Spleen du chineur berrichon (sonnet)

Publié le par TSF36

     Spleen du chineur berrichon (sonnet)
  
 
 
Le Berry, ça n’est pas le Pérou ni la Chine.
On n’est pas des Incas, mais de pauvres péquins
Et pourtant comme ailleurs, le dimanche on y chine.
Pas besoin pour autant d’aller jusqu’à Pékin.
   
 
 
 
Sur les désespérants trottoirs où l’on s’échine,
On croise chaque fois les mêmes vieux requins,
Les mêmes vieux renards à la mine chafouine
Et les mêmes étals de déballeurs mesquins.
  
 
 
Morne horizon sans joie des grands vide-poubelles !
Tristes cochonneries qu’on déverse à la pelle !
Affreux capharnaüms qui donnent le cafard !
  
 
 
A parcourir en vain des hectares de drouille,
On a piteuse mine en le matin blafard,
Pensant au coffre vide et au retour bredouille…
 
 
 
JLF chineur et poète berrichon (1950 - 20??)

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le bloggeur de service 19/03/2007 16:33

Eh oui, Michel, la chine est un long chemin de croix pavé d'amères déceptions, qu'éclairent parfois des faibles lueurs d'espoir ;-)))))

Michel Marc Beduchaud 18/03/2007 22:51

Je l'ai retrouvé ce vendeur , mais pas de caisse
de lampes promises ni autres pièces détachées .
Son camion a été volé avant la dernière brocante avec son contenu , celui-ci fut jeté on ne sait ou et le camion utilisé pour un cambriolage puis
abandonné .
Il y a donc quelque part dans le sud de l'ile de france une mine de pièces de radio ancienne.
Un trésor à trouver ????

Michel Marc Beduchaud 04/03/2007 01:07

Bonsoir , je compatis à cette idée de devoir se lever de bon matin pour ne voir que toujours les mêmes banalités et les vendeurs sur d'avoir un trésor à zoreille .
Mais c'est encore le rêve de trouver la perle rare dont je n'ai pas besoin mais qui me fait rêver qui me fait courir demain matin vers
cette brocante ou je devrais revoir le vendeur qui doit apporter la caisse de pièces détachées
ou j'espère voir sortir les lampes de postes batteries et les bobines en nid d'abeille .
Mais combien autour de nous seront sensibles à notre plaisir pensant seulement à l'espace que cela encombrera , une vieillerie de plus ...
Mais j'irais quand même !!!!