Le nichoir à cigognes : cinq ans déjà

Publié le par TSF36

Demain, la ville de Déols célèbrera (en grandes pompes) le 5 ème anniversaire du nichoir à cigognes.
En effet, cette construction grandiose est certainement la plus belle réalisation de ces dernières années sur le sol déolois.
Il faut saluer cette initiative de notre petite ville qui a su négocier, avec brio, le tournant du siècle et entrer de plein pied dans la modernitude tout en sauvegardant son riche patrimoine historique et naturel.
Ainsi, cet étonnant nichoir à cigognes vient enrichir la liste des merveilles architecturales déoloises à la suite de l'Abbaye, de la Porte de l'Horloge et autres édifices édifiants.
Il faut admirer la parfaite verticalité du poteau EDF en bois imputrescible, obtenue grace à un haubanage dont la technique est parfaitement maîtrisée.
La plateforme carrée est d'une grande originalité, comparée à celles qu'on voit en Alsace et qui sont tout bêtement rondes.
Mais le plus admirable est la clôture sécurisée qui entoure l'ensemble de l'édifice, afin que les vaches Highland ne puissent pas grimper au poteau et déranger les cigognes potentielles.
Jusqu'à maintenant, le nichoir n'a jamais vu l'ombre d'une cigogne, mais une potentialité finit toujours par se réaliser au bout d'un certain temps, surtout un temps infini.
En attendant, quelques corbeaux déolois s'y posent de temps en temps, puis repartent en croassant comme le font tous les corbeaux.
Une fois, cependant, le 1/04/2006 un photographe animalier a réussi à fixer sur la pellicule l' atterrissage d'un énorme poisson volant qui fit une pause sur le nichoir avant de repartir à tire d'aile en direction des étangs de la Brenne.  Mais vu la date de la prise de vue, les experts s'interrogent encore sur l'authenticité de cette photo qui fit couler beaucoup d'encre à l'époque.
Quoi qu'il en soit, ce 30 novembre sera un grand jour pour tous les déolois. Nul doute que les manifestations de ce 5 ème anniversaire seront à la hauteur, sinon de la beauté  de l'édifice, tout au moins du poteau EDF qui le supporte.


                                    Solange Lamésange, pigiste épisodique au blog TSF 36

 

nichoir.jpg

 

poisson_volant.jpgLe poisson volant du 1/04/2006

Publié dans Zoziologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isidore Ledoux 30/11/2010 20:00


Merci mon bon Victor. Mais cette fable ne tient pas la route. D'abord, les cigognes sont totalement dépourvues de fourberie et surtout il n'y a pas de crabes dans les étangs de la Brenne ...


Victor 30/11/2010 15:11


Voilà, Solange, comment un poteau électrique peut amener un conte avec une cigogne et des poissons. Je n'ai pas trouvé le nom de l'auteur pour rendre à César ce qui lui appartient mais un joli site
plein de belles histoires...
http://www.contes.biz/conte-139-La_cigogne_et_les_poissons.html

On raconte qu’une cigogne nichait dans un bosquet, près d’un étang très poissonneux où elle pêchait pour sa subsistance. Elle y vécut longtemps, mais vieillissant, elle n’arrivait plus à attraper
les poissons. Affamée et affaiblie, elle s’assit, triste, cherchant un subterfuge pour continuer à subsister.
Un crabe vint à passer et, la voyant dans cet état de tristesse et de morosité, s’approcha d’elle et lui demanda :
-« Pourquoi, Ô cigogne, es-tu ainsi triste et déprimée ? ».
- « Comment ne pas m’affliger ? lui dit la cigogne, j’arrivais à vivre en pêchant les poissons de ce lieu, et voici que j’ai vu aujourd’hui deux pêcheurs qui passaient par cet endroit, et l’un dit
à l’autre :
- « Il y a là du poisson en abondance ; commençons par cet étang. »
-«Mais moi, dit son ami, j’ai vu dans un autre endroit encore plus de poissons ; commençons plutôt là-bas et, ayant fini, nous reviendrons ici et nous prendrons tous les poissons qui s’y
trouvent.»
-« Je sais, reprit la cigogne, qu’après avoir fini de pêcher dans l’autre étang, ils reviendront ici et ilsn prendront tout, alors ce sera ma mort certaine et l’achèvement de ma vie » .
Le crabe alla de ce pas à l’assemblée des poissons et leur raconta ce que lui avait confié la cigogne. Aussi les poissons se dépêchèrent-ils auprès de la cigogne pour prendre son avis ; ils dirent
:
-« Nous sommes venus pour que tu nous conseilles, car le sage ne dédaigne pas les recommandations de son ennemi .»
-« Tenir tête aux pêcheurs, dit-elle, est une tâche qui dépasse mon pouvoir ; et je ne vois d’autre moyen que de nous réfugier dans un étang près d’ici, dans lequel il y a quantité de poissons,
d’eau et d’osier ; si vous pouvez vous y transporter, vous vivrez bien, à l’aise et dans l’opulence.» Les poissons lui déclarèrent :
- « Et qui d’autre que toi pourrait nous rendre ce service ? »
Alors pour ce faire, la cigogne prenait chaque jour deux poissons qu’elle portait dans quelque colline et elle les mangeait...Mais un jour, alors qu’elle venait prendre les deux poissons
quotidiens, le crabe vint à elle et lui dit :
- « Moi aussi, j’ai peur de cet endroit, transporte-moi à l’autre étang, s’il te plaît. »
- « Avec plaisir », lui dit la cigogne, et elle le prit et s’envola.
Quand ils survolèrent la colline sur laquelle la cigogne avait l’habitude de manger les poissons, le crabe regarda et vit un grand tas d’arêtes ; il comprit que c’est la cigogne qui les mangeait et
qu’elle le mangerait bien, lui aussi. Alors il pensa :
- « Si un être rencontre son ennemi à l’endroit où il va être sacrifié, il ne peut que se battre pour se défendre et ne pas abandonner. Peut-être sauverait-il sa vie et son honneur par ce combat.
»
Il fit alors plusieurs tentatives et put, à la fin, atteindre son cou, qu’il prit entre ses puissantes pinces et le serra si fortement que la cigogne étouffa.
Puis le crabe revint chez les poissons et leur raconta son aventure

Victor, pauvre pêcheur...


Duszka 30/11/2010 11:10


La générosité a de ces exigences éthiques...