Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eloge du jardin exotique de Roscoff

Publié le par TSF36

Ce jardin extraordinaire, créé en 1986 par Messieurs Louis Kerdilès et Daniel Person, présente une des plus grandes collections de plantes australes. Principalement composée de plantes d'Afrique du Sud, d'Océanie, d'Amérique du Sud, des Iles Canaries et d'Amérique Centrale. Il est construit autour d'un rocher qui emmagasine la chaleur pour la restituer la nuit. Et il ne gèle jamais sur cette côte de Bretagne baignée par le Gulf Stream. Ce jardin couvre 16.000 m2 mais, du fait de sentiers labyrinthiques, il paraît beaucoup plus vaste. On peut suivre le parcours balisé, mais c'est encore mieux de s'y perdre ...

C'est un véritable enchantement de découvrir, à chaque détour, des plantes qu'on ne voit nulle part ailleurs. On en reste sans voix, et sans plume ... donc, voici juste quelques photos, sans commentaires.

Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff
Eloge du jardin exotique de Roscoff

Publié dans Botanique, Pays lointains

Partager cet article
Repost0

Une île mystérieuse

Publié le par TSF36

C’est une île au bout du monde, ou presque, mais pas une presqu’île, vu qu’elle est entièrement entourée d’eau et qu’on ne peut s’y rendre qu’en bateau. Ce sont là des signes irréfutables d’insularité !

Quand on l’aborde à marée haute, le bateau accoste directement au port et on n’a que quelques pas à faire sur le quai pour entrer dans une nouvelle dimension, dans un autre espace-temps. Sur cette île où vivent à l’année quelques 300 insulaires, la capitale s’appelle modestement « Le bourg » et elle concentre la majorité des habitations, l’église, le cimetière, la mairie, la grande place centrale, quelques commerces et restaurants. Le reste de l’habitat, constitué de petites maisons de granit au toit d’ardoises entourées de jardins fleuris,  est très clairsemé et dispersé aux quatre coins de l’île.

Une île mystérieuse
Une île mystérieuse

En fait, à l’instar de la Nouvelle Zélande, il s’agit de deux îles, l’île du Sud et l’île du Nord, reliées par une étroite chaussée. L’île de Sud que l’on découvre en premier bénéficie d’une végétation luxuriante et quasi tropicale avec des palmiers, des eucalyptus, des buissons d’agapanthes, des plantes grasses aux fleurs multicolores, et des echiums vertigineux.

Une île mystérieuse

L’île du Nord contraste singulièrement avec cette profusion végétale. C’est un paysage de landes, avec des ajoncs jaunes et de la bruyère violette se terminant dans un chaos de granite rose battu par le vent et l’écume avec un phare tout au bout de ce bout du monde.

Une île mystérieuse

Sur la rambarde de la plateforme du Phare, surplombant les abîmes, il y a une mouette coquette qui se prend pour une vedette et qui aime se faire photographier en gros plan, mais à l’heure où j’écris ces lignes, elle n’y est peut-être plus.

Une île mystérieuse

C’est là que s’achève le sentier que parcourent les touristes avant de faire demi-tour et de revenir vers le Bourg. Chemin faisant, on passe par la boutique du maraicher local qui propose les produits de sa culture, quelques radis, quelques artichauts, quelques blettes, oignons, salades. Etc. Comme il est toujours absent de son étal, on se sert et on met les sous dans la caisse. Ici la confiance règne …

Une île mystérieuse

Parmi les curiosités de l’île du Sud, il y a une verrerie d’art où d’experts souffleurs soufflent le verre incandescent  au bout de longues perches. Dans la salle d’exposition, on peut voir d’étonnants objets au prix exorbitant, tels ces boules d’escalier dont chacune est une pièce unique.

Une île mystérieuse
Une île mystérieuse
Une île mystérieuse

A quelques pas de la verrerie, un peu à l’écart de l’agitation touristique du Bourg, il y a un petit restaurant secret, où l’on peut déguster d’excellents produits locaux dans une charmante cour, à l’ombre des glycines et des agapanthes.

