Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est le Printemps ...

Publié le par TSF36

... du moins à Tours sur le Boulevard Béranger, où se tient chaque samedi le marché aux fleurs.

fleurs1.jpg

fleurs2.jpg

fleurs3.jpg(made with an iphone)

Pour les pauvres ploucs berrichons, faudra attendre encore un peu !

Publié dans Botanique

Partager cet article
Repost0

Ras le bol de l'hiver !

Publié le par TSF36

C'est, en gros, ce que disait mon collègue Charles d'Orléans il y a quelques siècles, mais lui, il le disait avec un peu plus de style...



Yver, vous n'estes qu'un villain,
Esté est plaisant et gentil,
En tesmoing de May et d'Avril
Qui l'acompaignent soir et main.

Esté revest champs, bois et fleurs,
De sa livrée de verdure
Et de maintes autres couleurs,
Par l'ordonnance de Nature.

Mais vous, Yver, trop estes plain
De nege, vent pluye et grezil;
On vous deust banir en essil.
Sans point flater, je parle plain,
Yver, vous n'estes qu'un villain !

 

            Charles d'Orléans (1394-1465) Recueil "Rondeaux" 

 

 

Et la version de Claude Debussy pour choeur a capella :

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Grande distribution berrichonne : la valse des enseignes

Publié le par TSF36

A Cap Sud, Monsieur Bricolage devient Weldom : encore un nom étranger pas de chez nous...
Au Forum du Poinçonnet, v'la-ti-pas qu'Auchan a fait place à "uchan". Keksetiksa encore que c'nouveau machin ?

uchan.jpg
Ya ben de quoi donner le tournis aux pauvres berrichons !

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0

Tuiles ...

Publié le par TSF36

La langue française est très imagée. Ainsi, pour évoquer un événement désagréable, on  parle d'un pépin ou d'une tuile. On ne sait pas vraiment d'où viennent ces expressions, ni même si une tuile est plus grave qu'un pépin ou bien l'inverse ...
Toujours est-il que c'est assez désagréable d'être réveillé en pleine nuit par une dénommée Xynthia qui malgré son joli nom, se révèle être une horrible mégère que nul ne peut apprivoiser.
Il est même très désagréable d'entendre les tuiles tomber une à une de son toit et se fracasser sur le ciment tandis que le vent hurle et qu'il fait noir et qu'on ne peut rien faire à part tourner en rond dans la maison comme une âme en peine en attendant que le vent faiblisse et que le jour se lève pour constater les dégâts d'un oeil morne et résigné. Un  spectacle apocalyptique !

tuiles1.jpg

tuiles2.jpg

Et puis le lendemain on apprend le désastre chez nos malheureux voisins de la côte Atlantique. Certains ont tout perdu. Certains y ont même perdu la vie ...
Alors on se dit que dans le Berry, on l'a échappé belle. L'Indre n'est pas sortie de son lit. Aucune maison n'a été inondée. On ne déplore aucune victime berrichonne.
Quelque dégâts matériels seulement, que les assurances rembourseront.
Et on se dit que finalement une chute de tuiles, quand on ne se trouve pas dessous,  c'est un sacré coup de bol !

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article
Repost0