Eloge du Kodak Brownie Starluxe

Publié le par TSF36

Souvenirs, souvenirs …  le Brownie Starluxe, l’appareil photo résolument moderne des années 1960. Un appareil simple, sans réglage, avec lequel tout le monde pouvait réussir des photos, même les femmes !

photos-2014-0042.jpg

La seule manipulation délicate était le changement du rouleau de pellicule, impérativement à l’ombre, sous peine d’avoir des photos « voilées ». Mais une fois le rouleau bien positionné et la languette bien fixée sur la bobine réceptrice, il suffisait de bien refermer l’appareil et on était prêt pour faire 12 photos format 4 x 4 que le photographe vous tirerait sur papier glacé au format 9 x 9 (avec marge) . On récupérait ses chefs d’œuvre dans une pochette en papier avec, à gauche, les négatifs coupés en bandes, et à droite les précieux tirages qu’on s’empressait de regarder avant de payer pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’anomalie.

photos-2014-0043.jpg

On pouvait, avec le Brownie Starluxe faire des photos en couleurs, ou des diapos, mais le commun des mortels se contentait du noir et blanc bien plus économique. Il y avait même sur cet appareil révolutionnaire un système de sécurité pour éviter la double exposition. L’obturateur ne s’armait que si on faisait avancer le film. Génial, non ?

Mais sa grande modernitude, c’est qu’il avait un flash incorporé. Il y avait à l’intérieur une pile de 22 volts et un condensateur pour griller les ampoules au magnésium (à usage unique !) qu’il fallait introduire dans le réflecteur. Comme ces ampoules valaient cher, il va sans dire qu’on en usait avec parcimonie.

Evidemment, le format carré, ce n’était pas idéal pour les paysages et le rudimentaire viseur, dans lequel on apercevait une minuscule image au bout d’un tunnel, ne permettait pas de cadrer avec une grande précision. Il arrivait donc de couper la tête à Tata Germaine ou le clocher de l’église de Nohant !

Quant à la qualité des photos obtenues … il ne fallait pas s’attendre à des miracles avec une optique aussi simpliste et peu lumineuse, mais il faut croire qu’elle satisfaisait l’utilisateur ordinaire. Vu la dimension des tirages, dont la taille réelle était de 78 x 78 mm, les défauts n’étaient guère visibles.

Voici quelques essais de numérisation à partir des négatifs de 1962, pour voir s’ils supportent l’agrandissement. On peut dire oui et non ... et inversement !

DSC05597.jpg

 Mont Saint Michel (format carré respecté), très granuleux

 

DSC05595.jpg

 Le phare de Ploumanac’h, (recadré)  le granit rose en noir et blanc, c’est pas terrible !

 

DSC05590.jpg

 Calvaire de Plougastel-Daoulas, (recadré) assez bon piqué.

 

Commenter cet article

sittelle 13/07/2014 17:37


Pas mal, pas mal pour un gars du Berry  beaux souvenirs... l'année d'avant une fille de 15 ans a fait ces
photos juste aux mêmes endroits,  avec un Agfa Color  6 x6, (donc développement  par contact, bien net), gros trous, avec pellicule éponyme; Agfa rendait bien, bon grain. Par
contre il fallait passer le flash dans la glissière, et les lampes étaient bien chères, en effet !  C'était mieux, le Mont, à cette époque... La pluie nous pousse tous à fouiller dans les
reliques familiales,  ces derniers temps. Merci, bon dimanche pluvieux aussi je suppose  !

Gaston Dugland (de Malicornay) 12/07/2014 20:39


J'ai le même appareil photo à la maison, avec son étui en cuir.


A votre avis, combien puis-je en tirer ?

TSF36 12/07/2014 20:43



Actuellement, pas un clou ! Mais gardez le précieusement. Dans 100 ans, ça vaudra peut-être une fortune. Ou pas ...