Eloge du casse-museau

Publié le par TSF36


Parmi les spécialités obscures et méconnues de notre belle province, le casse-museau mérite certainement une mention. En effet, il est totalement inconnu de la quasi-totalité des berrichons, en dehors d'un rayon de 15 kilomètres autour d'Azay-le-Ferron. Inutile d'en chercher à Issoudun ni à Argenton-sur-Creuse : on vous rira au museau !
Faut dire que ces modestes choses ne paient pas de mine et que le nom peu engageant dont elles sont affublées laisse augurer une expérience gastronomique pas franchement mémorable.

cassemuseau.jpg

 

Et cependant, on ne court pas le moindre risque de se casser le museau  en raison de leur structure molle et de leur composition se résumant à de la pâte à choux et du fromage de chieuve.
C'est comme qui dirait la version berrichonne de la gougère bourguignonne, dont on aurait remplacé l'emmenthal par du chèvre, et qu'on aurait miniaturisé à l'extrême. En effet, les gougères de Bourgogne, malgré leurs dimensions impressionnantes, sont constituées surtout de vide. Le casse-museau, par contre est compact et ne cherche pas à tromper le consommateur. Il se vend à la douzaine pour seulement quelques roupies.
Il suffit de les passer une minute au micro ondes et on peut les déguster en accompagnement d'une salade berrichonne tomate-mozarella-basilic (voir plus bas)
Un pur délice !

 

 

Eugène Lemaigre

Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

Victor 22/08/2010 12:14


C'est vrai qu'en Bourgogne, on a tendance à tout voir en grand, même les gougères. Les raisons de cette tendance au gigantisme sont essentiellement historiques car quand on a eu des Ducs aux noms
tels que Le Hardi, Le téméraire, Sans Peur ou Le Bon,la modestie est une qualité que mêmes les escargots de Bourgogne (des gros bien sûr...) ont du mal à intégrer. Et encore, j'ose à peine évoquer
les vignobles bourguignons , la plupart des "grands" crus encore une fois. Bref ! Mais je reconnais volontiers et humblement que cette découverte du casse-museau est pour moi un réconfort. Enfin
une recette simple, d'allure pourtant modeste mais gôuteuse visiblement que me pousse vraiment à me rendre dans cette contrée finalement pas si lointaine mais d'un charme si discret qu'elle en
excite GRANDEMENT (si, si !!!) la curiosité : le Bas-Berry!
Victor, dit "le petit"


Duszka 21/08/2010 08:03


Une succession de réjouissantes trouvailles berrichonnes, quel plaisir ! Même ce matin au saut du lit et l'estomac encore vide... MERCI