Nevers, une ville qui me botte ...

Publié le par TSF36


Ainsi qu’il a été dit dans l’article précédent, Apremont est situé juste à la frontière du Berry et de la Bourgogne et quand on a réussi à se téléporter jusqu’à Apremont, il serait bien dommage de ne pas faire une petite incursion dans ce pays étranger, pour voir si l’herbe y est plus verte et la bière plus fraîche.

Mais, comme il n’y a pas de pont à cet endroit pour traverser l’Allier, cela oblige à remonter un peu plus haut en aval, jusqu’au village de « La Grenouille » puis à rattraper la  route de Nevers. On s’arrêtera un instant pour admirer le pont-canal du Guétin, observer le lent passage des péniches à travers les écluses, en éclusant éventuellement un godet au bar du Pont Canal. Puis, il suffira de passer le pont sur l’Allier avant d’atteindre Nevers puis de passer le pont sur la Loire pour arriver au centre de la grande capitale de la Nièvre.

Encore une ville qui a priori ne fait pas rêver le touriste normal, une ville qui n’évoque pas grand chose au commun des mortels, à part peut-être la faïence pour les amateurs de faïence.

Les cinéphiles se souviendront peut-être que Nevers apparaît dans les films « Hiroshima, mon amour » de Resnais et « Conte d’hiver » de Rohmer, mais pas de quoi y passer ses vacances.

Ceci dit Nevers est loin d’être une ville moche. Il y a un superbe palais ducal de la Renaissance bien mis en valeur par de vastes pelouses fleuries.

Il y a une vénérable cathédrale, qui fut hélas presque entièrement détruite pendant la dernière guerre, et qu’on a reconstruite à l’identique. Les travaux se poursuivent encore actuellement. La superbe tour, seul élément ayant survécu aux bombardements, est hélas en cours de restauration, emmaillotée d’échafaudages et de bâches en plastique qui la font ressembler – provisoirement - à un hideux building. La nef est vaste et lumineuse quand on y pénètre par une journée ensoleillée. Les vitraux modernes laissent abondamment entrer la lumière, colorant les murs et le sol de couleurs changeantes comme dans un kaléidoscope. 

Il y a aussi la Porte du Croux, du XIV ème siècle, remarquable vestige des fortifications de la ville, plein de vieilles rues moyenâgeuses et d' escaliers dévalant vers les berges de la Loire. Et d'ailleurs, une ville située sur la Loire ne peut pas être une ville moche !

Il y a aussi la belle église romane St Etienne, un joli beffroi et la Porte de Paris, une espèce d’arc de triomphe assez chouette.

Il y a plusieurs rues piétonnes très agréables et commerçantes dans lesquelles on déambule avec plaisir. Et un grand parc avec un kiosque, un jet d'eau, des fleurs, des arbres, des zozios ...

Il y a aussi (information fournie par Eugène Lemaigre) un petit resto fort sympathique avec une terrasse ombragée de palmiers (en bacs) non loin de l’arc de triomphe, où on peut déguster des œufs en meurette tout à fait dignes d’éloges.

Ah ! J’oubliais une autre spécialité locale : la botte de Nevers. Malheureusement, tous les magasins de chaussures où j’ai demandé cet article étaient en rupture de stock…

 

 

   
Supplément gratuit : oeufs en meurette, petits oignons, croutons, sauce au vin de Bourgogne ... un pur délice !
photos-2012-1947.jpg

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

Victor 04/10/2012 21:57


Bonsoir 


Le seul revendeur officiel pour les bottes, c'est la magasin Lagadère. Impossible de se tromper : le tenancier est bossu.


Victor


 

TSF36 05/10/2012 20:38



Hélas, il a mis la clé sous la porte. Il ne bossait pas assez pour payer ses charges 



sittelle 04/10/2012 20:18


Souvenir d'une belle ville, calme, de l'eau, de belles pierres; c'est bien là où les nonnes avaient achevé Bernadette Soubiroux ? et sans rapport, mon mari se souvient d'un plat de rognon très
marquant dans sa mémoire ! 

TSF36 04/10/2012 20:57



En effet, à Nevers, on peut voir Bernadette Soubiroux momifiée dans une châsse. J'ai zappé ce spectacle morbide qui m'aurait donné le cafard par une si belle journée ...