Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon

Publié le par TSF36

Que faire à Châteauroux quand le ciel est désespérément gris au mois d'Août, quand le fond de l'air effraie, quand Météo France ne laisse guère d'espoir de revoir un beau jour d'été normal, comme il y en avait jadis ? 

Que faire ? Se jeter dans l'indre, du haut du pont de Déols,  pour s'y noyer ? Hélas l'eau n'est pas assez profonde et on risquerait de se blesser dans la chute ... Ou alors se réfugier au bistrot du coin et se noyer dans le Reuilly, dans le Valençay ou le Quincy ? Hélas, par ce temps frisquet, on n'a même pas soif et en plus il faudrait encore montrer son Q ... R code !

Alors, il reste la solution de tuer le temps d'une manière plus culturelle et d'aller visiter l'exposition Carrasco à la Galerie des Cordeliers. Cet ancien édifice religieux est le cadre idéal pour abriter de superbes expositions comme celle-ci consacrée aux oeuvres de Jorge Carrasco (1919 - 2006), sculpteur et peintre ayant vécu au Menoux, près d'Argenton-sur-Creuse. J'avais jadis consacré un article aux fresques de l'Eglise du Menoux, son chef d'oeuvre. 

http://tsf36.over-blog.com/article-eloge-de-jorge-carrasco-124436974.html

Voici maintenant ses sculptures. Toutes en courbes sensuelles, comme sa peinture. 

Admirons !

Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Eloge de Carrasco, artiste bolivien-berrichon
Partager cet article
Repost0

P.S. A propos de Jacques Brel et Vierzon

Publié le par TSF36

Il faut bien reconnaître que Vierzon doit une partie de sa renommée mondiale à la chanson de Jacques Brel intitulée "Vesoul" alors qu'elle aurait aussi bien pu être intitulée "Vierzon". En fait, ce tube inoxydable de Jacques Brel (qui est loin d'être sa meilleure chanson !) ne fait que citer Vierzon  parmi d'autres villes dans un délire verbal sans queue ni tête mais irrésistible.

Difficile de dire si l'auteur avait volontairement choisi Vierzon en tant que représentant les trous perdus ou si c'était pour la sonorité de son nom. Je ne pense pas que Brel ait eu la moindre intention de dénigrer Vierzon, pas plus que Vesoul ou Honfleur ou le Cantal ou Hambourg ni Paris dans cette chansonnette humoristique et sans prétention.

La municipalité de Vierzon n'a donc pas hésité à baptiser "Place Jacques Brel" la nouvelle place du centre-ville et à l'inaugurer en grandes pompes en présence de la fille du chanteur. Ah! que d'émotion !

 

P.S. A propos de Jacques Brel et Vierzon

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0

Eloge de Vierzon (deuxième couche)

Publié le par TSF36

Certes, Vierzon n'est peut-être pas la destination la plus touristique  de France. C'est plutôt une ville où on passe pour aller ailleurs ... enfin où on passait jadis car maintenant rares sont les automobilistes qui quittent l'autoroute pour venir visiter Vierzon. Et ils ont bien tort car la ville ne manque pas de charme avec ses nombreux ponts sur le Cher, sur l'Yèvre, sur le Canal du Berry, avec son église Notre Dame, son beffroi, ses maisons à colombages et ses vieilles rues pavées, son remarquable musée et surtout son jardin Art-Déco qui est une pure merveille.

Et depuis peu, une voie cycliste toute neuve permet de suivre le Canal du Berry jusqu'à Bourges.

Elle est pas belle la vie à Vierzon ?

 

 

Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)
Eloge de Vierzon (deuxième couche)

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0

Eloge du Passe-Sanitaire

Publié le par TSF36

Hier c'était le Jour de la Carpe (Carpe diem en latin) et il n'était pas question de déroger à la dégustation de frites de carpe à la Maison du Parc sise au coeur de la Brenne, comme chacun sait. Cette spécialité locale incontournable est un des fleurons de la gastronomie brennouse et constitue un repas roboratif après avoir fait une longue marche entre les étangs et quelques observations ornithologiques. 

Cette fois-ci, le restaurant susnommé était soumis (comme tous les autres de France et de Navarre) au Passe-Sanitaire, cette merveilleuse invention de nos bien aimés gouvernants. Alors, en tant que bon mouton obéissant, j'ai extirpé de mon sac à dos mon certificat de vaccination afin que l'aubergiste (fort aimable au demeurant)  le scannât et m'orientât vers une table idoine. Cela fut fait en quelques secondes et je pus constater que les lieux étaient déjà presque complets. Le service ne semblait d'ailleurs nullement affecté. Pas un seul couac ni un seul dysfonctionnement. Et les frites de carpes, avec un petit verre de Reuilly AOC, étaient plus délicieuses que jamais.

Alors, finalement , pour avoir accès à un tel moment de bonheur dans ce cadre paradisiaque , on peut bien renoncer à une petite parcelle de notre sacro-sainte liberté individuelle dont les braillards du samedi se gargarisent. On peut aussi, sans la moindre honte, montrer son Q .... R code) !

Carpe diem !
Carpe diem !

Carpe diem !

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>