Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Eloge de Chédigny, des roses et du goudron

Publié le par TSF36

La région Centre-Val-de-Loire a plus d’un tour dans son sac et réserve maintes surprises toutes plus surprenantes les unes que les autres (et inversement). C’est ainsi que je n’aurais jamais eu vent de Chédigny, si le hasard (qui fait parfois bien les choses) ne m’avait opportunément dévié de ma trajectoire sur l’itinéraire Châteauroux Tours. Ce n’était à vrai dire qu’un petit crochet de quelques lieues, mais encore fallait-il que je m’y accrochasse et ne le contournasse point.

Chedigny, situé dans le sud de la Touraine, près de Loches,  a comme particularité unique d’être un village classé « jardin remarquable ». En effet, chaque trottoir, chaque maison est littéralement fleuri de roses et autres fleurs magnifiques. Il n’y a certes aucun monument historique remarquable, mais seulement des maisons modestes en tuffeau comme partout en Touraine. Le coup de génie de la municipalité a été d’en faire le village des roses, où se tient chaque année en juin le « Festival de la rose ». Evidemment en juillet, les roses sont sur le déclin, mais il reste de nombreuses autres fleurs partout dans ce charmant village. Et comme il n’y a pas de touristes, c’est un vrai bonheur de se balader dans ce petit paradis secret. 

La seule ombre au tableau, c’est que le jour où le hasard me guida en ces lieux, on était en train de refaire la rue d’accès principale, dans un vacarme de rouleaux compresseurs et des torrents de goudron chaud que vomissaient des monstres mécaniques juste devant la terrasse du restaurant gastronomique qui semblait pourtant fort sympathique. Cela n’incitait pas vraiment à s’y attabler !

Mais ce n’est que partie remise et c’est déjà noté dans les tablettes : à refaire ! En juin 2018 les roses seront au top et le goudron sera solidifié pour le plus grand bonheur des naseaux et des pieds des visiteurs. 

 

Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron
Eloge de Chédigny, des roses et du goudron

Publié dans Botanique

Partager cet article

Repost 0

Retour aux sources

Publié le par TSF36

Le véritable épicurien est celui qui sait apprécier les plaisirs naturels et nécessaires, comme simplement boire à une fontaine quand on a grand soif.

L'eau fraîche est alors plus délicieuse qu'un grand cru de Bourgogne.

A méditer en cette après-midi torride en admirant les mosaïques de la source Cachat, sise à Evian, sur la rive du Léman.

 

L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs
L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs
L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs
L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs
L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs

L'eau fraîche étanche la soif et la mosaïque adoucit les moeurs

Partager cet article

Repost 0

Eloge de Charolles sans boeuf

Publié le par TSF36

Quand on fait un long trajet pour se rendre ou pour revenir des confins de l’Hexagone, il est fortement recommandé de faire quelques étapes, pour raison de sécurité d’abord, mais aussi parce que l’aller et le retour font partie intégrante du voyage et qu’une halte improvisée dans un lieu non planifié peut parfois réserver de bonnes surprises. Ainsi, le hasard seul fut responsable de cette halte à Charolles, petite ville a priori peu inspirante, avec sa forte connotation bovine, pour un quasi végétarien.

Or, il s’avéra que cette petite ville était charmante avec les ruines du vieux château, sa jolie église du XIX ème, ses cours d’eau, ses ponts, ses passerelles fleuries et ses vieilles maisons qui lui valent le surnom de « Venise du Charolais ». Décidément, après la Venise de Savoie, je n’échappais pas à l’ambiance vénitienne.

Eugène Lemaigre a même été ravi de trouver à la carte du restaurant « Le Charolles », autre chose que du bœuf, c’est à dire un excellent millefeuilles de légumes ainsi qu’un crumble aux fruits de saison avec sorbet abricot. Une collation légère mais un pur délice avant de reprendre sereinement la route sous le soleil torride de juin.

Eh oui, Charolles sans bœuf, c’était possible !

 

Eloge de Charolles sans boeuf
Eloge de Charolles sans boeuf
Eloge de Charolles sans boeuf
Eloge de Charolles sans boeuf

Publié dans Pays lointains, Gastronomie

Partager cet article

Repost 0