Eloge du Puy-en-Velay

Publié le par TSF36

Pour le Berrichon aventureux qui se rend dans le midi (ou qui en revient), mais en voulant éviter les affreuses et coûteuses autoroutes, la ville du Puy en Velay est un passage obligé où il s'arrête cependant avec plaisir. Ce n'est pas vraiment le Sud mais ce n'est plus tout à fait le Centre. Ce n'est pas non plus un mélange improbable de ces deux ingrédients qu'on pourrait nommer Centre-Sud. Non, c'est un lieu qui ne relève d'aucune classification vu qu'il est unique et inclassable. Un site à couper le souffle, qui témoigne encore des désastres volcaniques ayant eu lieu il y a des milliers d'années. Le Puy est en effet construit sur le cratère d'un volcan (fort heureusement éteint depuis quelques 7000 ans, mais pouvant se réveiller à tout instant ) Un haut promontoire de lave surmonté d'une statue colossale de Notre Dame de France domine la ville dont le centre de gravité est une cathédrale bizarre autant qu'étrange avec, à l'intérieur, une vierge noire. Une cathédrale qui marque depuis des siècles le point de départ vers Saint Jacques de Compostelle. Un peu plus bas, de hautes maisons cossues aux façades colorées bordent des rues piétonnes aux commerces animés.
Et il y a surtout Saint Michel d'Aiguilhe, un peu à la périphérie, juché comme par miracle sur un piton volcanique. Un chemin à couper le souffle (au sens littéral cette fois) qui serpente vers le sommet vertigineux dudit  python (1) mène le touriste intrépide à la chapelle de Saint Michel, qui est une petite merveille, un lieu habité, propice à la méditation sur la vanité du monde.
Après une telle élévation spirituelle, on redescend vers le centre ville et  vers des considérations plus terre à terre, bien que la gastronomie, cet art sublime,  ne soit pas dépourvue de spiritualité
Une assiette de lentilles rappellera peut-être à certains de mauvais souvenirs de cantine scolaire, mais une assiette de lentilles vertes du Puy avec saucisse paysanne dégustée  in situ, sur la Grand Place, atteint au grandiose, surtout suivie d'une crêpe ponote (1) à la verveine du Velay, autre spécialité du lieu. Ah ! quel bonheur de savourer ce qui sera peut-être son dernier plat de lentilles, par une belle journée d'été finissant, attablé à une terrasse sur la Place centrale du Puy, dans le cratère d'un volcan qui peut se réveiller à tout instant...

 



        Ici s'achèvent les vacances de Monsieur Mulot alias Isidore Ledoux, votre Très Humble et Très Dévoué Serviteur

(1) jeu de mots
(2) Les habitants du Puy en Velay ne sont pas des Velypuisiens ni des Puyvelaisiens ni des Puysatiers velus, mais des ponots et des ponotes. Etonnant, non ?

Publié dans Pays lointains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article