Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

26 articles avec prehistoire

Eloge du charbon propre (clean coal)

Publié le par TSF36

Crétin ! (moron !)

Partager cet article

Repost 0

Vous prendrez bien quelques mégalithes ?

Publié le par TSF36

Parmi les spécialités du Morbihan, il n’y a pas que les sardines grillées. Il y a aussi les mégalithes. Certes c’est un peu plus lourd à digérer, mais ça fait partie des  incontournables du coin. Tout d’abord, il y a les célèbres alignements de Carnac qui alignent sur 4 kilomètres des milliers de menhirs. Unique au monde !

Contrairement à ce que croient encore certains, ce ne sont pas les Celtes ni les Gaulois, s’aidant de potion magique, qui les ont plantés là. Du temps d’Obelix, ils étaient déjà passés de mode depuis des milliers d’années et on comprend mal que ce dernier ait pu exercer la profession de livreur de menhirs !

En fait, ce n’est que depuis les années 1950 que les archéologues ont pu les dater avec une relative précision : de 5000 à 3000 avant notre ère, c’est à dire le néolithique. Avant la Grande Pyramide de Kheops.

Maintenant, le site est entièrement clôturé pour d’évidentes raisons de conservation et on ne peut y accéder que dans le cadre de visites commentées, ce qui est d’ailleurs préférable vu que les pierres ne sont pas très parlantes. C’est une visite passionnante où on apprend des tas de choses sur la construction de cet ensemble « pharaonique ». On sait maintenant comment ont été transportés et installés ces blocs de pierre. Pas de potion magique, pas de pouvoirs surnaturels, pas d’extra-terrestres, mais seulement des techniques très ingénieuses que les gens de cette époque (pas plus bêtes que nous) avaient développées dans ce but. Par contre, les archéologues n’ont pas de réponse définitive quant à la destination du monument : usage religieux ? Sans doute, bornage astronomique ? Peut-être … En tout cas on peut exclure le balisage d’un terrain d’atterrissage pour soucoupes volantes et autres délires de ce genre.

Une hypothèse a été évoquée par la brillante guide-conférencière lors de la visite : la volonté de la part de cette civilisation du néolithique d’affirmer sa puissance et de dissuader d’éventuels agresseurs. C’est quelque chose de bien ancré dans la nature humaine que de vouloir démontrer au monde entier qu’on est les plus forts et les plus intelligents. A notre époque, c’est à qui construira le gratte-ciel le plus haut du monde. Au néolithique, c’était à qui construirait le plus grand alignement de menhirs du monde. Les « barbares » qui rodaient du côté du Morbihan étaient prévenus qu’ils avaient affaire à une puissante civilisation à laquelle il valait mieux ne pas se frotter. Alors, Carnac vu comme une arme de dissuasion ? L’hypothèse tient la route même si elle n’exclut pas les autres.

L’autre site à voir à tout prix, quand on est dans le coin, c’est Locmariaquer avec quelques mégalithes qui valent leur pesant de granit. Il y a d’abord la célèbre table des Marchand (An Daol Varchant). Aucun rapport avec un commerce quelconque, le nom vient du patronyme d’une famille liée à cet endroit (d’où le singulier). C’est un des plus grands dolmens à couloir  avec sa « table » de 7 mètres de long en orthogneiss. On sait que les dolmens étaient des chambres funéraires recouvertes d’un cairn. En y pénétrant, on est frappé par la hauteur sous plafond, mais attention à ne pas être frappé par le seuil de l’entrée qui est très bas ! Au fond, il y a une stèle avec des gravures qui sont bien mises en valeur par un éclairage rasant.

Le Grand Menhir brisé, ou Men ar Hroëc’h ( Pierre de la Fée) juste à côté de la Table des Marchand représente certainement une prouesse sans équivalent. Ces quatre énormes blocs gisant à terre étaient un monolithe de 20 m de haut, pesant 280 tonnes, transporté sur plus de 10 kilomètres et planté là avec des moyens techniques défiant l’imagination. Autant pour les menhirs « normaux » on comprend les méthodes utilisées, autant ici on reste sans voix. Il semble que la chute du Grand Menhir soit très ancienne puisque personne de mémoire d’homme ne l’a jamais vu debout. A-t-il été victime d’un tremblement de terre ou de la fureur d’iconoclastes acharnés à détruire les « simulacres » païens ? L’enquête suit son cours …

En quittant le site de Locmariaquer, je me disais que ce serait certainement une bonne idée de recoller le Grand Menhir et de le remettre debout. Ce serait aussi une bonne idée d’enlever le tas de pierre cachant la Table des Marchand pour lui rendre l’aspect beaucoup plus spectaculaire qu’elle avait vers 1900, tel qu’on peut le voir sur les anciennes cartes postales. Mais bon, ceci n’engage que moi !

