Escapade dinardaise

Publié le par TSF36

Quand on a la chance de vivre dans le 36, on se dit qu’il serait dommage de ne pas aller jeter un œil dans le 35 distant seulement d’une unité sur la liste des départements. Il suffit pour cela d’un petit clic pour être téléporté dans le 35, autrement dit l’Ile et Vilaine.

Et c’est ainsi qu’on se retrouve, comme par magie,  à Dinard, la perle de la côte d’Emeraude …

Contrairement à ce qu’on craignait, le nord de la Bretagne, ce n’est pas le grand nord et la Manche, ce n’est pas l’océan glacial arctique. On n’y voit pas de banquises ni le moindre pingouin. On peut donc y aller sans crainte, vêtu normalement. On est même surpris, en arrivant, de découvrir une mer couleur émeraude, un ciel d’azur, et des palmiers partout sur la côte. On se dit « ce doit être Saint Trop, j’ai dû me tromper de direction » Et pourtant on est bien en Bretagne.

Dinard est une élégante station balnéaire qui a connu ses heures les plus glorieuses autour de 1900. Les villas cossues de la fin du XIX ème siècle et du début XX ème y abondent, construites par des gens très fortunés, dont beaucoup d’anglais, avec pour unique destination la contemplation du paysage marin. La mer, toujours recommencée …

Il suffit de se promener sur les promontoires naturels que sont la Pointe du Moulinet et la pointe Malouine pour admirer ces villas juchées en bord de falaise, bénéficiant de vues qui demeureront à jamais imprenables. On y trouve toutes les fantaisies architecturales. Ce sont parfois de véritables châteaux, avec tourelles, clochetons, terrasses, entourés de palmiers, de camélias, d’hortensias.  Les heureux propriétaires de ces séjours idylliques, en plus de bénéficier du spectacle toujours changeant de la mer,  désiraient aussi que leur richesse fût visible de tous.

Toutes ces villas 1900 au luxe ostentatoire et parfois un peu kitsch sont aujourd’hui classées monuments historiques et contribuent en grande partie à faire le charme de Dinard.

Une chose étonnante, néanmoins : on ne trouve nulle part de référence à Eric Rohmer, pas une rue à son nom, pas une plaque commémorative, pas une statue. On trouve par contre, sur la plage de l’Ecluse, une statue d'Alfred Hitchcock qui n’a jamais tourné à Dinard ! Rohmer a pourtant immortalisé Dinard dans un merveilleux film « Conte d’Eté » où il a si bien capturé la lumière particulière de l’endroit. Evidemment, tout le monde n’aime pas le cinéma de Rohmer. Pour le commun des mortels, ce sont de petits films à petit budget, futiles et bavards, avec des acteurs peu connus. Il faut pourtant y regarder d’un peu plus près.

Dans Conte d’été, les promenades du bord de mer sont merveilleusement filmées et si l’histoire gentillette (quoique fort bien écrite) ne vous passionne pas, vous pouvez toujours visionner le film sans le son pour n’en retenir que les belles images de Dinard capturées par un authentique artiste du 7 ème art.

Par la suite, le jeu consistera à aller reconnaître sur place les lieux où ont été faites les prises de vues. Rien n’a changé ou presque depuis 1996. C’est juste nous qui avons changé …



Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 04/07/2014 18:12


Squiban est aussi connu en IDF; enfin, un peu... il me semble reconnaitre le sentier des Douaniers, mais bétonné ? . Sur les côtes artiques d'Albâtre et d'Opale, devant des villas Arts Déco par
centaines, nous avons quelques icebergs, juste assez pour refroidir la Manche, bien trop chaude et calmer les coups de soleil.  St Malo, Dinard et Cap Fréhel sont des merveilles; avec
Cancale, Avranches, etc... Quelle beau voyage, merci ! Kenavo


 

TSF36 04/07/2014 20:24



Merci de ces intéressantes précisions climatologiques 



victor 03/07/2014 16:15


Bonjour,


Ce petit reportage est aussi l'occasion de (re)découvrir Didier Squiban


Victor

TSF36 03/07/2014 20:47



Bonsoir Victor,


Pour moi, c'est une découverte récente ! Didier Squiban n'est pas très connu en Bas-Berry