Second éloge d'Apremont-sur-Allier

Publié le par TSF36

Apremont-sur-Allier est sans conteste un des villages les plus curieux, je dirais même les plus bizarres, voire les plus étranges du Berry. D'abord par sa situation géographique, carrément à l'extrême orient du Berry oriental, ce qui a de quoi désorienter. Le village est, en effet, situé sur la rive gauche de l'Allier et si on essayait de traverser ladite rivière (mais pour ça il faudrait être fou Allier, vu qu'il n'y a pas de pont) on se retrouverait non pas dans l'Allier, mais dans la Nièvre, c’est à dire dans la région Bourgogne ! Cela ne fait qu'accroître encore la confusion que peut engendrer son nom paradoxal.

D'autre part, les amateurs de vin seront peut-être victimes d'une autre confusion : alors qu'on peut sans problème déguster du Sancerre à Sancerre, du Pouilly à Pouilly, du Chateaumeillant à Châteaumeillant, du Quincy à Quincy et du Reuilly à Reuilly, on n'a aucune chance de déguster de l'Apremont à Apremont, vu qu'il n'y a aucun vignoble à cet endroit. Ce n'est d'ailleurs pas grave, vu qu'on ne peut pas y déguster non plus de fondue savoyarde.

Malgré cela, Apremont bénéficie néanmoins du titre fort enviable d' " Un des plus beaux villages de France " un titre dont il est d'ailleurs le seul à être distingué dans le département du Cher. On en a même récemment fait l’éloge à la télé dans le cadre d’une émission destinée à élire le village préféré des Français. Hélas la concurrence était rude et ce fut Saint Cirq-Lapopie qui remporta la palme. De toute façon cette élection était du pipeau et Apremont restera, du moins, le village préféré des berrichons.

Ceci dit, même pour les étrangers (pas berrichons) Apremont mérite vraiment le détour, pour ne pas dire le voyage. Outre son cadre verdoyant au bord de la belle rivière où les oiseaux viennent s'assoir sur les bancs de sable, outre son château dominant fièrement le bourg, outre son ensemble harmonieux de belles maisons berrichonnes bien restaurées et entretenues, dont l’une d’entre elles abrite la Brasserie du Lavoir, sympathique troquet où l’on peut déguster une bière bien fraîche dans un jardinet sous un parasol bien frais, il y a surtout un remarquable parc floral plein de surprises toutes plus surprenantes les unes que les autres (et réciproquement).

On y trouve, entre autres, un pont chinois en bois polychrome, un vrai faux pavillon turc, un belvédère vénitien orné à l’intérieur de panneaux narratifs en faïence de Nevers. Toutes ces fantaisies architecturales agrémentent un vaste parc construit autour d'un lac alimenté par une cascade, dans lequel il y a de la vraie pelouse anglaise taillée au cordeau sur laquelle on peut marcher, des milliers de fleurs d’espèces différentes à profusion, de grands arbres remarquables, et quelques chats décoratifs se prélassant au doux soleil de septembre.

Il semble que les floraisons du parc débordent partout dans le village où l’on chercherait en vain une maison qui ne fût abondamment fleurie, même en cette fin de saison. Le parc et le village semblent former un ensemble indissociable. La plus belle maison du village se trouve d’ailleurs dans l’enceinte du parc.

Aujourd’hui, c’était la fermeture pour cause d’hibernation, mais, patience ! le jardin féerique rouvrira au printemps, encore plus beau qu’avant …

 

En attendant, voici quelques images en couleurs et en 16/9 pour patienter :

 

 

Publié dans Berrichonnitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sittelle 01/10/2012 11:14


Si beau.. que ça me refile un de ces blues...  et Ravel en plus. C'est pas sympa pour un lundi matin, Isidorie !  Je vais apprendre à jouer du carillon, tiens; justement ça nous manque
à l'orchestre.  Mais où sont les tabourets des oiseaux ? dans la loggia de Leonardo , près des chats ?