Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

153 articles avec pays lointains

Eloge du printemps à Tours

Publié le par TSF36

Décidément, on ne tarit pas d'éloges pour le printemps, un évènement qui revient tous les ans, un non-évènement en quelque sorte.
Et curieusement, plus on vieillit et plus ce non-évènement semble important, comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort.
Gâtisme précoce ou début de sagesse ? 

 

Publié dans Pays lointains, Botanique

Partager cet article

Repost 0

Eloge du Cap Ferret et de la dune du Pyla

Publié le par TSF36

Arcachon, sans le bassin du même nom ne serait pas vraiment Arcachon. Quand on est sur le front de mer, attablé devant un plateau de fruits de mer, on voit très bien en face le Cap Ferret qui semble si proche. On peut certes y aller en bateau en quelques minutes et même en revenir si le bateau ne fait pas naufrage. Par contre, pour s’y rendre en auto, c’est une autre paire de manches, vu qu’il faut faire tout le tour du bassin, extrêmement urbanisé sur une bonne centaine de kilomètres avant d’atteindre cette langue de terre pendante qui garde l’entrée de cette petite mer intérieure. Une fois atteint ce bout du monde, il faudra, pour en revenir, faire le chemin inverse sur une petite route saturée de trafic automobile. Le Cap Ferret n’est pas une presqu’île déserte loin s’en faut, même en septembre.
Un des endroits les plus charmants est le village de l’Herbe, un minuscule village ostréicole composé de baraques en bois peintes de couleurs vives, coiffées de tuiles roses, séparées par de petites venelles de terre battue auxquelles les habitants ont donné des noms fantaisistes. Partout, ce sont des parcs à huîtres et des terrasses de dégustation de ce fruit qui est l’unique ressource du lieu. Evidemment, si on n’aime pas les huîtres, on risque d’y mourir de faim.
Il y a aussi une curieuse chapelle de style mauresque, construction inattendue qui mérite le coup d’œil.
L’agglomération de Cap Ferret n’a pas grand intérêt architectural ; l’urbanisation a été tardive dans ce coin perdu. Il y a une église moderne et quelques commerces en tout et pour tout. Fort heureusement, il y a quelques restaurants sympathiques avec de grandes terrasses près le la jetée Bélisaire, où l’on peut déguster des produits de la mer dans un cadre enchanteur.
Après un plat de sardines grillées, on peut alors s’attaquer à l’ascension du phare d’où on domine le bassin d’Arcachon, avec en premier plan la dune du Pyla.
Il faut bien sûr aller jusqu’à l’extrémité sud de la péninsule et admirer la plage agrémentée de jolis blockhaus artistement décorés. Le mur de l’Atlantique démantelé, à demi enfoui dans le sable. Un paysage étrange de fin du monde…
 
La dune du Pyla est beaucoup plus accessible quand on réside à Arcachon, car elle n’en est qu’à quelques kilomètres. Bien sûr, dans un lieu aussi touristique, impossible d’échapper au parking payant. Mais, vu qu’il n’y a pas de dune du Pyla dans le Berry, on ne va pas pinailler.
A défaut d’aller dans le Sahara, la dune du Pyla est la meilleure approximation de ce que peut être un désert de sable. La seule différence, c’est qu’il y a ici davantage de touristes par mètre carré. Mais comme la plupart des touristes se contentent de rester en haut de l’escalier, le temps de se photographier mutuellement ou de se selfifier pour la postérité dans ce site fabuleux, il suffit de s’éloigner un peu de la foule et de se diriger en suivant la crête de la dune vers ce qui semble être le vrai point culminant, pour ressentir la sensation d’être seul au monde dans un désert sans limites. Il ne faudrait certes pas s’y aventurer au mois d’Août en plein midi car ce serait l’assurance d’y être grillé vif !
Le sommet qu’on atteint après une marche pénible avec l’impression de reculer à chaque pas, offre une vue sublime d’un côté sur le banc d’Arguin, cette île de sable inhabitée aux contours imprécis, et de l’autre, la forêt de pins s’étendant à l’infini. La descente est beaucoup plus facile et la sensation du sable tiède sous les pieds nus est un pur bonheur par une belle matinée de septembre. Est-ce cela qu’Epicure appelait « le pur bonheur d’exister » ?
 
Une sensation qu’il est agréable d’évoquer par ce triste jour grisâtre, froid et venteux d’Octobre, assis devant un clavier d’ordinateur blanc et gris …

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge de Bernadette Soubirous

Publié le par TSF36

Je ne crois pas aux apparitions ni aux miracles, mais j’ai fini par me rendre à l’Espace Bernadette, à Nevers, afin de voir la fameuse chasse qui contient le corps de Sainte Bernadette. Le spectacle n’a rien d’effrayant en soi. C’est comme voir un personnage de cire au Musée Grévin. Ni plus ni moins. Je l’ai contemplée avec respect et compassion …

Est-il un destin plus pathétique que celui de Bernadette Soubirous ?