Après s’être restauré, on peut continuer d’explorer ces lieux enchanteurs en parcourant les venelles et les sentiers qui ne voient jamais l’ombre d’une voiture, car les véhicules à moteur sont interdits, dieu merci, à part quelques engins agricoles. Ici, dans ce monde miniature, on ne se déplace qu’à pied ou à vélo.

La surface de l’île est loin d’être plate. Ce ne sont que creux et bosses, des micro vallées où ne coule aucune rivière et des micro montagnes dont la plus haute culmine à 30 mètres au dessus de la mer. Ce sommet est coiffé d’une modeste chapelle dédiée à Saint Michel. Malgré la faible altitude, c’est de là qu’on a la plus belle vue sur la côte déchiquetée, ses îlots et ses récifs baignés par la mer turquoise. Un peu plus bas, se trouve un moulin à marée où l’on moud du blé une fois par an.

Une île mystérieuse
Une île mystérieuse
Une île mystérieuse

C’est toujours un grand bonheur de passer une journée sur cette île paradisiaque où rien n’est comme sur le continent.  Mais il faut hélas y revenir  et quand c’est à marée basse, il faut emprunter une longue jetée en ciment au bout de laquelle le bateau peut aborder sans risque. Ce sont les petits inconvénients des marées.

Mais ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler le nom de ce petit coin de paradis qui, comme tous les lieux touristiques, serait encore mieux sans les touristes …

Une île mystérieuse

Publié dans Pays lointains

Partager cet article
Repost0

Le retour des vide-greniers !

Publié le par TSF36

Encore un rêve réalisé : déambuler par un beau dimanche matin sur un vide-grenier !

Cela faisait une éternité que ce rituel dominical avait disparu du champ des possibles et des plaisirs autorisés. Cela faisait belle lurette que la dictature sanitaire avait fait disparaître de notre vocabulaire les mots tels que "brocante" ou "vide-grenier" .

Ce fut donc une expérience étrange et merveilleuse de redécouvrir ce dont on nous avait cruellement privés.

Jadis, un peu blasés quand on allait à un déballage au fin fond des campagnes, on se lamentait de ne voir que des vieilles cochonneries sans valeur et de rencontrer toujours les mêmes vieux renards.

Ce matin, au contraire on s'émerveillait devant ce pittoresque bric à brac d'avant la crise sanitaire et on était tout heureux de revoir les vieux renards qu'on aurait presque eu envie de caresser dans le sens du poil ...

Bouesse et Parnac au fin fond du Bas-Berry
Bouesse et Parnac au fin fond du Bas-Berry

Bouesse et Parnac au fin fond du Bas-Berry

Publié dans Berrichonnitude, Chine

Partager cet article
Repost0

La Radio a 100 ans !

Publié le par TSF36

Plus exactement la radiodiffusion a cent ans, puisque la radio existait déjà depuis quelque temps et servait uniquement à des usages professionnels (marine, applications militaires, etc.)

Mais c'est bien en 1921 qu'eurent lieu les premières émissions radiodiffusées en France, à partir de l'émetteur de la Tour Eiffel. D'abord quelques bulletins météorologiques, les cours de la bourse et quelques rares radio concerts que seuls quelques geeks à la pointe de la modernitude pouvaient capter sur quelques rares postes de TSF du commerce ou bricolés. 

Les premiers postes de TSF étaient compliqués, fragiles, encombrants, avec des fils dans tous les sens, des batteries à acide qu'il fallait recharger et le démarrage de la radio en tant que media fut un peu laborieux. Il fallut attendre l'arrivée des "postes secteur" vers 1930 pour passer à la vitesse supérieure. Le poste, qu'il suffisait de brancher sur une prise de courant, était devenu compact, esthétique et digne de trôner dans le salon. Dès lors l'évolution fut très rapide, avec chaque année des nouveautés techniques rendant obsolètes celles de l'an passé. L'évolution fut tout aussi galopante dans la nature des programmes qui étaient radiodiffusés. De la pauvreté des émissions de 1921 à l'âge d'or des radios privées des années 1930 avec leurs programmes très élaborés et leurs pages de réclames si savoureuses, on peut dire que tout avait été inventé.

Profitons donc de cette fête de la radio pour nous replonger dans ces temps anciens où on écoutait la radio au lieu de l'entendre distraitement ...

Partager cet article
Repost0