Un petit tour à Tours

Publié le par TSF36

La bonne ville de Tours a comme point commun avec le Mans … les rillettes. Selon les avis compétents, les rillettes tourangelles seraient meilleures, plus goûteuses et moins grasses que les rillettes sarthoises. Surtout accompagnées d’un petit Vouvray, divin breuvage qui prend sa source non loin d’ici...

Ceci dit, il ya maintes et moultes  choses intéressantes à voir dans la grande capitale de l’Indre-et-Loire, qui fut jadis capitale de la France au bon vieux temps de Louis XI.

Le vieux Tours, dont l’épicentre est la place Plumereau est en fait une re-création du XXè siècle : ce quartier était naguère insalubre et peu fréquentable et les façades des maisons du XVè siècle étaient recouvertes d’un enduit grisâtre, cachant les superbes structures à pans de bois. Grace à de remarquables travaux de restauration, c’est maintenant le quartier le plus agréable de Tours, avec ses terrasses de cafés et de restaurants, envahies au moindre rayon de soleil. Les rues alentours réservent mainte surprise au promeneur, comme cet escalier en bois à balustres devant lequel pousse un palmier, comme cette étrange maison en briques avec son pignon dentelé dans le style flamand, orné de curieuses sculptures,  et comme les innombrables maisons à colombages richement sculptées de la rue du Grand Marché et la rue  du Change.

De l’autre côté de la ville, la Cathédrale Saint Gatien est une pure merveille, avec sa façade en dentelle et ses vitraux du XIII è siècle resplendissants au moindre rayon de soleil.

Il y a d’autres curiosités moins connues des touristes comme l’impressionnant immeuble art-déco (et non pas art nouveau comme le dit le Routard !)  de la rue Charpentier, entièrement couvert de céramique vernissée. Un autre immeuble art-déco, près de la gare, recèle au rez-de-chaussée la briocherie Lelong, une vénérable institution tourangelle : on y trouve des grosses brioches, des moyennes brioches et des brioches longues. Et rien d’autre ! Mais ce sont, selon les avis compétents, les meilleures brioches à des lieues à la ronde. Eugène Lemaigre peut d’ailleurs le confirmer.

Un petit tour par le marché au fleurs du Boulevard Bérenger, histoire de faire le plein de couleurs avant l’hiver, un petit coup d’œil à la Gare de Victor Laloux, un autre coup d’œil à l’Hôtel de Ville du même Victor Laloux, un dernier coup d’œil aux fontaines monumentales qui donnent une allure grandiose au centre moderne, en prenant garde à ne se point faire escrabouiller par le tramway flambant neuf qui traverse la ville à toute vapeur sans crier gare.

Et voilà un tour à Tours rondement mené, par cette journée quasi-estivale de novembre.

 

 

 


Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 07/11/2013 21:49


 La gare de Louis la Brocante ?