émerveillement, bien qu’il s’agit de cerisiers communs. La floraison ne dure que quelques jours, alors il faut en profiter, en prendre plein les mirettes avant la fanaison ou le coup de vent qui en fera des confettis.

Car cette beauté éphémère est une parcelle d’éternité.

On attendra alors  (si les Saints de Glace sont cléments et si les merles sont raisonnables) de cueillir en été  les beaux fruits mûrs pour de délicieux clafoutis (Klafuti en japonais)

 

Sakuras
Sakuras
Sakuras

Partager cet article

Repost 0

Eloge du printemps ... et des vieux disques

Publié le par TSF36

Ah! The Comedian Harmonists, on ne s'en lasse pas...

Ce groupe allemand (comme son nom l'indique) connut à la fin des années 1920 et au début des années 1930 une gloire comparable à celle des Beatles. Hélas, les lourds nuages de l'époque eurent raison de leur brillante mais trop courte carrière. Pour tout savoir sur les Comedian Harmonists, demandez à Google qui vous dira tout.

Voici un de leurs tubes les plus connus : Veronika, der Lenz est da

Publié dans Musique, Poésie

Partager cet article

Repost 0

Eloge de 2017 (à titre d'encouragement)

Publié le par TSF36

Bienvenue année nouvelette !

Il y aura des pâquerettes,

Des rossignols et des fauvettes

Des clochetons et des clochettes

Et sur les toits des girouettes.

 

Il y aura dans les gazettes

Des marronniers et des sornettes,

A la télé des marionnettes,

A la radio des chansonnettes.

 

Il y aura des castagnettes,

Des tambours avec des trompettes.

En été on fera trempette

Et des balades à bicyclette.

 

Nous trinquerons à l’anisette

Dans les troquets et les buvettes

Et mangerons de l’andouillette

Avec des frites plein l’assiette.

 

Je vous le dis, de Troyes à Sète

De Dunkerque à Tamanrasset,

Aux quatre coins de la planète,

Amis, cette année sera chouette.

 

Sois bienvenue Deux Mille dix-Sept !

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>