Eloge du jasmin d'hiver

Publié le par TSF36

Le jasmin d'hiver, c'est le mimosa du pauvre, ou du moins des contrées trop froides pour le vrai mimosa ; mais c'est la première fleur qui vient éclairer nos jardins hivernaux.
Le jasmin d'hiver, ça ne sent rien ; aucun rapport avec le jasmin d'été aux senteurs enivrantes, ni même avec le thé au jasmin.

 
Et pourtant, c'est beau le jasmin d'hiver.
Beau comme une révolution.
Beau comme la chute d'un tyran.

Beau comme une promesse de printemps ou de démocratie...

 

jasmin.jpg

Publié dans Botanique

Commenter cet article

Isidore Ledoux, 17/01/2011 11:21


Salam aleïkoum everybody !

Oui, les beaux jours reviennent. Les mésanges commencent à siffler leurs airs joyeux . Les perce-neige montrent le bout de leur nez. Le jasmin d'hiver est en fleurs. Les dictateurs tombent comme
des mouches. Enfin un ... mais ses collègues doivent être dans leurs petites babouches !
C'est beau le soleil ... et la démocratie.


solange 17/01/2011 09:01


enfin, de bonnes nouvelles avec le renouveau de la nature le renouveau dans ce pays lointain....


Duszka 16/01/2011 09:44


t quand je pense que MAM voulait leur envoyer des flics pour leur apprendre à tirer dans les jambes.... elle essaie aujourd'hui de justifier sa sortie indigne de façon bien minable.


Duszka 16/01/2011 08:09


J'admirais, sans savoir le nom de ce qui décorait précocement mes promenades. Le jasmin d'hiver est bien un symbole d'une vague d'espoir en la liberté, fleur poussant en avant de la libération de
la nature des glaces de l'hiver, la Tunisie s'est, je l'espère, libérée de l'obscurité et du froid de la dictature et du dictateur gentil ami de bien des français aux vacances luxueuses. Bonne
journée au soleil revenu ici : cette nuit les astres étaient bien beaux à regarder.


Patricia 16/01/2011 00:39


Vous avez bien de la chance d'avoir du jasmin dans votre jardin. Le mien n'en produit pas encore.

Mais j'ai assisté aujourd'hui à la capitale au lendemain de la révolution des jasmins... Cela sentait bon la liberté dans les rues de Paris. Un moment de l'Histoire où il fallait être, en soutien
au peuple tunisien.