Quadruple éloge de H.F.Thiéfaine, E.A. Poe, Joan Baez et Stéphane Mallarmé

Publié le par TSF36

Un peu de culture, ça peut pas faire de mal, même si TSF 36 n'a pas pour vocation de concurrencer France Culture. Voici donc un petit brouillon de culture, mais il y a des images pour les lecteurs qui ne savent pas lire.....

 

Parmi les plus belles pépites de « Supplément de mensonge », il en est une, sublime, qui ne passe jamais à la TSF car elle dépasse les 5 minutes et ce serait insupportable pour les chers zoditeurs. Il s’agit de « Trois poèmes pour Annabel Lee » dont l’abord est plus difficile et qui nécessite plusieurs écoutes avant de l’apprécier. Ici, H.F.T. s’est inspiré d’un poème d’Edgar Allan Poe pour écrire un autre texte qui n’en est pas une traduction, mais un prolongement.

Voici d’abord le texte de ce poème, qui est le dernier écrit par Poe, et qui est considéré comme un de ses plus beaux. Il est fort bien lu par Marianne Faithful, dont la voix grave s’accorde merveilleusement au texte :

 

C’est Stephane Mallarmé (et non pas Baudelaire) qui l’a traduit en français. On peut lire ICI cette traduction impeccable. Faut dire que Mallarmé était prof d'anglais en plus de poète,  et pour ce qui est de traduire des poèmes, il n'était pas mal armé.

 

En voici maintenant une version chantée par Joan Baez, superbe, et avec l’accent américain, c’est encore mieux :

 

Voilà, maintenant que vous savez tout sur Annabel Lee, voici ce que ce poème célèbre (du moins chez les anglo-saxons) a inspiré à notre H.F.T. national.

Rien de commun, ou presque, sinon une atmosphère, ce quelque chose de mystérieux qui existe entre les mots …

Le résultat est sublime :

P.S. Un petit bémol néanmoins pour la "mise en images" qui ne manque certes pas de talent, mais qui a pour effet de distraire de l'écoute attentive. Certaines images qui veulent coller au texte de manière maladroite, parfois à contre-sens, avec des anachronismes et des fautes de goût ... cela finit par être lassant. Je préférerais pour ma part une simple image fixe, voire un fond noir, avec le texte qui défilerait. 

D'autant plus que c'est un texte pas facile, à lire la tête entre les mains, avec un dictionnaire sous la main, ne serait-ce que pour savoir ce que sont des "pétroglyphes" !

Ah oui, le texte, on peut le lire ICI

Publié dans Poésie

Commenter cet article

sittelle 26/10/2012 19:49


On pense à nos êtres aimés disparus, mais je suis sûre qu'il y a aussi des amitiés à travers les siècles, spirituelles, artistiques et que certains sont les relais de leurs oeuvres, au fur et à
mesure; bon je sais, je gamberge, bonne soirée http://webtv.picardie.fr/video3005#utm_source=email&utm_campaign=newsletter&utm_medium=newsletter_WEBTV_3


 

Duszka 24/10/2012 23:28


MERCI, GRAND MERCI : je ne pouvais pas trouver mieux. Toutes ces belles personnes en relation à travers l'espace et le temps. Je suis admirative de votre recherche, si fructueuse. Des belles
presonnes y compris vous !

TSF36 25/10/2012 13:48



YAPADKWA, GRAND YAPADKWA