Eloge du Facteur Cheval

Publié le par TSF36

Il faut vraiment peu de chose pour changer le cours d'une destinée...
Joseph-Ferdinand Cheval  naquit à Hauterives dans la Drôme en 1836 et mourut en 1924. On voit donc qu'il vécut à cheval sur deux siècles ! Il  serait certainement resté un obscur fonctionnaire des Postes, ignoré du monde si un beau jour de 1879 il n'avait trébuché sur une pierre bizarre qui fut pour lui l'origine d'une révélation : cette pierre serait la première d'une construction monumentale qui allait désormais devenir sa seule raison de vivre. Il occupa donc ses trente dernières années de sa vie à une oeuvre unique : son Palais idéal.
Une architecture délirante ne se rattachant à aucun style connu, un édifice sans aucune fonction, illustré d'inscriptions naïves, souvent tirées de la Bible. Une naïveté non dépourvue  de mégalomanie, car l'homme - bien que sans grande  instruction ni culture artistique -  était certain de son génie. Avec aussi une dimension mystique : il pensait être l'instrument que Dieu utilisait pour réaliser son oeuvre.
Pour ses contemporains, il était un excentrique, voire un illuminé qui amassait des cailloux dans son jardin. En ces temps difficiles où un jardin devait nécessairement être cultivé, on ne comprenait pas qu'un homme pût perdre son temps à un travail aussi inutile.
Maintenant le nom du Facteur Cheval est mondialement connu. Et nul ne se souvient du nom de son voisin, un homme raisonnable qui cultivait ses carottes de l'autre côté du mur.
Comme quoi, s'il faut cultiver son jardin - selon le précepte de Voltaire - il peut y avoir diverses façons de le cultiver.

Et c'est parfois en perdant son temps qu'on gagne l'éternité...


Voici quelques aperçus de cette oeuvre sublime à nulle autre pareille. Non, ce n'est pas une construction bizarre ; c'est un rêve de pierre ...

 

cheval1.jpg

 

cheval2.jpg

 

cheval3.jpg

 

cheval4.jpg

 

cheval5.jpg

 

cheval6.jpg

 

cheval7.jpg

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article