Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La version pour orchestre de 4'33"

Publié le par TSF36

En général, je ne suis pas très partisan des orchestrations d'oeuvres initialement écrites pour le piano. J'entendais, il y a peu, une transcription pour orchestre des préludes de Chopin qui ne m'avait pas semblé très chopinesque.
Chopin sans piano, ce n'est plus vraiment du Chopin ... Idem pour les lieder de Schubert avec grand orchestre : ce n'est plus guère schubertien, malgré notamment la belle orchestration de la Truite par Benjamin Britten, une orchestration qui tend à obscurcir quelque peu l'onde claire du ruisselet qui coule de source dans la version pour piano.
Il est cependant d'autres transcriptions pour orchestre tout à fait réussies, telle celle de Maurice Ravel pour les Tableaux d'une exposition, que Moussorgski, toujours modeste, avait écrite juste pour un petit piano...
Mais c'est surtout dans la musique contemporaine qu'on trouve les transcriptions  les plus remarquables. C'est le cas, en particulier de la célèbre pièce de John Cage (1912 - 1992)  intitulée 4' 33" créée le 29 août 1952 par le pianiste David Tudor. Cette partition est constituée d'un silence complet en trois parties de 33", 2'40" et 1'20". Cette oeuvre magnifique, qui a profondément influencé la musique de notre temps, marque le point culminant des recherches de John Cage. Le silence est enfin devenu musique. Il était difficile d'aller plus loin dans la quête de la pureté.
En voici cependant une transcription pour orchestre qui ne trahit aucunement les intentions du compositeur. C'est à peine si ces trois plages de silence orchestral sont un peu plus pesantes que le silence pianistique, et réciproquement. Mais cette version interprétée par le BBC Symphony Orchestra  mérite, tout autant que celle pour piano, de passer à la postérité. Bonne écoute ...


 

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost 0

Cours des matières premières : le lapin de Pâques

Publié le par TSF36

Ce matin, à l'ouverture d'Auchan, le lapin de Pâques de 20 grammes cotait 2,50 € soit 125 € le kilo.
Certes, c'est moins cher que le caviar Beluga ou que le Tuber melanosporum (ou truffe noire du Périgord) mais, en cette période de crise,  c'est quand même totalement déraisonnable et il faut s'attendre à voir une grande quantité de lapins pascaux invendus.
En tant qu'économiste avisé, je conseillerai donc aux acheteurs potentiels d'attendre pour investir dans ce produit dont la cote va inévitablement s'effondrer après le 14 avril. Ce sera alors le moment d'acheter et de stocker pour revendre en mars 2010.
Une opération certifiée hautement rentable et qui vous évitera d'ajouter à la crise économique, une crise de foie ...


"Pour votre santé, mangez cinq carottes par jour et courrez comme des lapins"
(note du ministère de la santé)

Publié dans Zoologie

Partager cet article

Repost 0

Bleu pétrole

Publié le par TSF36

Bien que tout le monde ait crié au chef d'oeuvre, j'apporterai pour ma part un jugement beaucoup plus nuancé sur cet ultime opus de Bashung.
Il est vrai qu'il y a d'excellentes choses dans cet album, mais il y aussi des titres très décevants par rapport à ce que Bashung nous avait habitués à attendre de lui.
On peut déjà éliminer l'inutile reprise de "Suzanne", très inférieure à celle -excellente- de Greame Allwright et a fortiori de l'original de Leonard Cohen.
On peut aussi éliminer la reprise de "Il voyage en solitaire" de Manset, dont la version originale est déjà d'une platitude consternante ; et Bashung ne réussit
pas à donner plus de souffle à ce texte daté et  indigent.
Pendant qu'on y est, virons aussi "Comme un lego" du même Manset, ce long brouillon prétentieux de banalités sur l'état du monde actuel, bourré de poncifs, avec des mots sans surprise et qui sonnent mal,
. Le degré zéro de l'écriture avec d'assommantes  répétitions de remplissage.
Et par la même occasion, éliminons aussi "Je tuerai la pianiste" du même Manset, un texte particulièrement inepte, méchant et même pas drôle.
Cela fait donc quatre titres à zapper sur les 11 de l'album. On reste encore dans la norme, car il est bien rare de trouver un album sans déchets même chez les plus grands.
Ceci dit, il faut avouer que les 7 chansons qui restent sont excellentes. J'aime en particulier "Le secret des banquises" où on retrouve la fraîcheur et l'humour de ses oeuvres de jeunesse.
Mais, ya pas à dire, l'absence de Jean Fauque, l'alter ego de Bashung, se fait ici cruellement sentir. Il n'y a pas l'incroyable invention verbale qui caractérisait les oeuvres précédentes co-écrites avec Jean Fauque, comme Fantaisie militaire ou surtout l'Imprudence, l'album parfait sans rien à jeter, sommet incomparable après lequel il était bien difficile de monter plus haut...
Bref, Bleu Pétrole est quand même un album que tout fan de Bashung se doit de posséder. Un album auquel je mettrais une note de 12/20 . Et en d'autres circonstances, j'aurais même ajouté  la mention "peut mieux faire" ! Hélas, trois fois hélas ...

Voici donc la version définitive allégée, "améliorée" et approuvée par votre THS  de Bleu pétrole :








Publié dans Musique

Partager cet article

Repost 0

Un scoop exclusif : Angèle est revenue !

Publié le par TSF36




Angèle, la célèbre hirondelle de mon quartier est revenue le 18 Mars, soit 12 jours plus tôt que l'an dernier. Ca annonce un été exceptionnel. Elle a retrouvé son perchoir favori et elle attend ses copains et ses copines qui ne sauraient tarder.
Comment je sais que c'est Angèle ? Elémentaire ! toutes les hirondelles s'appellent Angèle, comme toutes les mésanges s'appellent Solange et comme tous les hérons s'appellent Gaston ...

Publié dans Zoziologie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>