Eloge de Vichy

Publié le par TSF36

Le touriste étranger qui désirerait avoir un bref aperçu de l’Auvergne serait mal avisé de commencer par Vichy. En effet, cette belle ville, triplement étoilée au Guide Michelin, bien que faisant indiscutablement partie de l’Auvergne, est totalement atypique, sans le moindre caractère auvergnat, semblant même ne relever d’aucun style régional ni d’aucune époque précise. C’est une ville unique en son genre, comme une ville artificielle, construite en  Utopie.

Bien que très ancienne, Vichy n’a rien conservé de son passé médiéval si ce n’est qu’une seule maison à pans de bois et un quartier dénommé « vieux Vichy » où il n’y a plus rien de vieux.

La ville ne s’est développée qu’à partir du XIX ème siècle sous le règne de Napoléon III. C’est l’or blanc de ses sources thermales aux vertus miraculeuses qui ont assuré l’âge d’or de la ville, une période de grande prospérité qui dura jusqu’en 1940. Ce furent alors les années noires et une parenthèse peu glorieuse de notre histoire, dont le souvenir tacite semble planer encore et assombrir la reine des villes d’eaux. Il faudra bien encore une génération pour assumer cette part d’ombre derrière les façades immaculées, où ont sévi des personnages peu recommandables.

 Aujourd’hui, la mode du thermalisme est un peu passée, mais le cadre exceptionnel de Vichy en fait toujours une destination touristique très fréquentée. Une preuve de la prospérité de la ville : la plupart des magasins restent ouverts le dimanche. La vie semble ne jamais s’arrêter.

Ceci dit, Vichy est un véritable enchantement pour l’amateur de curiosités architecturales. Ici, on ne trouvera pas de maisons médiévales, pas de cathédrale gothique, ni de château renaissance, mais par contre une extraordinaire palette de tous les styles « modernes », depuis le style pompeux second empire du Grand Casino, en passant par l’Art Nouveau, tout en courbes végétales, puis par l’art déco plus sobre et géométrique jusqu’au style épuré des années 50 et 60. On y trouve aussi d’incroyables fantaisies telles que ces faux chalets montagnards de l’Avenue des Etats-Unis, ces fausses maisons anglaises à bow-windows de la rue Alquier, un faux palais vénitien et une fausse maison flamande en briques dans la rue de Belgique. Et que dire des coupoles mauresques des Thermes, toutes couvertes de mosaïque et autres délires architecturaux ? On ne peut que s’émerveiller devant cette incroyable collection sans unité apparente mais qui, précisément, fait tout le charme étrange de la ville. Une ville imaginaire dans un écrin de verdure, située au pays de nulle part.

Une mention spéciale pour l’Eglise Saint Blaise, curieuse construction en béton armé des années 20 et 30, certes un peu massive vue de l’extérieur, mais dont l’intérieur recèle une décoration Art-Déco exceptionnelle : fresques, mosaïques, vitraux, qualité des matériaux (onyx, marbre bleu, émaux) en font une des plus belles réalisations de ce style. 

Enfin, pour conclure, signalons un petit troquet bien sympa déniché par Eugène Lemaigre : la Source des Célestins où l’on peut déguster gratuitement (on peut quand même laisser une petite pièce) le céleste breuvage local, servi dans des gobelets en plastique par de jeunes et charmantes « donneuses d’eau » en costume folklorique vichyssois. Cette eau miraculeuse est subtilement gazeuse et bicarbonatée. Un pur délice par une journée torride de Juillet…

 

 


Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 17/07/2013 13:23


Styles variés bien intéressants; la DDE se chargerait d'uniformiser tout ça de nos jours ! des styles aussi plutôt du Nord... quelques clins d'oeil à Amiens, Le Havre, Deauville, Paris, Enghien
les Bains ! Pauvre Eugène;  le chant mélancoliques des écrevisses à l'eau de Vichy; avec des carottes Vichy ? hummmiammmm !