Pas de vignette (grrr !) mais vous pouvez cliquer sur la video qui fonctionne parfaitement.

Localisation de Carnac et Locmariaquer

Partager cet article

Repost 0

Vous reprendrez bien un petit dolmen ?

Publié le par TSF36

Un petit dolmen ça ne se refuse pas ... quand on a rien à se mettre sous la dent.

Et c'est encore plus beau en noir et blanc !

photos-2014-0700.jpg

Dolmen de Liniez (Indre) dit la "pierre levée"

 

Et un petit lien vers un site remarquable découvert à l'instant :

http://www.lieux-insolites.fr/indre/indre.htm

Publié dans Préhistoire

Partager cet article

Repost 0

Eloge du château de Blois

Publié le par TSF36

Que peut faire un touriste impénitent par une journée grise et pluvieuse de janvier ? Une randonnée pédestre dans la boue ? Se morfondre devant la télé ? ou alors visiter un petit château ?

La troisième solution est peut-être la plus intelligente, d’autant plus que dans le Centre France, il y en a pas mal à se mettre sous la dent en toute saison.

Le château de Blois, puisqu’il s’agit de lui, est un des plus remarquables et un des plus curieux sur le plan architectural. Il est en effet  composé de 4 styles différents, du médiéval, du gothique flamboyant, du Renaissance et du classique. Comme le fait remarquer notre guide « C’est un château économique puisqu’on en a quatre pour le prix d’un »

La photo panoramique à 180 degrés ci-dessous, prise dans la cour intérieure, montre bien ces styles différents. Le clou architectural, c’est indéniablement le grand escalier merveilleusement décoré de la façade François I er.


photos-2013-2957-copie-1.jpg

L’intérieur est tout à fait remarquable par la richesse de l’ornementation, mais attention ! il s’agit d’une recréation datant du XIX ème siècle, une interprétation de la Renaissance vue par un restaurateur du XIX ème siècle, avec un côté kitsch hollywoodien assez réjouissant.

P1040740.jpg

L’autre intérêt du château de Blois, et non le moindre, c’est qu’il est chargé d’histoire et semble toujours hanté par la présence des grands personnages qui y ont séjourné : Louis XII, François I , Henri II, Henri III, Anne de Bretagne, Catherine de Médicis, pour ne citer que les plus connu(e)s …

Et il y a toujours le fantôme du Duc de Guise qui plane au second étage des appartements royaux.

Rappelons brièvement pour les nuls en histoire que le Duc Henri de Guise était le leader de la Ligue, une secte féroce de catholiques intégristes. En ce beau XVIème siècle où l’on s’étripait pour des motifs aussi importants que la transsubstantiation ou la consubstantiation du Christ dans l’eucharistie, la virginité ou pas de Marie, l’infaillibilité papale, j’en passe et des meilleurs, en ce bon vieux temps donc, le Duc Henri de Guise qui avait une dent contre les Huguenots, s’était illustré comme un des principaux instigateurs des massacres de la Saint Barthélémy avec l’approbation de Catherine de Médicis et de Charles IX (1572) en commençant par faire massacrer son ennemi intime Coligny, chef des huguenots. Puis, à la mort de Charles IX, Henri III devint roi de France et comme il semblait trop tolérant envers les Huguenots, l’affreux Duc de Guise rêvait de prendre sa place sur le trône et de faire de la France un pays vraiment catholique. Mais Henri III était au courant des manigances de son rival pour être roi à la place du roi et il lui tendit un piège fatal.

Il le fit convoquer au château de Blois pour une réunion de travail importante. C’était en décembre 1588.

On avait pourtant fait savoir à Henri de Guise que ça craignait un peu de se rendre à cette réunion bidon. Mais comme il n’en faisait qu’à sa tête guise, il se rendit au château où il fut massacré en bonne et due forme par la garde rapprochée du roi. Quarante-cinq contre un : ça lui laissait peu de chance !

Quand Henri III vint inspecter les travaux finis, il eût cette phrase mémorable « Il est encore plus grand mort que vivant ». Et c’est vrai que Henri de Guise fut un grand homme : il mesurait plus de 2 mètres, une taille extraordinaire à l’époque. C’est la seule grandeur qu’on peut lui reconnaître et on ne versera donc pas une larme sur les lieux de sa mort.

Ceci dit, Henri III s’était débarrassé d’un redoutable adversaire politique, mais cela ne lui fut pas d’un grand secours puisqu’il fut lui-même assassiné l’année suivante, alors qu’il était sur sa chaise percée, par un moine illuminé du nom de Jacques Clément.

Et la morale de tout cela ? me direz vous.

Eh bien, tout simplement : c’est très vilain de faire assassiner ses adversaires politiques !

 

En prime : l'assassinat du Duc de Guise, film de 1908, un des premiers films historiques en costumes du 7 ème art.

 

 

 

Publié dans Préhistoire

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 > >>