Eloge du vide

Publié le par TSF36

Voilà, des pauvres maisonnettes il ne subsiste rien, à peine un souvenir fugace qui, lui aussi, disparaîtra sans laisser de trace.

Le monstre mécanique jaunâtre est remonté sur le gros camion qui l'avait amené, laissant derrière lui une surface euclidienne, plate et déserte, comme si cet îlot urbain n'avait jamais existé. "Tout s'écoule", disait Héraclite. Rien n'échappe à l'impermanence, disent les sages orientaux. "Et pis pas pus", disent les berrichons ...

 

pate3.jpg

Publié dans Berrichonnitude

Commenter cet article

Duszka 21/11/2010 08:36


Place aux vieilles photos d'antan...


Jean Luc (l'autre) 20/11/2010 22:04


Quelle tristesse que ce passage pour piétons qui ne conduit plus nulle part que sur une placette vide et désolée ...