Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Eloge du château de Blois

Publié le par TSF36

Que peut faire un touriste impénitent par une journée grise et pluvieuse de janvier ? Une randonnée pédestre dans la boue ? Se morfondre devant la télé ? ou alors visiter un petit château ?

La troisième solution est peut-être la plus intelligente, d’autant plus que dans le Centre France, il y en a pas mal à se mettre sous la dent en toute saison.

Le château de Blois, puisqu’il s’agit de lui, est un des plus remarquables et un des plus curieux sur le plan architectural. Il est en effet  composé de 4 styles différents, du médiéval, du gothique flamboyant, du Renaissance et du classique. Comme le fait remarquer notre guide « C’est un château économique puisqu’on en a quatre pour le prix d’un »

La photo panoramique à 180 degrés ci-dessous, prise dans la cour intérieure, montre bien ces styles différents. Le clou architectural, c’est indéniablement le grand escalier merveilleusement décoré de la façade François I er.


photos-2013-2957-copie-1.jpg

L’intérieur est tout à fait remarquable par la richesse de l’ornementation, mais attention ! il s’agit d’une recréation datant du XIX ème siècle, une interprétation de la Renaissance vue par un restaurateur du XIX ème siècle, avec un côté kitsch hollywoodien assez réjouissant.

P1040740.jpg

L’autre intérêt du château de Blois, et non le moindre, c’est qu’il est chargé d’histoire et semble toujours hanté par la présence des grands personnages qui y ont séjourné : Louis XII, François I , Henri II, Henri III, Anne de Bretagne, Catherine de Médicis, pour ne citer que les plus connu(e)s …

Et il y a toujours le fantôme du Duc de Guise qui plane au second étage des appartements royaux.

Rappelons brièvement pour les nuls en histoire que le Duc Henri de Guise était le leader de la Ligue, une secte féroce de catholiques intégristes. En ce beau XVIème siècle où l’on s’étripait pour des motifs aussi importants que la transsubstantiation ou la consubstantiation du Christ dans l’eucharistie, la virginité ou pas de Marie, l’infaillibilité papale, j’en passe et des meilleurs, en ce bon vieux temps donc, le Duc Henri de Guise qui avait une dent contre les Huguenots, s’était illustré comme un des principaux instigateurs des massacres de la Saint Barthélémy avec l’approbation de Catherine de Médicis et de Charles IX (1572) en commençant par faire massacrer son ennemi intime Coligny, chef des huguenots. Puis, à la mort de Charles IX, Henri III devint roi de France et comme il semblait trop tolérant envers les Huguenots, l’affreux Duc de Guise rêvait de prendre sa place sur le trône et de faire de la France un pays vraiment catholique. Mais Henri III était au courant des manigances de son rival pour être roi à la place du roi et il lui tendit un piège fatal.

Il le fit convoquer au château de Blois pour une réunion de travail importante. C’était en décembre 1588.

On avait pourtant fait savoir à Henri de Guise que ça craignait un peu de se rendre à cette réunion bidon. Mais comme il n’en faisait qu’à sa tête guise, il se rendit au château où il fut massacré en bonne et due forme par la garde rapprochée du roi. Quarante-cinq contre un : ça lui laissait peu de chance !

Quand Henri III vint inspecter les travaux finis, il eût cette phrase mémorable « Il est encore plus grand mort que vivant ». Et c’est vrai que Henri de Guise fut un grand homme : il mesurait plus de 2 mètres, une taille extraordinaire à l’époque. C’est la seule grandeur qu’on peut lui reconnaître et on ne versera donc pas une larme sur les lieux de sa mort.

Ceci dit, Henri III s’était débarrassé d’un redoutable adversaire politique, mais cela ne lui fut pas d’un grand secours puisqu’il fut lui-même assassiné l’année suivante, alors qu’il était sur sa chaise percée, par un moine illuminé du nom de Jacques Clément.

Et la morale de tout cela ? me direz vous.

Eh bien, tout simplement : c’est très vilain de faire assassiner ses adversaires politiques !

 

En prime : l'assassinat du Duc de Guise, film de 1908, un des premiers films historiques en costumes du 7 ème art.

 

 

 

Publié dans Préhistoire

Partager cet article

Repost 0

La conférence de presse pour les nuls

Publié le par TSF36

Si vous avez raté la conférence de presse de qui-vous-savez, vous êtes bien pardonnables. En effet, c'était vraiment très long et soporifique. De quoi zapper au bout de 10 minutes pour ceux qui étaient encore éveillés.

Heureusement, l'excellent François Morel, dont l'esprit est toujours en éveil, et le sens de la synthèse toujours pertinent, nous résume en quelques minutes l'essentiel de ce qu'il fallait en retenir. Heureusement qu'il y a encore des gens comme lui pour mettre à la portée des nuls les vrais enjeux de la politique ...

 

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

Eloge du godiveau et de François Morel

Publié le par TSF36

Pour en finir avec les quenelles, l'excellent François Morel lance le "godiveau", nouveau geste anti-système, mais qui demande des qualités bien plus acrobatiques : un doigt en l'air, le coude replié, la jambe tendue, un poing fermé et un doigt dans l'oreille.

Bref, de quoi faire trembler sur ses fondements le "système" tant abhorré !

Mais vu que le blog TSF 36 n'a pas pour vocation de commenter l'actualité, laissons la parole à l'excellent François Morel, afin de démontrer qu'il y a tout de même une légère différence entre un humoriste plein d'esprit et un polémiste haineux.


 



 

 

 

 


Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

La vérité vraie sur les Rois Mages

Publié le par TSF36

J’ai toujours trouvé un peu surfaite cette histoire des rois mages et tout ce qui en découle. Une simple anecdote dont on a fait tout un plat.

D’abord, seul St Matthieu en fait mention, en quelques lignes, dans son best seller. Les 3 autres évangélistes ont totalement zappé cet épisode.

Selon St Matthieu donc, ces soi-disant mages venus d’Orient (vraisemblablement de la République Islamique d’Iran ou du Qatar) qui ne sont pas spécialement rois et dont le nombre et les noms ne sont pas mentionnés, auraient été interceptés et chargés par l’infâme Hérode (moyennant finances)  de localiser le petit Jésus, en s’aidant d’une étoile comme GPS. Une fois qu’ils l’eurent géolocalisé, il lui offrirent de l’or, de l’encens et une bouteille de Mir pour l'amadouer. Puis, finalement, comme ils avaient un bon fond, ils décidèrent de ne pas moucharder à Hérode et de reprendre le premier avion pour leur pays, sans repasser voir Hérode.

Furax, le Hérode quand il apprit que les mages s’étaient bien fichus de lui ! Ce qui le rendit d’une humeur massacrante.

Heureusement, entre temps, les parents du petit Jésus avaient reçu un tweet les informant des mauvaises intentions de l’infâme Hérode, et avaient pris un autre avion pour l’Egypte.

 

Voilà donc les seuls éléments sérieux et irréfutables sur cette affaire pas très claire.

Tout le reste a été inventé des siècles plus tard, ce qui nous a néanmoins valu le plaisir de déguster, au Nord, de délicieuses galettes à la frangipane ou, au Sud, de délicieuses couronnes aux fruits confits.

Cela a aussi inspiré un impérissable chef d’œuvre de la chanson française.

Alors, vive les Rois Mages !

 


 

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>