Le cantal secret

Publié le par TSF36

Il y a certes des sites touristiques incontournables dans le Cantal, mais pour tenter d’en saisir la singularité, il faut aller là où le touriste « normal » ne va pas, s’aventurer sur les routes étroites et tortueuses, dans les vallées secrètes, à la découverte de villages ignorés qui sont restés à l’écart de la civilisation. Ici, on ne trouvera pas de feux rouges, pas d’horodateurs, pas de radars automatiques, pas de panneaux publicitaires, pas de grandes surfaces ou autres abominations qui font hélas notre quotidien. Ici, la vie s’écoule lentement, comme il y a un siècle.

Sur la Poste du Falgoux on peut lire « Poste – Télégraphe » comme si le téléphone n’était pas encore arrivé dans ce coin perdu. Le moindre village possède souvent une belle église, comme à Dienne ou à Brezons, ou encore Anglards de Salers avec une décoration intérieure qui surprend toujours. On peut voir de curieuses fontaines sur la place principale et de modestes maisons coquettement fleuries. Parfois un unique commerce bar-restaurant-multiservices au service d’une poignée d’autochtones. Le long de la route étroite et tortueuse où deux voitures peuvent à peine se croiser, on est interpellé par un vieux buron aux lauzes de phonolite, une vieille ferme pittoresque, un ancien manoir à tourelles ou autre curiosité plus ou moins curieuse. On est passé dans un autre monde, dans un autre espace-temps.

Pour aller d’une vallée à l’autre, cela prend un temps fou, car il n’est pas question de couper à travers la montagne ; il faut revenir au col du Pas de Peyrol ou quelques autres cols, après avoir traversé des estives d’altitude ou paissent de paisibles vaches Salers à la robe acajou, ou de paisibles vaches Aubrac blondes aux yeux bleus (mais ça, je n’en suis pas sûr). Tantôt le regard plonge vers la riante vallée, tantôt il s’élève pour admirer les chapeaux de feutrine verte des montagnes. Le  paysage change à chaque virage pour le plus grand bonheur de l’étranger, tombé sous le charme de ces lieux miraculeusement épargnés par  la civilisation moderne.

Voici quelques images du Cantal secret, sans ordre précis, sans localisation, juste pour le plaisir, pour la rêverie, à regarder comme on regarde passer les nuages, avec la musique sublime de Joseph Canteloube : Baïléro, extrait des « Chants d’Auvergne » un folklore idéalisé qui s’accorde merveilleusement à la beauté de l’Auvergne …

 

                                                                         Isidore Ledoux , hexagone-trotter

 

 

 

http://vimeo.com/73614938

 

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

Danièle 14/11/2013 20:15


A l'affût de toutes les bonnes feuilles sur le Cantal, je suis tombée sur votre article et son superbe montage vidéo que j'ai partagé sur ma page FB https://www.facebook.com/Le.Gite.du.Cantal


 


Merci pour ces beaux mots et ces belles images magnifiquement illustrées par la musique de Canteloube;

TSF36 14/11/2013 21:49



Merci, Danièle, vous êtes bien aimable.


Et vive le Cantal !



DUSZKA 02/08/2013 16:52


SUBLIME !