Tuiles ...

Publié le par TSF36

La langue française est très imagée. Ainsi, pour évoquer un événement désagréable, on  parle d'un pépin ou d'une tuile. On ne sait pas vraiment d'où viennent ces expressions, ni même si une tuile est plus grave qu'un pépin ou bien l'inverse ...
Toujours est-il que c'est assez désagréable d'être réveillé en pleine nuit par une dénommée Xynthia qui malgré son joli nom, se révèle être une horrible mégère que nul ne peut apprivoiser.
Il est même très désagréable d'entendre les tuiles tomber une à une de son toit et se fracasser sur le ciment tandis que le vent hurle et qu'il fait noir et qu'on ne peut rien faire à part tourner en rond dans la maison comme une âme en peine en attendant que le vent faiblisse et que le jour se lève pour constater les dégâts d'un oeil morne et résigné. Un  spectacle apocalyptique !

tuiles1.jpg

tuiles2.jpg

Et puis le lendemain on apprend le désastre chez nos malheureux voisins de la côte Atlantique. Certains ont tout perdu. Certains y ont même perdu la vie ...
Alors on se dit que dans le Berry, on l'a échappé belle. L'Indre n'est pas sortie de son lit. Aucune maison n'a été inondée. On ne déplore aucune victime berrichonne.
Quelque dégâts matériels seulement, que les assurances rembourseront.
Et on se dit que finalement une chute de tuiles, quand on ne se trouve pas dessous,  c'est un sacré coup de bol !

Publié dans Berrichonnitude

Commenter cet article

yves heupel 01/03/2010 14:49


souvent le nord de la Bretagne "trinque", 1987/1999, cette fois nous avons été épargné, seul le vent a reveillé le signataire. Nous plaignons les sinistrés de la Vendée.Cordialement