Pèlerinage aux sources

Publié le par TSF36

Non ce ne sont pas les sources du Gange dans l'Himalaya, célébrées jadis par Lanza del Vasto (1), mais les sources de la Loire, ce grand fleuve sauvage qui traverse notre beau pays. Il est vrai que sans lui, on n'aurait jamais eu les châteaux de la Loire, jamais eu l'Indre et Loire, jamais eu les vins de Chinon, de Vouvray et de Sancerre. Quelle tristesse !
De plus, la Loire nous protège des frimas et des pluies incessantes qui sévissent au nord. Il suffit de regarder les bulletins de météo France pour savoir qu'il fait toujours beau au sud de la Loire et un temps de cochon au nord, à tel point qu'on se demande comment les populations du nord peuvent survivre dans un climat aussi inhospitalier. En outre, sans la Loire,  les deux fleuves berrichons que sont l'Indre et le Cher n'auraient jamais su où se jeter. Ils auraient été condamnés à tourner en rond comme des âmes en peine pour l'éternité, ou plus longtemps encore ... Voilà pourquoi la Loire mérite tous les éloges ainsi qu'un pèlerinage jusqu'à sa source située en Ardèche au pied du Mont Gerbier de Jonc, conformément à ce qu'on a appris à l'école et qui n'était pas faux.
Disons plutôt ses sources, car il y en a au moins trois : Il y a d'abord la source véritable (figurant sur le cadastre)  qui sort  de terre, signalée par un modeste panneau en bois portant l'inscription "ici  commence ma course vers l'océan"
Et il y a la source pour les touristes qui coule opportunément d'un tuyau métallique dans une vieille ferme aménagée en boutique de produits régionaux et de souvenirs portant l'inscription "Ici on accepte les cartes bancaires".
Il y en a aussi une troisième dite "authentique" (que j'ai ratée ...).
En fait, la nappe phréatique située sous le mont Gerbier de Jonc donne naissance à de multiples filets d'eau ( dont les trois susmentionnés) qui se rejoignent pour former ce qui deviendra, au fil de son long périple, le fleuve majestueux que le monde entier nous envie.
Quant au  Mont Gerbier de Jonc, c'est un étrange piton volcanique constitué de phonolite (2)  s'élevant sur un plateau aride. Un superbe dôme de magma qui s'est solidifié il y a 8 millions d'années et qui semble encore témoigner de la chaleur de la lave en fusion. Une pente abrupte de pierres glissantes et instables où une maigre végétation s'agrippe désespérément, dont on peut tenter l'ascension. Les talons aiguille sont déconseillés aux pèlerines. Mais une pèlerine est conseillée en cas de vent froid qui souffle parfois à ces altitudes vertigineuses de 1551 mètres.
Un sentier à sens unique, parmi les éboulis,  serpente jusqu'au sommet du python (3) d'où on a un des plus sublimes points de vue sur les horizons bleutés de la Haute Ardèche, afin de récompenser le pèlerin de la périlleuse ascension avant la descente plus périlleuse encore qui l'attend. Fort heureusement, le sentier est bien balisé en bleu et les passages difficiles sont pourvus de rampes en grosse corde et d'étriers métalliques permettant de poser le pied au bon endroit. Même au plus fort de la saison touristique, on compte finalement peu de chutes fatales. Cette escalade est donc vivement conseillée à tous, sauf aux culs-de-jatte, çà va de soi...


loire1.jpg


loire2.jpg

 

loire3.jpg

 

loire4.jpg

 

loire5.jpg

 

 

loire6.jpg

(1) Lanza del Vasto (né le 29 septembre 1901 à San Vito dei Normanni, Pouilles, Italie - mort le 5 janvier 1981 à Elche de la Sierra, Albacete, Espagne), est un philosophe, un poète, un artiste (sculptures et dessins) et un militant de la paix italien du XXe siècle. Il est surtout connu pour l'animation des Communautés de l'Arche, qu'il a créées sur le modèle des ashrams de Gandhi.
(2)La phonolite est une roche magmatique volcanique à structure microlithique fluidale. De couleur grise à verdâtre, elle est composée de feldspath, de feldspathoïde et d'une pâte de verre peu abondante. Elle se débite en dalle et fut très utilisée pour faire les lauzes couvrant les toitures des fermes dans cette région.
Cette roche se caractérise par un son clair quand on frappe une dalle. C'est cette propriété qui a donné son nom à la roche.
(3) jeu de mots

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

Isidore 06/09/2010 20:19


Ce panneau, effectivement, n'est pas d'une grande lisibilité même pour les franco-français ! Mais avec ses 9 interdictions et ses 4 mises en garde, on voit bien qu'on n'est pas là pour rigoler ...


Pascale 06/09/2010 16:22


Comme Victor et Caroline, je suis sous le charme de votre talent de narrateur et d'écrivain. Et cet article m'a donc charmée, d'autant plus que j'imagine à quel point ce lieu doit être beau. Une
mention spéciale au panneau qui ne traduit que le mot "attention" !!
Bonne continuation et à bientôt,
une lectrice qui se veut de plus en plus fidèle


Victor 05/09/2010 12:58


Vous ausssi Caroline, vous êtes sous le charme de l'immense talent d'écriture de notre ami TSF36 ! Là encore, cette dernière "production" est la preuve, s'il en était besoin, d'une qualité
d'évocation qui donne une nouvelle fois envie de se rendre dans le lieu décrit. Cela dit,en tant qu'empêcheur de tourner en rond bourguignon patenté,moi, ce qui a retenu mon attention, c'est le
panneau signalétique. J'ai en effet remarqué qu'on (?)a eu l'intelligence de le traduire à l'intention des touristes étrangers. Le seul mot en effet qui aurait pu poser problème, "attention", a été
traduit,le reste étant effectivement totalement accessible...Par contre et c'est bien plus grave, parmi les panneaux indicateurs, il en manque un : baignade interdite ! Pourtant, cela coule de
source !!!
Victor
P.S Au fait, une dernière pour la route : je constate aussi que l'on ne peut pas payer en liquide...


Caroline 05/09/2010 11:20


Je ne me lasse jamais de lire les nombreux articles. Le maniement de la langue est un délice de mots, j'en fais une orgie quotidienne (ou presque). Je ne connais pas l'auteur de ces "mets"
délicieux ni suis native de cette région du Berry qui jusqu'à présent n'avait d'intérêt pour moi autant que les cratères de la lune (les trous du c... du monde).
J'aimerais en savoir plus sur l'auteur de ces chroniques, merci de me répondre.


Duszka 04/09/2010 15:31


Grandiose ! ... mais j'aime bien aussi la source de la Bouzanne moins prétentieuse qui ne se dirige nonchalamment que vers la Creuse, gratifiant le département de l'Indre de méandres et autres
sautes d'humeurs très photogéniques.