Cette pauvre gamine maladive, victime d’hallucinations à la grotte de Massabielle a eu pour seul tort d’en faire part à son entourage. La crédulité de certains, nourrie par quelques pseudo miracles, tout cela a suffi à faire le buzz et à propulser Bernadette, bien contre son gré, au rang de star médiatique. Puis les intérêts mercantiles se sont emparés de cette  affaire en or et Lourdes est devenue une ville de pélerinage prospère au delà de toute espérance. Ce fut le seul miracle dans cette histoire, les autres étant vraisemblablement dus à l’effet placébo, bien connu de la médecine.

Quant à la pauvre Bernadette, sans cesse harcelée par ses fans, elle n’eut pas d’autre choix que de quitter Lourdes et de s’enfermer dans un couvent à Nevers où elle finit tristement ses jours à un âge prématuré, victime d’une maladie que nul miracle n’avait pu guérir.

Qu’elle ait été canonisée, c’était bien la moindre des reconnaissances qu’on pouvait lui accorder, mais n’aurait-elle pas préféré avoir une vie « normale » dans son beau pays des Pyrénées ?

Hélas, elle n’aura été qu’une victime de plus de la religion.

Est-il un destin plus pathétique que celui de Bernadette Soubirous ?

Eloge de Bernadette Soubirous
Eloge de Bernadette Soubirous

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

Eloge d'Arcachon hors-saison

Publié le par TSF36

Cela peut ressembler à un oxymore étant donné qu’Arcachon se proclame fièrement la ville des quatre saisons.  Mais hors saison estivale, débarrassée des hordes de juilletistes et d’aoutiens, cette belle ville est vraiment digne d’éloges. Le septembrien peut alors s’y aventurer sans stress.

Arcachon est une « ville nouvelle » créée en 1857 siècle sur des dunes de sable plus ou moins fixées par des pins maritimes. Son climat doux et son air exceptionnel où l’iode se mêle à l’essence de pin en fit une destination très courue par les malades et les bien portants. Le bassin d’Arcachon est comme une petite Méditerranée où l’eau est plus chaude que celle de l’Atlantique. Il n’y gèle jamais et une végétation luxuriante s’y épanouit. Les rues sont bordées de lauriers roses en pleine terre, et pas comme chez nous en pots qu’on rentre pour l’hiver.

La ville d’été, qui s’étend parallèlement au front de mer est d’une propreté parfaite avec ses façades blanches ornées de boiseries tarabiscotées. La place des halles, bien que très moderne, est parfaitement intégrée aux constructions plus anciennes. D’ailleurs, ici le terme « ancien » est relatif puisqu’on ne trouvera rien d’antérieur au XIX è siècle, donc pas de cathédrale gothique, pas d’église romane, même pas une maison médiévale à pans de bois !

Mais le clou d’Arcachon est la « ville d’hiver » avec ses villas toutes différentes et toutes plus étonnantes les unes que les autres (et inversement). Ici, les architectes avaient laissé libre cours à leur fantaisie la plus débridée et avaient construit dans tous les styles qui étaient à la mode au XIX è et au début du XX è siècle. Vu qu’il n’y avait rien sur les hauteurs de cette dune déserte, il n’y avait pas de plan d’urbanisme ni de style à respecter. On s’en est donc donné à cœur joie dans le style néo gothique, le mauresque, l’exotique, le chalet suisse, l’art déco, l’étrange et le bizarre… Les rues furent même tracées en forme de courbes, afin de briser le souffle du vent. Ce délire architectural est un vrai bonheur pour le photographe.

Après s’être repu de curiosités architecturales, il est temps de redescendre vers le front de mer qui est sans conteste le centre de gravité d’Arcachon avec sa jolie plage, ses jetées blanches, ses alignements de tamaris et de pins maritimes, ses enfilades de terrasses de restaurants où les tables croulent sous les poissons et les fruits de mer, pour le grand bonheur de la foule cosmopolite attablée jusque tard dans la soirée.

C’est une étrange sensation que de déambuler sur ce merveilleux front de mer plein de vie, pour quelqu’un qui habite toute l’année dans une ville morte, où on ne voit pas un chat dans les rues après 19 h.

Un séjour à Arcachon, est un merveilleux remède à la morosité pour le plus ronchon des berrichons …

Arcachon en septembre

Publié dans Pays lointains

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>