Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Esprit de clocher

Publié le par TSF36

La surface sphérique de notre petite planète n'a évidemment pas de centre. Ou alors n'importe quel point peut en être le centre. Le centre du monde est donc purement subjectif. Pour un peintre célèbre, c'était la gare de Perpignan, pour d'autres c'est la Tour Eiffel. Pour d'autres encore c'est le bistrot du coin.

Pour ma part, c'est le clocher de l'abbaye de Déols, ce vénérable édifice qui est le point de départ et d'arrivée des expéditions dans les pays lointains. A force de le voir tous les jours on n'y fait même plus attention mais il arrive parfois qu'on le redécouvre dans toute sa splendeur à la faveur d'un bon éclairage, de la présence d'un premier plan éphémère, d'un angle insolite nécessitant quelques contorsions de la part du photographe. Et on se demande pourquoi les touristes ne viennent pas plus nombreux pour l'admirer ...

C'est ainsi qu'il faut entendre l'esprit de clocher, car les clochers ont de l'esprit.

Esprit de clocher

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost0

Cerise sur le gâteau : Clisson (Klison)

Publié le par TSF36

Bien que Clisson n’était pas prévu au programme et n’était pas sur le chemin du retour, il eût été dommage de ne pas faire un petit crochet pour admirer cette jolie ville dont le Guide du Routard dit le plus grand bien.

Le site, très vallonné, est admirablement bien situé sur la Sèvre nantaise, couronné par les ruines imposantes du château et par une belle église collégiale.

Clisson avait été entièrement détruit pendant les guerres de Vendée. (Quelle connerie la guerre !) et sa renaissance tient du miracle.

C’est en 1794 que le sinistre Turreau à la tête de ses colonnes infernales procéda aux massacres et destructions finales, faisant de Clisson une ville fantôme déserte pendant de longues années. Fort heureusement, au XIX è siècle, Pierre et François Cacault et leur ami François-Frédéric Lemot, subjugués par le charme des lieux, s’installèrent à Clisson et entreprirent la reconstruction de la ville et dans le style … des cités toscanes !

Il y flotte encore parmi les ifs et les pins maritimes, une atmosphère italienne à laquelle on ne s’attend pas en Loire Atlantique.

Le lieu le plus sublime de Clisson est le grand parc romantique, dit la Varenne Lemot, avec ses rochers, sa rivière, ses statues antiques et les "fabriques", édifices purement décoratifs qui étaient à la mode à l'époque. 

Sur un rocher on peut lire ces vers de Jean-Jacques Rousseau :

 

Ô limpide rivière, Ô rivière chérie,


Puisse la sotte vanité


Ne jamais dédaigner ta rive humble et fleurie,


Que ton simple sentier ne soit point fréquenté


Par aucuns tourments de la vie,


Tels que l'ambition, l'envie,


L'avarice et la fausseté.


Un bocage si frais, un séjour si tranquille,


Aux tendres sentiments doit seul servir d'asile.


Ces rameaux amoureux entrelassés exprès,


Aux Muses, aux Amours, offrent leur voile épais.


Et ce cristal d'une onde pure,

A jamais ne doit réfléchir


Que les grâces de la Nature


Et les images du plaisir.

 

Un joli texte bien écrit dont les rappeurs, slammeurs et autres équarisseurs de la langue française feraient bien de s’inspirer ! (note du vieux réac de service)

 

Enfin, Eugène Lemaigre a bien aimé le restaurant de la Vallée avec sa terrasse couverte et sa vue imprenable sur la rivière et sur la ville perchée. Le contenu des assiettes, et l’addition étaient à la hauteur du panorama. La grande classe ! Mais c’était la cerise sur le gâteau avant le retour vers les mornes plaines du Berry ...

 

Ainsi s’achève cette périlleuse expédition dans le lointain pays de Loire Atlantique.

 

Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !
Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !

