Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au secours ! l'Indre a disparu !

Publié le par TSF36

Voici tout ce qui reste du grand fleuve berrichon dont les flots bleus délimitaient la frontière entre Déols et Châteauroux. Aujourd’hui, c’est à peine si un mince filet d’eau d’écoule entre les pierres et les cailloux du fond de son lit. Quelques flaques glauques subsistent par endroits, envahies par une végétation verdâtre et nauséabonde. Les piles de l’ancien pont, habituellement invisibles, se dressent maintenant comme surgies d’un lointain passé.  Le ruisseau du Montet qui vient confluer avec l’Indre sous le pont « neuf » est totalement à sec. Le pont est désormais inutile et on passe maintenant à pied sec de Déols à Châteauroux. Du jamais vu …

 

Au secours ! Rendez-nous l’Indre !

 

Au secours ! l'Indre a disparu !
Au secours ! l'Indre a disparu !
Au secours ! l'Indre a disparu !
Au secours ! l'Indre a disparu !

Publié dans Berrichonnitude

Partager cet article

Repost0

Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître

Publié le par TSF36

Le sud du Gers bénéficie de paysages plus vallonnés que le Nord. Ce ne sont que des petites routes qui montent, qui descendent, qui tournent à droite, à gauche, reliant de minuscules villages où la main du touriste ne met jamais le pied. On aperçoit parfois la muraille bleutée des Pyrénées, à la fois proche et lointaine.

Simorre (700 habitants) est un minuscule village perdu au milieu de nulle part, même pas classé dans les « plus beaux villages de France » ni autre distinction propice à attirer le touriste moutonnier. Il n’y a même pas de parking payant avec horodateur à l’entrée. On y entre comme dans un moulin et on se gare n’importe où. On est d’abord frappé par son église fortifiée en briques rouges particulièrement bizarre autant qu'étrange. Il y a de nombreuses maisons à pans de bois, dans des ruelles étroites, une vieille halle en bois, et plusieurs placettes ombragées de platanes et de tilleuls. Il y règne un certain désordre avec des meubles et objets hétéroclites qui traînent ici et là. Les habitants font volontiers déborder leurs espaces de vie dans la rue et sur les places. Il y a un effort de fleurissement, mais çà reste un peu anarchique. La municipalité ne semble pas avoir vraiment planifié la mise en valeur du site. On est loin des petits villages proprets, alignés au cordeau destinés aux touristes. En fait il n’y a aucun touriste à Simorre, seulement des locaux. C’est donc le contraire d’un village-musée. C’est un village authentique avec de vrais gens qui y vivent.

Il y a tout de même quelques commerces, boulangerie, boucherie-charcuterie et surtout un bar- restaurant remarquable à plus d’un titre, nommé le « Bouche à oreille » qui semble faire office de centre culturel local. L’établissement ne paie pas vraiment de mine mais il bénéficie d’une petite terrasse bien sympa à l’ombre d’un tilleul séculaire. Chose étonnante pour un village aussi méconnu, ladite terrasse se remplit rapidement à midi. Peut-être que sa bonne réputation suffit. Ce sont principalement des gens du coin qui viennent s’y attabler, principalement des Anglais. Il faut en effet dire que les Perfidalbionais, que Jeanne d’Arc avait boutés hors de France, sont revenus en force et colonisent maintenant le Gers.

Certains se sont civilisés et mangent volontiers de la cuisine française aux horaires français. Hélas, pendant ce temps, d’autres restent des heures et des heures à boire moultes bières qu’ils vont chercher au bar selon la détestable coutume de leur pays !

A part çà, Simorre est un charmant village qui ne fait aucune publicité tapageuse pour être connu et c’est fort bien ainsi. Seuls les touristes aimant l’authentique auront l’idée farfelue de s’y arrêter !

Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître
Simorre, un village inconnu qu'il faut connaître

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

La mosaïque adoucit les moeurs

Publié le par TSF36

C’est ce que devaient penser les Romains quand ils ont construit la luxueuse villa de Séviac, près de Montréal du Gers. De ladite villa, il reste seulement quelques murets de pierre mais fort heureusement,  les mosaïques au sol ont été bien conservées.  Ils avaient quand même assez bon goût, ces Romains. C’est sûr qu’un tel revêtement de sol, çà a davantage de classe qu'un sol plastique Leroy Machin ! Il faut dire qu’à l’époque on ne comptait pas le temps passé à assembler minutieusement des milliers de petits cubes de pierre, vu que la main d’œuvre n’était pas chère.

Finalement, la colonisation de la Gaule par les Romains n’a pas été une mauvaise chose. Même s’ils ont légèrement massacré nos ancêtres, ce n’était pas par méchanceté, mais pour leur apporter les bienfaits de la civilisation et le goût des belles choses. Sympas les Romains !

Eh oui, la mosaïque adoucit les moeurs, ou comme on disait à l'époque :

                                      Musivum dulcificat mores

 

 

La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs
La mosaïque adoucit les moeurs

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers

Publié le par TSF36

Il ne faut jamais sous-estimer les sous-préfectures, elles réservent parfois de bonnes surprises. Ainsi Condom, 7000 habitants, petite capitale de l’Armagnac possède une cathédrale remarquable, du début du XVI è siècle. A l’intérieur on peut voir un jubé en stuc, entourant le chœur, semblable à de la dentelle.

Le mercredi est le jour de marché et une animation fébrile règne sur la place de la cathédrale. 

Une bonne adresse à retenir sur ladite place : le restaurant « Le balcon » où l’on peut déguster de délicieuses ravioles au foie gras tout en regardant, en contrebas, les marchands remballer sous le soleil de plomb les choses qu’ils n’ont pas vendues. Les pauvres !

On peut, pour digérer, faire une petite promenade au frais le long de la Baïse, qui rime avec valise et démontre l’utilité du tréma dans notre belle langue.

Condom est une petite ville bien sympathique, qu’il  eût été dommage de zapper …

 

Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers
Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers
Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers
Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers
Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers
Eloge de Condom, sous-préfecture du Gers

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost0

1 2 3 > >>