Eloge des bugnes de la boulangerie Ducoin

Publié le par TSF36

La terrible catastrophe climatique semble être derrière nous, mais la température est encore bien frisquette et la couleur du ciel est bien grisounette. Quant à l’actualité, elle est bien tristounette. Pas grand chose de folichon , en somme, pour alimenter cette modeste blogounette.

Fort heureusement, Eugène Lemaigre a réussi à dénicher l’information du jour : aujourd’hui c’est en effet mardi gras, ainsi nommé parce que ce jour-là, on peut acheter à la Boulangerie Ducoin, des bugnes bien grasses et s’en empiffrer pour seulement quelques roupies (1,50 roupie les 5) ce qui est à la portée des pauvres berrichons.

Mais attention ! ce dessert du pauvre doit être fait dans les règles de l’art. La pâte dont il est constitué doit être découpée en forme de parallélogramme, c’est à dire d’un quadrilatère dont les côtés sont parallèles deux à deux et obéissent à un rapport harmonieux. Ni rectangle, ni losange, mais une sorte de compromis entre ces cas particuliers du parallélogramme. Ce qui demande de la part de l’artisan, non seulement de grandes connaissances en géométrie, mais aussi un savoir faire ancestral. De même pour l’incision centrale qui doit être calculée au millimètre près. Néanmoins malgré ces règles géométriques strictes, les bugnes une fois passées dans le bain d’huile bouillante, évoluent chacune au gré du hasard et des turbulences chaotiques dans le fluide, prenant des formes aléatoires, imprévisibles et souvent étonnantes. On ne trouvera donc jamais deux bugnes identiques, comme on ne trouve pas deux flocons de neige identiques. C’est là toute la magie des bugnes. Les lois immuables de la géométrie et toutes les fantaisies du hasard réunies pour nous offrir sans cesse de nouvelles créations. La bugne est une métaphore de l’Univers… 

Mais si le symbolisme cosmique de la bugne échappe au berrichon moyen, on peut néanmoins s’en délecter en toute innocence et en toute simplicité. Il faut les passer quelques minutes au four traditionnel (jamais au micro-ondes !) pour en apprécier la texture, moelleuse à l’intérieur, croustillante à l’extérieur.

Un pur délice !

photos-2013-2165.jpg 

Demain ce sera mercredi des cendres, ce qui est nettement moins drôle. Il faudra donc se couvrir la tête de cendres et se préparer au long jeûne du carême qui durera quarante jours. Les chroniques d’Eugène Lemaigre, qui est un bon chrétien, seront donc suspendues pendant cette période.

Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

sittelle 26/02/2013 11:36


Donuts ? I'm going nuts en cherchant les vraies recettes traditionnelles d'Ile de France, quasiment rien, tout est capté par une armée de "rapportés" de tous pays ! j'ai toujours trouvé ceci,
c'est du solide : 


http://alimentation.gouv.fr/spip.php?page=recherche&recherche=berry&lang=fr


bonne journée, sans neige, elle a fondu ce matin 

sittelle 25/02/2013 17:18


Une copine deu Bourdonnais vient d'évoquer les bignons... même recette ? http://www.ina.fr/art-et-culture/gastronomie/video/CPC91010965/l-allier-les-bignons-bourdonnais.fr.html

Victor 13/02/2013 20:00


Bonsoir


"Il vaut mieux acheter une bugne à la boulangerie Ducoin que de se prendre une bugne au coin de la boulangerie"


Proverbe de Victor B. Niais 


 

TSF36 14/02/2013 08:35



Merci Victor pour cet irréfutable proverbe qui reflète bien toute la sagesse bourguignonne 


Espérons du moins que les beignets (et leurs nombreuses variantes régionales) ne vont pas disparaître face à la concurrence des "donuts" de forme torique venus d'Amérique, parfaitement
standardisés, calibrés et vendus sous plastique dans les grandes surfaces. Quelle décadence ...