Une interview d'Isidore Ledoux, rédacteur en chef de TSF 36

Publié le par TSF36

(une interview exclusive accordée à Anselme Grattefeuille, journaliste débutant)

Anselme Grattefeuille : Monsieur le Rédacteur en chef, euh... Grand Maître, au fait comment doit-on vous appeler ?
Isidore Ledoux :  Appelez-moi Isidore, en toute simplicité !


A.G. Monsieur Isidore, donc, quelques uns parmi vos lecteurs s'interrogent (à juste titre) sur vous et sur votre publication qui porte le nom paradoxal de "Blog TSF36", alors qu'il ne s'agit pas de radio mais d'écriture ?
I.L. En effet, ça peut sembler paradoxal, mais il s'agit en fait de la première station de radio totalement silencieuse qui s'écoute avec les yeux. Un concept absolument novateur qui met enfin la radio à la portée des sourds et malentendants.


A.G. Le 36, je présume, fait référence à votre département. Est-ce à dire qu'il ne s'adresse qu'à la population de l'Indre ?
I.L. En effet, la puissance d'émission a été volontairement limitée pour assurer la couverture du département de l'Indre, mais il se peut qu'à la faveur de phénomènes de propagation aléatoires, les ondes puissent aller à Limoges ou même aller à Thouars.


A.G. D'après les dernières statistiques, pardonnez-moi, mais il semblerait que votre lectorat se résume à trois pelés et quatre tondus. Franchement, sans langue de bois, comment vivez-vous cette situation ?
I.L. Eh bien, cela fait déjà 7 lecteurs (trices) ! Ce qui est déjà un excellent résultat pour un blog qui, à l'origine, n'était pas destiné à être lu. Et puis les pelé(e)s et les tondu(e)s sont des gens comme les autres. Il n'y a pas lieu de stigmatiser cette minorité qui possède les mêmes droits que le reste de la population.


A.G. Depuis le lancement de votre publication, le 15 août 2005, il semble que votre blog a beaucoup évolué et que vous vous êtes entouré de nombreux collaborateurs. Et les lecteurs ont parfois du mal à savoir qui a écrit quoi, du fait que les articles ne sont pas toujours signés.
I.L. En effet, après quelques années de labeur solitaire, il était devenu impossible d'assurer seul le fonctionnement de ce blog. C'est pourquoi, j'ai dû faire appel à un personnel de plus en plus nombreux, au risque de dérouter le lecteur. Le premier à se joindre à moi a été Isidore Lafouine, chargé des reportages en pays étrangers, notamment en chine, qui partage avec moi non seulement un prénom mais aussi une profonde communauté de pensée. C'est mon meilleur collaborateur, pour ainsi dire mon alter ego.
Ensuite sont venus se joindre à l'équipe Félix Nimbus, spécialiste de la météorologie bourricométrique, Eugène Lemaigre, chroniqueur gastronomique, et récemment Léon Laflèche, chroniqueur sportif. Quelques pigistes occasionnel(le)s, dont Solange Lamésange, alimentent aussi parfois certaines rubriques pendant les moments creux.


A.G. De nombreux lecteurs s'interrogent sur le caractère utra-berrichon qui s'exprime au fil de vos chroniques. Certains y voient même une certaine forme de xénophobie.
I.L. Xénophobie ? comme vous y allez ! Il est vrai que le Berry est le plus beau pays du monde, mais cela ne m'empêche pas d'avoir un profond respect pour les étrangers qui n'ont pas eu la chance de naître berrichons. Il m'est même arrivé de serrer la main à des Limousins, des Bourguignons ou même des Poitevins. Qu'on ne m'accuse pas d'avoir l'esprit étroit !


A.G. Et quelle est actuellement la situation de votre entreprise ? Est-elle vraiment rentable ? Répondez-moi franchement ?
I.L. Actuellement, le blog TSF 36 ne rapporte rien, mais comme les frais de fonctionnement sont nuls, on peut dire que l'équilibre financier est atteint. Une situation que bon nombre de grandes entreprises pourraient nous envier.


