Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que d'H²O, que d'H²O !

Publié le par TSF36

Tiens, ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu de bulletin meteo sur le blog TSF 36 !
Voici donc (avec une certitude de 100 %)  le temps qu'il a fait d'hier à Déols.
Vers 19 heures, on se serait cru en pleine nuit et de sourds grondements d'orage laissaient présager l'apocalypse imminente. Un vent violent se leva et un véritable déluge d'eau s'abattit sur la population déoloise terrorisée.
Aujourd'hui, il n'a pas plu et tout est rentré dans l'ordre.
Finalement, ce fut une apocalypse modérée !
 
Néanmoins, comme on peut le voir sur mon pluviomètre de précision, il est tombé 45 mm d'eau par mètre carré; et pas une goutte de pastis, misère ...

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

L'étang de Lys Saint Georges : bof !

Publié le par TSF36

Jacques des Gachons dans son livre de 1936 intitulé "Le Berry" parle ainsi de cet étang :
"L'étang de Lys-Saint-Georges est dominé par les buttes de l'Age; à l'époque des bruyères en fleurs, elles offrent un de plus beaux tableaux du Berry, dont la couverture de ce livre donnera une impression"


Il est vrai que l'aquarelle de son frère André des Gachons est fort belle avec ses plans successifs donnant une impression de relief et de profondeur suggérant des horizons lointains.
Voila qui donne envie de découvrir ce merveilleux paysage. On s'engage donc sur le sentier de randonnée qui traverse la route qui va d'Ardentes à Jeu-les-Bois. Hélas, ledit sentier s'avère être un horrible chemin d'exploitation agricole, argileux et creusé de profondes ornières de tracteurs emplies d'une eau croupissante et nauséabonde où prospèrent les larves de moustiques. Il faut avoir les chaussures idoines et étudier chaque pas pour éviter les pièges de ce chemin inhospitalier qui paraît très long avant d'apercevoir enfin les reflets de l'étang. Un étang somme toute banal, dépourvu même d'une de ces belles bondes en bois qui font le charme des étangs brennous; un étang sur lequel une foulque macroule constitue la seule forme de vie animale.
On cherche l'angle sous lequel André des Gachons a peint sa belle aquarelle et quand on croit l'avoir trouvé, on se dit que c'est bien décevant. Le paysage a dû changer depuis 1936, et ce n'est pas la saison des bruyères en fleurs. Les grands arbres sveltes du premier plan ont disparu, remplacés par de petits arbres trappus. Ce qui ressemblait aux ruines mystérieuses d'un château antique n'est en fait que le mur en ciment de la digue et la colline dans le lointain bleuté n'est qu'un petit monticule boisé. L'interprétation artistique de l'aquarelliste avait magnifié ce paysage minuscule.
On appuie quand même sur le déclencheur de l'appareil photo pour immortaliser la déception en se disant que c'est bien beau, la photographie, mais que la peinture à l'eau, c'est encore plus beau...


Et on repart en pensant qu'il faudra de nouveau éviter les pièges perfides du chemin argileux creusé de profondes ornières où dort une eau croupissante et nauséabonde où prospèrent les larves de moustiques, et que les belles chaussures de randonnée toutes neuves, achetées à prix d'or chez Decathlon, en seront quittes pour un laborieux décrottage.

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost 0

Retour d'Alsace (suite de la suite de la suite et ... fin !)

Publié le par TSF36

Je constate que mes nombreux lecteurs ont tous donné leur langue au chat de Niedermorschwihr. D'ailleurs, il n'était là que pour chat! Mais seul, peut-être, ce félin taciturne connaît-il  le secret des hiéroglyphes alsaciens; et nous ne saurons jamais le fin mot de cet grand mystère ...

Alors, voici une autre énigme, de nature botanique cette fois. Une énigme pour les nuls qui devrait être facilement résolue par les éminents botanistes qui parcourent ces pages.
Que sont donc ces fleurs jaunes qui encadrent de leur jaunitude printannière les vignes d'Alsace ? Non, ce n'est pas du colza. Pas non plus du mimosa (il ne résisterait pas au climat).
Alors quoi ?
En tout cas c'est très joli , presque aussi joli que les colzas du Berry ....





Publié dans Botanique

Partager cet article

Repost 0

Retour d'Alsace (suite de la suite)

Publié le par TSF36

Quand je vous le dis que l'Alsace, on ne s'en lasse pas...
Depuis des lustres que j'y effectue ce pélerinage annuel que m'impose ma religion, j'y découvre de nouvelles curiosités.
Cette année ce fut la découverte de Niedermorschwihr (voir photos sur l'article précédent), un petit village dont le nom à coucher dehors n'incite guère le touriste à s'y rendre. Le fait est qu'il n'y avait pas un chat (enfin si, mais un seul) en ce beau dimanche de mai, alors que les grosses usines à touristes que sont Riquewihr, Ribeauvillé et Kaysersberg grouillaient de monde ! Très sympa Niedermorschwihr, une fois qu'on sait l'orthographier correctement. L'avantage de sortir des sentiers battus (et rebattus) c'est qu'on peut s'y promener tranquillement sans se faire piétiner par les hordes bruyantes et sauvages des touristes.
Une bizarrerie des villages d'Alsace, c'est les inscriptions ésotériques qu'on voit un peu partout gravées au dessus des portes des maisons. On suppose qu'il s'agit des dates de construction et du nom du propriétaire, mais les caractères utilisés semblent appartenir à un alphabet totalement étranger. Pourtant, ce n'est pas du gothique ... Ca ressemble plutôt à un alphabet asiatique, ou ... martien.
Je lance donc un appel aux lecteurs plus instruits que moi (ça doit se trouver !) qui pourront éclairer ma lanterne sur ces inscriptions bizarres autant qu'étranges.





Publié dans normalitude

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>