Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

56 articles avec gastronomie

Eloge d'Yvoire et du Léman

Publié le par TSF36

Le Lac Léman est sensiblement plus grand que le Lac d’Eguzon. C’est une « presque mer », en fait, comme on peut le constater sur ses rives où de grosses vagues viennent mourir, où une brise marine vient opportunément rafraîchir une torride journée de juin. Il ne manque que les parfums de sel et d’iode pour que l’illusion soit parfaite.

Le petit village d’Yvoire a même quelque chose de breton, avec son petit port de pêche, son port de plaisance et son embarcadère pour les gros bateaux qui sillonnent le lac, reliant les deux rives suisse et française. Le Léman unit les deux pays plus qu’il ne les sépare.

Comme en Bretagne, les hortensias prospèrent et sont magnifiques à cette saison. Par contre les maisons ont un aspect bien savoyard, avec leurs balustrades en bois, dégoulinantes de géraniums.

La petite église avec son clocher à bulbe a une particularité bien sympathique : un cadran solaire où figure la devise épicurienne « Carpe Diem », une philosophie assez éloignée du christianisme !

Après avoir déambulé dans les rues, après avoir exploré tous les recoins du village, le lieu incontournable à visiter est le Jardin des 5 sens, un véritable enchantement multi sensoriel pour les nuls , et passionnant pour les botanistes pointus.

Comme tous les villages hyper touristiques, Yvoire n’échappe pas à l’envahissement, mais ce n’est rien par rapport à Annecy et ça reste parfaitement supportable. Il y a une densité impressionnante de restaurants qui semblent tous être de qualité, mais avec tarifs en conséquence.  Donc a priori pas de malbouffe ni de pièges à touristes en ces lieux bénis par les dieux. Eugène Lemaigre recommande particulièrement le « Pré de la Cure » avec sa terrasse ombragée donnant sur le Lac, où on peut déguster la fameux Féra du Léman, un poisson à la chair très fine, introuvable ailleurs. Quel bonheur de trouver enfin un restaurant savoyard sans fondue ni raclette !

On quitte à regrets Yvoire, charmant séjour lacustre où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté …

Partager cet article

Repost 0

8 juin : journée de la Cerise

Publié le par TSF36

Les Saints de Glace ont été cléments. Les étourneaux, merles et consorts ont fait preuve d'une gourmandise raisonnable.

Donc, cette année, Dame Nature a été généreuse et nous a offert gratuitement une abondante récolte de cerises.

Les petits cadeaux de Dame Nature, ça nous fait toujours plaisir, à nous autres affreux bipèdes qui ne lui faisons pourtant pas de cadeaux.

A méditer, en dégustant un morceau de clafoutis ...

8 juin : journée de la Cerise

Partager cet article

Repost 0

Ouf !

Publié le par TSF36

On a eu chaud.

La Marine est coulée, l’Europe est sauvée, de même que la France et le Berry ! Bien joué Manu ! Chapeau bas pour les 66,1 % ! Maintenant on attend de voir … on t’a à l’œil.

Un satisfecit également  à Albin Leblanc qui arrive à 8,51 %, ainsi qu’à Dudule Lenul, qui fait 2,96 %. Pas mal pour des petits candidats.

 

En attendant, aujourd’hui, c’est la fête. Au menu :

Macron au vin blanc

Ensuite un big mac (rond)

Et en dessert, macron à la framboise

 

macron à la framboise...un pur délice ...

macron à la framboise...un pur délice ...

Publié dans Gastronomie, Politique

Partager cet article

Repost 0

Sakuras

Publié le par TSF36

Au Japon les sakuras sont des cerisiers ornementaux dont la floraison printanière fait l’objet d’un véritable culte. Le caractère transitoire de la floraison du sakura est utilisé depuis des siècles comme métaphore afin de souligner le caractère éphémère de la beauté mais aussi de la vie. Le sakura sert ainsi à expliquer le concept esthétique japonais qu'est le mono no aware (ce dernier pouvant se traduire par « la sensibilité pour l'éphémère »).


Dans le Berry, la floraison printanière des cerisiers est aussi, pour quelques esthètes, un objet d’émerveillement, bien qu’il s’agit de cerisiers communs. La floraison ne dure que quelques jours, alors il faut en profiter, en prendre plein les mirettes avant la fanaison ou le coup de vent qui en fera des confettis.

Car cette beauté éphémère est une parcelle d’éternité.

On attendra alors  (si les Saints de Glace sont cléments et si les merles sont raisonnables) de cueillir en été  les beaux fruits mûrs pour de délicieux clafoutis (Klafuti en japonais)

 

Sakuras
Sakuras
Sakuras

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>