Saintes Ecritures ?

Publié le par TSF36

                                                                                                                 Deus sive natura

                                                                                             (Spinoza)

 

L’autre jour, j’étais en train de tailler mes rosiers devant mon garage, en pestant contre les épines qui venaient de me lacérer un bras, et contre mon imprudence de n’avoir pas pris une tenue idoine pour cette tâche dangereuse, lorsque je fus abordé par un homme et une femme bien habillés, en ces termes « Bonjour, Monsieur, nous rendons une petite visite amicale aux gens du quartier »

Ah bon, que je me suis dit, si c’est amical, je suis pas contre. L’homme continua « Avez- vous entendu parler des Saintes Ecritures ? » Alors là, déception. Pour une fois que je pensais me faire des nouveaux amis, je tombe encore sur des orchidoclastes !

Je leur répondis poliment que cela ne m’intéressait pas et les remerciai. L’homme tenta de revenir à la charge en disant « c’est un point de vue positif sur la Bible» ; alors je pris mon sécateur et coupai court aux arguments des sectateurs qui repartirent en me souhaitant une bonne journée que je leur rendis au centuple. Bon débarras !

Faut dire que quand je suis occupé à tailler des rosiers, je ne suis pas très causant, surtout pour ce qui est de discuter des Saintes Ecritures, sujet sur lequel j’ai une opinion définitivement arrêtée, que personne ne me fera changer et dont je ne cherche pas non plus à convaincre quiconque.

 

La Bible, j’en ai un exemplaire sur les rayons de ma bibliothèque, comme tout honnête homme, vu que ça a été un best seller. Il y a dans ce gros pavé à boire et à manger. Ou plutôt, comme dans une auberge espagnole, le boire et le manger qu’on y apporte. C’est aussi comparable à un gigantesque vide-grenier : on y trouve le meilleur et le pire. On y trouve des paroles de sagesse sublimes, des âneries monumentales, des vérités éternelles, des conceptions dépassées, des documents historiques mêlés à des fables enfantines, des grands moments de poésie et des faux miracles, parfois une langue limpide, parfois un charabia incompréhensible. Bref un livre qui n’a manifestement pas été dicté par Dieu (alias l'Univers), mais écrit par des hommes de jadis, parfois sages parfois fous. Un livre qui n’est pas plus saint que les autres, dans lequel je me réserve le droit d’applaudir ce qui me convient et d’exécrer le reste.

Sur un autre rayon de ma bibliothèque, j’ai également un exemplaire des œuvres d’Arthur Rimbaud. Prenons son poème le plus connu : le bateau ivre. Un objet littéraire inouï, écrit les doigts dans la prise, en contact direct avec le Grand Mystère. Ne s’agit-il pas là d’un authentique miracle ?


             Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes

             Et les ressacs et les courants : je sais le soir,


             L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,


             Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

 

Les voies de l’Univers (alias Dieu) sont impénétrables quand Il choisit de s’exprimer par la plume d’un gamin de 17 ans qui devait d’ailleurs fort mal tourner par la suite. Mais qu’importe !

Alors, voilà ce que j’aurais dû répondre à cet homme qui faisait de la pub pour les « Saintes Ecritures » si j’avais été d’une humeur moins épineuse et plus taquine : Mais oui, mon cher Monsieur, je les ai lues et elles sont signées du divin Arthur Rimbaud !

 


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Duszka 02/08/2012 15:40


AMEN !

Victor 01/08/2012 21:32


Moi, je crois que le dénominateur commun entre les Saintes Ecritures et les rosiers, ce sont les épines : d'un côté la couronne et de l'autre, une fleur. Mais la différence tient au sécateur d'un
côte et au sectateur de l'autre...


Bon j'arrête là. Je pourrai bien me faire envoyer sur les roses....


Victor Tremière 

TSF36 01/08/2012 22:47



Merci Victor pour cette idée rigolote à laquelle je n'avais pas pensé ! J'ai modifié mon texte en conséquence, ce qui l'enrichit considérablement !


On verra plus tard pour les droits d'auteur ....



sittelle 01/08/2012 09:11


Hipps !

TSF36 01/08/2012 22:51



Ca prend un P ou deux P  hips ?


Bah, après tout, quand on voit double, c'est normal  



sittelle 31/07/2012 18:14


Les T. de J. sont de noirs pisse-vinaigre; un petit verre en bateau ou à terre, leur ferait grand bien !


Gaieté




Petit piqueton de Mareuil,
Plus clairet qu’un vin d’Argenteuil,
Que ta saveur est souveraine !
Les Romains ne t’ont pas compris
Lorsqu’habitant l’ancien Paris
Ils te préféraient le Surène.


Ta liqueur rose, ô joli vin !
Semble faite du sang divin
De quelque nymphe bocagère ;
Tu perles au bord désiré
D’un verre à côtes, coloré
Par les teintes de la fougère.


Tu me guéris pendant l’été
De la soif qu’un vin plus vanté
M’avait laissé depuis la veille ;
Ton goût suret, mais doux aussi,
Happant mon palais épaissi,
Me rafraîchit quand je m’éveille.


Eh quoi ! si gai dès le matin,
Je foule d’un pied incertain
Le sentier où verdit ton pampre !…
- Et je n’ai pas de Richelet
Pour finir ce docte couplet…
Et trouver une rime en ampre.


Gérard de Nerval


Il aurait pu rimer avec le vin voisin d'Argenteuil, le Ginglet pontoisien, mais étant du pays, il a tu notre piquette  !

TSF36 01/08/2012 08:06



Merci Sitelle et merci Gégé !


In vino veritas