Modernisons les vieux poèmes ringards !

Publié le par TSF36

Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes

Des jours heureux où nous étions amis.

En ce temps-là la vie était plus belle,

Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.

Les feuilles mortes se ramassent avec un aspirateur de feuilles autotracté

Ca va plus vite qu’à la pelle.

Les feuilles mortes se ramassent avec un aspirateur de feuilles autotracté

Car la modernitude est belle.

Et le puissant moteur les entraîne

Dans la benne grillagée de l'oubli.

Tu vois, je n'ai pas oublié

La chanson que tu me chantais.

 

C'est une chanson qui nous ressemble.

Toi, tu m'aimais et je t'aimais

Et nous vivions tous deux ensemble,

Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,

Violemment, dans les vrombissements de l’aspirateur à feuilles autotracté

Et les services municipaux effacent sur les avenues

Les feuilles à jamais désunies.

                                                                                    J.Prévert/ I. Ledoux

photos-2012-2051.jpg

 

DSC02389.jpg

Publié dans Poésie

Commenter cet article

Victor 01/12/2012 11:56


Bonjour


Excellentissime  exercice de style qui m'impose le respect ! En plus, ce genre "d'aménagement" rigolo et bien mené ( bravo)  à partir de textes d'auteurs connus m'éclate totalement les
zygomatiques. Dans le genre, j'avais aussi quelque peu détourné le texte du déserteur de Vian.  Serait-ce le point de départ d'un nouveau " jeu radiophonique" du blog TSF36 ? Encore,
encore !


Victor


 


 

TSF36 01/12/2012 14:21



Faute d'inspiration, on fait avec l'aspiration ...


Bravo surtout aux services municipaux de la ville de Bourges et à leur matériel performant !



Sittelle 01/12/2012 11:37


Mais la réconciliationest  possible au pied du composteur ? en adoptant un gentil lombric aux yeux d'or brun


C'est une pièce que nous répétons, mais je n'aime pas ce Batave qui l'a "arrangée" :   http://www.youtube.com/watch?v=WleVCCfyB44

TSF36 01/12/2012 14:11



Au secours ! C'est encore plus insoutenable que l'air de la Reine de la Nuit par F.F. Jenkins