Escapade Fréhelienne

Publié le par TSF36

S’il est un site grandiose sur les côtes bretonnes, c’est bien le cap Fréhel, ce promontoire de grès rose plongeant à pic dans la mer, soixante-dix mètre en contrebas. Il y a là un grand phare, toujours en activité, et pas seulement pour décorer, seul témoin d’une activité humaine en ce lieu où la nature resplendit.

Le rose des rochers, les bleus-verts de la mer, le mauve de la bruyère et le jaune des ajoncs composent une étonnante symphonie de couleurs. Certainement qu’à d’autres périodes de l’année les couleurs sont différentes, mais en juin c’est un véritable ravissement pour les yeux. A côté de ces immenses étendues polychromes, les quelques vestiges de lande de Crozant qu’on essaie de conserver font bien pâle figure.

Seule une terre pauvre battue par les vents et le sel peut empêcher la lande de dégénérer en forêt. Aucun arbre ne peut pousser dans de telles conditions et c’est tant mieux.

Sur un rocher inaccessible près de la pointe, on pourra observer la réserve d’oiseaux de la Fauconnière où s’ébattent des milliers d’oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.

Il est conseillé pour profiter pleinement du site de suivre le sentier de randonnée qui longe la côte jusqu’au Fort-la-Latte, un bel édifice moyenâgeux bien restauré, très agréable à visiter, qui a servi de décor à plusieurs films célèbres (Les Vikings, Chouans).

Petit conseil aux touristes qui viennent au Cap Fréhel : prévoyez de bonnes chaussures de marche pour randonner sur un des plus beaux sentiers dont on puisse rêver. N’oubliez pas le sac à dos et un sandwich dedans car il n’y a pas le moindre restaurant à des lieues à la ronde. Même pas une boutique de souvenirs ! C’est d’ailleurs une excellente chose que ce site exceptionnel ait été préservé de toute activité commerciale.

Seul le parking est payant : 2 € mais c’est une très modeste contribution à la protection de la faune et de la flore. Et vu la qualité du spectacle, on en a pour son argent !

 


Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 04/07/2014 18:31


C'est l'endroit qui s'imprègne dans le coeur; une image que l'on remonte dans les coups durs, avec couleurs, senteurs, brise, fleurs et cris d'oiseaux; et le Viking  Kirk Douglas en prime.
 Un bon peintre impressionniste Pontoisien l'a peint souvent, Gustave Loisau; lui n'avait pas gagné à la Loterie comme Guillaumin, mais perçu un héritage bienvenu . Je ne sais comment mettre
le lien des toiles. Merci de cette belle video lumineuse