L'enfer de Chauvigny (Vienne)

Publié le par TSF36

Parmi les très nombreux berrichons qui, chaque année, prennent la route des plages de  l’Atlantique, rares sont ceux qui ont l’idée de s’arrêter à Chauvigny, petite ville du Poitou, hérissée de ruines médiévales, perchée sur un impressionnant promontoire. Encore plus rares sont ceux qui ont l’idée de pousser la porte de l’Eglise Saint Pierre, une magnifique église romane. Ce qui surprend d’abord, en entrant dans cette vénérable bâtisse du XII è siècle, ce sont les peintures, fraiches et impeccables, comme si elles dataient d’hier. En fait, elles datent du XIX è siècle.

Mais ce qui est beaucoup plus admirable, ce sont les chapiteaux du chœur. Ces sculptures, signées d’un certain Gofridus (chose rare, car les artistes signaient rarement leurs œuvres) présentent des scènes terrifiantes de pécheurs dévorés vivants par des monstres infernaux, démons à crêtes et à écailles, dragons griffus, sphinx, sirènes, oiseaux géants au bec immense, et autres bestioles pas très sympathiques. Tout un bestiaire infernal destiné à effrayer les pécheurs et à les inciter à rentrer dans le droit chemin !

En ces temps très anciens, personne, les savants comme les sots,  ne doutaient de l’existence de l’enfer, pour la simple raison qu’on ne leur avait pas encore démontré que cela n’existait pas. Et le siècle des Lumières n’était pas encore arrivé.

Maintenant, on se contente d’admirer ces magnifiques chapiteaux, émouvants dans leur naïveté. Mais ils ne feraient même plus peur aux petits enfants.

Car on sait bien que l’enfer c’est ici-bas.

 Tout comme le paradis … quand on le voudra bien.


 

 

http://vimeo.com/75657199

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 29/09/2013 17:13


Il y a une autre lecture des symboles romans; vous connaissez peut-être ce livre; à emporter dans les églises auvergnates, à Orcival par exemple ou Besse. En tout cas l'église est colorée et plus
gaie que les nôtres !       Lien