A.G. Monsieur Isidore, la ligne éditoriale de votre publication semble pencher assez souvent vers la gauche avec une évidente coloration verte. Quelles sont exactement vos orientations politiques ?
I.L. Je ne vois pas ce qui peut vous faire penser cela ... Le blog TSF 36 est fondamentalement apolitique. Il s'adresse à toutes les sensibilités de gauche comme de droite, y compris aux idiots lecteurs de l'UMP.


A.G. Vous avez, semble-t-il, pris le parti de ne jamais parler des mauvaises nouvelles. Quel peut alors être l'intérêt de ne parler que de ce qui va bien ? Allez-vous bientôt faire une rubrique sur les trains qui arrivent à l'heure ?
I.L. Oui, c'est en effet à l'étude ! Mon bon Grattefeuille, il y a suffisamment de blogs qui dénoncent, qui contestent, qui revendiquent, qui protestent et poussent des coups de gueule ! Je vous y renvoie volontiers. Et pour votre dose quotidienne de  catastrophes, je vous renvoie aux actualités télévisées.
Ici, à la rédaction de TSF 36 nous avons décidé de ne parler que des belles choses dont personne ne parle. Que du futile, du dérisoire, donc de l'indispensable ! C'est en cela que notre démarche est révolutionnaire.


A.G. Et quelles sont vos perspectives d'avenir ?
I.L. Continuer sur cette lancée jusqu'en 2050.


A.G. Monsieur, Isidore, je vous remercie infiniment de m'avoir accordé cet entretien sans langue de bois. Je pense qu'il aura répondu aux interrogations légitimes de vos lecteurs.
I.L. Mais tout le plaisir était pour moi, mon bon Grattefeuille. Et je vous souhaite une longue carrière dans le journalisme.


ledoux.jpg Isidore Ledoux, fondateur du blog TSF 36

Publié dans normalitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sittelle 30/07/2012 17:10


Mais je connais bien Pascale ! je serai la quatrième pelée si le G.M. agrée !


Je cherchais ici quelques mots de votre langue, et une petite rivière par chez vous ? je voudrais répertorier les bateaux qui sont passés sur la Seine et l'Oise, depuis les préhistoriques, j'ai
trouvé enfin de la doc; hier, renouvellement du baptême au musée de la Batellerie*, qui m'a redonné du grain à moudre, je patine un peu pour les sujets. Une copine a correspondu pas mal au début
du blog en Bourbonnais qui est le même patois d'oil que par ici; oublié des parents d'ailleurs, j'ai mon bouquin sous les yeux.


Bon, je ne vous ennuie plus, pardon, bonne fin d'après-midi !


*Conflans Ste Honorine, qui essaye d'être toujours la capitale de la Batellerie, avec bien du mal...

Isidore 08/09/2010 11:14


L'ensemble de la rédaction de TSF 36 salue donc cordialement son huitième lecteur et (talentueux) commentateur !


Victor 07/09/2010 19:23


Mon cher Isidore, j'ai un scoop qui mériterait de faire sauter le bouchon d'un vin de pays et de déguster un menu typiquement bas-berrichon : Casse-museau, salade de tomate au basilic, pompe aux
grattons : n'étant ni tondu, ni pelé visiblement,je suis votre huitième lecteur !!! Ni malentendant... Et comme vous le savez, je suis depuis longtemps l'oeil à l'écoute.
Une question de tout même car j'ai lu avec intérêt votre in terview "vérité/le poids du bérêt/le choc de la plume" : les photos publiées sur votre blog, sont-elles des photographies
autochromes...?
Victor le Huitième


Pascale 06/09/2010 15:34


Bravo à l'interviewer et à l'interviewé, je me suis régalée à la lecture de cette interwiev. Je suis sûre que tous les pelés/tondus diront de même, et les autres, ils ne savent pas ce qu'ils
perdent, na !