Curiosité locale : le pin parasol à polarisation horizontale !

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

Eloge salé de Guérande

Publié le par TSF36

Guérande, chose étonnante, est située sur la presqu’île de Guérande. Une « presque presqu’île » en vérité puisque l’isthme qui la relie au continent est assez large et ne risque pas de se briser comme c’est le cas pour Quiberon  qui risque de devenir une île à la moindre tempête.

Guérande est une jolie petite ville médiévale (et bretonne sous le nom de Gwenrann)  entièrement ceinte de remparts, vivant surtout du sel et du tourisme. Il y a une belle église en granit et de vieilles maisons du même métal, de nombreuses boutiques pour touristes, la Belle Isloise et ses conserves de sardines, la pâtisserie Larnicol et ses kouign-amann aux mille parfums et surtout des marchands de sel proposant du sel aux mille parfums. Personnellement, je le préfère nature, sous forme de fleur de sel. Et il faut dire qu’à Guérande il est nettement meilleur que celui de Camargue ou de l’Ile de Ré, beaucoup plus parfumé, goûteux et subtil, en un mot nettement plus salé ! Le prix de la fleur de sel est également salé puisqu’il coûte quatorze fois le prix du sel ordinaire. Pas recommandé pour la cuisson des nouilles ni pour déneiger devant votre porte !

Un petit tour dans les marais salants est recommandé pour admirer un paysage singulier comme on en voit rarement dans le Berry. C’est vu d’avion que les marais révèlent leur étrange mosaïque, mais la petite route très étroite qui les traverse permet néanmoins à l’automobiliste d’en apprécier la géométrie et même d’observer quelques oiseaux qui ne sont pas au régime sans sel. Par contre, on ne voit pas beaucoup de sauniers au mois de Juin, car la récolte du sel a lieu beaucoup plus tard dans la saison.

Ah, j’oubliais : la crêperie Roc Maria, en plein centre de Guérande où il y a d’excellentes galettes bien garnies, du bon cidre et du bon chouchen. On est en Bretagne ou non ? Le cadre est très sympa et d'ailleurs l’établissement est recommandé par Eugène Lemaigre, ce qui est une référence !

 

 

La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !
La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !

La vue d'avion, c'est pas moi qui l'ai prise !

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

Piriac-sur-Mer, port breton en exil

Publié le par TSF36

Officiellement, la Loire Atlantique n’est pas en Bretagne, certes, mais historiquement …

En tant qu’étranger berrichon, il serait malvenu que j’entre dans cette vieille polémique.

En tout cas, il s’en fallait de peu que Piriac (Penc'herieg) ne fût en Morbihan, car la frontière est proche. En tout cas l’atmosphère est typiquement bretonne dans ce petit port de pêche et de plaisance situé à l’extrémité de la péninsule guérandaise. Dans le centre ancien, les autos ne pénètrent pas et il y a juste assez de touristes pour montrer que le lieu est touristique mais sans plus. Avec ses ruelles fleuries et ses vieilles maisons de granit parfois peintes d’un blanc plus blanc que blanc, Piriac est un lieu où on peut flâner en paix à mille lieues des hordes touristiques et des barrières de béton de La Baule distantes de seulement de quelques dizaines de kilomètres.

La plus belle rue de Piriac (les Champs Elysées locaux en quelque sorte !) se nomme la ruelle des mouettes bien qu’on n’y voie pas plus de mouettes qu’ailleurs, mais c’est là qu’on peut admirer la maison la plus fleurie de la ville, pour le plus grand plaisir du photographe.

Enfin, il y a une excellente brasserie, La Vigie, avec terrasse couverte face au port où on peut déguster tout ce à quoi on peut s’attendre en bord de mer. Cet établissement est d’ailleurs chaudement recommandé par Eugène Lemaigre, ce qui est une référence sérieuse !

 

Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil
Piriac-sur-Mer, port breton en exil

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>