Eloge du vélocipède

Publié le par TSF36

Dans les récits de science fiction des années 1950, on imaginait volontiers qu'en l'an 2000, tout le monde se déplacerait en hélicoptère ou en fusée ! Dieu merci, les futurologues de cette époque s'étaient bien gourrés, car le moyen de transport le plus tendance de ce nouveau millénaire reste encore le vélo ... et la bicyclette (1)
Cette merveilleuse invention, datant  du XIX ème siècle, permet de se déplacer d'un point à un autre, bien plus vite que le coureur le plus rapide,  presque sans effort, sans carburant et sans emission de carbone. Il échappe à tous les contrôles des radars et au racket des horodateurs. Le vélo est une géniale mécanique qui transforme l'énergie musculaire alternative des jambes en un mouvement rotatif régulier beaucoup plus efficace.

Selon Ouiqui qui sait tout :  "Par rapport à la marche à pied, le vélo est trois fois plus efficace à effort égal et entre trois et quatre fois plus rapide. On a également calculé qu'en termes de conversion en mouvement de l'énergie issue de la nourriture, il s'agit d'une forme de locomotion plus efficace que celle de n'importe quel organisme biologique." Etonnant, non ?
C'est d'autant plus vrai dans le Berry où les montagnes sont rares et où les cols de première catégorie ne sont pas légion. Le cycliste castelroussin peut ainsi se rendre , en un éclair et sans fatigue, dans des lieux aussi lointains que Neuvy-Pailloux ou Malicornay, avec -en prime -  une bonne conscience écologique qui lui permettra de dormir sur ses deux oreilles.
Le vélo est donc un prodigieux amplificateur de vitesse qui fait du cycliste littéralement un surhomme au sens Nietzschéen (2) du terme (übermensch)  dans la mesure où il dépasse les possibilités dont la Nature l'a doté.
Y'a pas à dire, le vélo est bien la plus noble conquête de l'Homme. Que je sois damné si jument.
Et pendant que j'y suis, je déclare avec Aragon : la bicyclette est l'avenir de l'homme...

 

 

Léon Laflèche, chroniqueur sportif du blog TSF 36

 

velo1887.jpg

 

 

(1)  Il faut bien qu'il y ait un mâle (le vélo) et une femelle (la bicyclette) afin que l'espèce puisse se perpétuer.
(2) Friedrich Nietzsche (1844 - 1900) philosophe allemand, mais qui aurait mérité d'être berrichon était un fervent adepte de ce moyen de transport, c'est pourquoi il arborait fièrement des moustaches en guidon de vélo.


Commenter cet article

Victor 27/08/2010 09:02


C'est vrai, même avec un tout petit litre de mélange pour 100 km parcourus ! Alors, en guise de rattrapage(?), une info lue pas plus tard qu'hier et que je livre à la gazette du Bas-Berry
Indépendant , seul journal sans mauvaise nouvelle :
Il y a quelques jours, à Berlin et à l'initiative d'associations écolos, s'est déroulée une DJ parade dans un jardin public. Or, pour avoir de la musique, il fallait pédaler !!! La sono était
effectivement réliée à une batterie alimentée par le pédalage permanent de 4 cyclistes, se reliant parmi 200 volontaires. Le message était le suivant :" Quand les gens ne pédaleront plus, la fête
sera finie.Exactement comme la planète : si on ne change pas de comportement, le fête sera bientôt finie".
Victor


Laflèche 26/08/2010 20:19


Affreux pollueur !


Victor 26/08/2010 18:29


Un bien bel éloge du vélo ! En tant que membre de la confrérie du vélosolex, version motorisée du dit vélo, Je me permets néanmoins, mon cher Léon Laflèche, deux recommandations à l'adresse des
lecteurs de votre gazette : d'abord, faire attention à ne pas perdre les pédales. Ensuite, prendre garde à ne pas se mettre un petit vélo dans la tête...
Victor, pédalopsychiatre